Quoi, les boules Quiès ont cent ans? C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 12/5/18 à 7h – Dimanche 13/5/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

quies-boite-collector_0_729_616.jpg

⇒ PREMIÈRE PARTIE

TALK 1: Le lavoir moderne, pressing en ligne écolo

TALK 2 : La mythique boule Quiès fête ses 100 ans 

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Sandra Legrand
  • Experts : Christiane Féral-Schul : Faut-il une avocat pour créer son entreprise ?

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 2: Quiès, avec Olivier Denis du Péage, président

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Les boules Quiès, fabriquées depuis 1918 en France, fêtent leur 100ème année de bons et loyaux services envers les oreilles agressées par le bruit.

Quies, « un joli silence »

Pour les 100 ans de ses célèbres bouchons d’oreille, la société Quies ressort la boîte originale des premières « boules » : en aluminium, elle est gravée de l’épervier qui était le premier emblème de la société. À l’intérieur, le produit n’a pas changé : une boule de cire entourée de coton, qui, portée à la température du corps, s’adapte à la forme du conduit auditif et assure une protection étanche. Une particularité qui a fait la popularité de ce produit, devenu symbole de nuits au calme.

boules-quies-en-cire-12-paires.jpg

LES CHIFFRES CLÉS DE QUIÈS

  • Activité: production de bouchons d’oreille
  • Date de création: 1918
  • Siège social: Palaiseau
  • CA: 17 millions
  • Effectif: une cinquantaine
  • 60 millions de boules fabriquées et distribuées par an (sans compter les versions en mousse)
  • Export : Belgique, Espagne, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Suisse, Portugal, Italie, Norvège, Danemark et quelques pays du Maghreb et du Proche Orient… en tout : une vingtaine de pays à l’export
  • Distribution : Quies réalise en France environ 50% en pharmacie, 50% en GMS, un bon démarrage en e-commerce (depuis juillet 2016)
  • 25% du CA des boules Quies est réalisé à l’international

Voici même un tuto pour mettre vos boules Quiès!

 

 

 

Pour les boules Quies, le silence est d’or depuis cent ans

[La boule Quiès] est est née à la fin de la guerre de 14-18 dans l’officine d’un pharmacien du XVe arrondissement de Paris, M. Pascal, qui met au point, entre onguent et crème maison, une petite boule de cire et de coton à la demande d’une respectable dame du quartier, importunée par le bruit. L’histoire ne dit pas si c’est son mari, M. Henry-Lepaute, issu d’une célèbre famille d’horlogers depuis Louis XIV, qui ronfle, ou le bruit des fers de chevaux sur les pavés, ou les poubelles en fer qui gênent la dame. Toujours est-il qu’elle est à ce point satisfaite par la trouvaille (à l’époque on appelle ça une «sourdine») du pharmacien que trois ans plus tard, en 1921, la société des laboratoires des boules Quies (ça vient du latin « quietis », ça a donné quiétude, aussi) est créée : avec le sieur Henry-Lepaute et Joseph Moreau, arrière-grand-père de l’actuel président du directoire de Quies, made in France.

(…) De l’officine confidentielle du pharmacien, on est arrivé à 60 millions de boules fabriquées et distribuées par an, vingt pays à l’export, une cinquantaine d’employés et 17 millions de chiffre d’affaires en 2016. Au tout début, «c’est du fait main (les boules sont roulées à la main par des « bouleuses ») sur une toute petite échelle de clientèle locale. Puis dans les années 1925-1930, on est sur une production de 200 000, toujours dans le XVe arrondissement de Paris, rue Auguste-Chabrières, où la société a récupéré plusieurs petites boutiques, au 2 par exemple, puis installé le petit labo au 5, dans une ancienne mercerie», poursuit le président du directoire, Olivier Denis du Péage. C’est là qu’est mise au point la méthode de fabrication, avec comme mot clé la «viscosité», soit la texture, puis le fameux «point de goutte», température à laquelle on obtient la première goutte et qui indique quand la paraffine ou la cire deviennent liquides et sont adaptées à la température du corps. Et la «pénétrabilité», qui calcule ce qui est agréable pour le corps à 37°C. Le tout à partir de produits issus des raffineries (Total autrefois). Mais qu’on se rassure, «ce sont les mêmes produits que les crèmes pour le visage, par exemple», sourit Olivier Denis du Péage.

Conduit auditif et pou

Ensuite, la société Quies se diversifie, mettant au point en 1958 le très fameux masque relaxant et occultant, fabriqué à la main par des travailleuses à domicile jusqu’en 1989. Puis, dans les années 70, viennent la mécanisation et l’automatisation de la petite société, qui a pour symbole un épervier aux allures un peu égyptiennes, sur ses petites boîtes quasi inchangées depuis un siècle, boîte en métal, puis en plastique (en carton pendant la Seconde Guerre mondiale pour cause de restrictions).

L’entreprise reste familiale, passant aux enfants du gendre du fondateur (s’il y en a qui suivent encore), soit l’actuel président et sa sœur, et déménage à Palaiseau (Essonne) pour des questions d’espace, de stockage, de palettes, etc. En 1998, voilà les bouchons d’oreilles spécial avion (pour résister à la pression), en 2000 suivent les bouchons en mousse, les spays auditifs, les bouchons de natation, la gamme antironflement.

Derniers en date, les bouchons pour les concerts, avec un filtre qui préserve la qualité de la musique. La famille a aussi racheté une société qui fabrique des prothèses auditives réalisées sur mesure, en impression 3D.

Et même une ligne antipoux. Et quel rapport entre le conduit auditif et le pou ? «Eh bien, explique la nièce du président, Prudence Denis du Péage, elle aussi dans la société, nous avons « stretché » le territoire de la marque : ce sont les petits tracas du quotidien, bruits, et donc poux, mais aussi méduses. Oui, nous avons aussi mis au point une crème antiméduses.» Non, pas pour réduire la méduse au silence, mais pour l’éloigner du baigneur dans l’eau.  (Source : Libération)

Journalistes et comptables: bientôt tous robotisés? Avec Syllabs et Georges.tech. C’était au Business Club de France (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 24/3/18 à 7h – Dimanche 25/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

robot redaction comptable.jpg
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Syllabs et son robot rédacteur / Le robot Georges.tech fait la comptabilité des professions libérales

TALK 2 : La belle saga française de Quiès

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1 : Syllabs, avec Claude de Loupy, cofondateur / Georges.tech, avec Côme Fouques, cofondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette émission:

Serons-nous demain tous remplacés par des robots? Si on en croit l’étude ci-dessous, ce sera le cas. La révolution est déjà en marche, avec notamment Syllabs, qui produit des contenus écrits automatisés en plusieurs langues, et Georges.tech, qui a robotisé la comptabilité des professions libérales. 

Selon une étude de Business Insider parue en début d’année, les robots seront capables de nous remplacer pour:

  • plier du linge en 2021
  • transcrire un discours oral en 2024
  • lire un texte à haute voix en 2026
  • remplacer les vendeurs en 2036
  • écrire un best seller du New York times en 2048
  • faire de la chirurgie en 2056
  • TOUT FAIRE en 2070
SYLLABS

syllabs (1).jpgLE PRODUIT

L’entreprise a développé un robot de rédaction automatique de textes, qui a nécessité dix ans de R&D.

Le bulletin météo, les résultats sportifs… autant d’informations à faible valeur ajoutée que la société Syllabs rédige, de façon automatique, grâce à son robot d’écriture.

Ils affirment être le premier moteur de rédaction d’informations pour les médias français et fournit des textes à plus de 30 clients dans les secteurs de l’immobilier, du tourisme, de l’e-commerce et du webmarketing.

Syllabs propose également des solutions automatiques de tagging et linking d’articles, permettant de rendre accessibles et mettre en valeur les archives de très gros producteurs de contenu.

Syllabs affiche clairement ses ambitions : devenir une référence mondiale dans le secteur de l’intelligence artificielle.

Capture d_écran 2018-03-21 à 14.50.50

 

LES CHIFFRES CLÉS DE SYLLABS

  • Activité: production automatique de contenus multilingues
  • Date de création: 2006
  • Siège social: Paris, mais vont déménager à Nantes pour être plus près du groupe Ouest-France, un de leurs actionnaires désormais
  • CA: 2 M
  • Effectif: 18

L’ACTUALITÉ DE SYLLABS

syllabs.jpgSyllabs lève 2 millions pour internationaliser son robot journaliste

Syllabs va internationaliser sa solution grâce aux 2 millions d’euros levés auprès de West Web Valley, Sipa Ouest France et BNP Paribas Développement.

Pour développer sa solution tant en France qu’à l’étranger, la société vient de réaliser une première levée de fonds de 2 millions d’euros partagés entre West Web Valley, à Brest, Sipa Ouest France, à Rennes, et BNP Paribas Développement.

« Le robot de rédaction ne prend pas la place d’un journaliste, mais effectue des opérations souvent répétitives publiables en temps réel », souligne Claude de Loupy, président fondateur de Syllabs. Pas moins de 4 millions d’euros de travaux de R&D conduits pendant six ans ont été nécessaires à l’entreprise pour développer sa solution, qui a été utilisée dès 2015 par le journal « Le Monde » dans le cadre de la publication des résultats de scrutins municipaux et régionaux. Depuis, d’autres médias utilisent les algorithmes de Syllabs pour leurs contenus. « Les professionnels de l’immobilier, de l’e-commerce ou du tourisme s’adressent aussi à notre système de traitement automatique des données », ajoute-t-il. Par exemple, Guy Hoquet Immobilier lui confie l’ensemble des textes de présentation de ses biens en vente, « à partir de fiches descriptives que nous mettons automatiquement en forme  », précise Claude de Loupy.

Déménagement à Nantes

La solution est accessible en anglais, en espagnol et, bientôt, en allemand. Syllabs vend ce service sous forme d’abonnements à des prix oscillant entre « 10.000 et 200.000 euros », en fonction de la taille des contenus. Pour se rapprocher notamment du groupe Ouest France, désormais au capital, Syllabs va prochainement transférer, à Nantes, l’ensemble de son équipe qui compte actuellement 18 collaborateurs. Avec le recrutement de développeurs et de traducteurs en cours, l’entreprise devrait dépasser les 40 salariés d’ici à fin 2018. (Les Echos)

GEORGES.TECH

georges comptable robot.pngLa promesse de Georges: pouvoir faire sa compta automatiquement en moins d’une heure, pour 7 fois moins cher qu’un cabinet comptable

LE MARCHÉ

D’après la DGE, la France compte près d’un million d’entreprises libérales, dont 120 000 infirmiers, 70 000 médecins généralistes, 70 000 kinésithérapeutes, 60 000 avocats et des centaines de milliers de freelances, de psychologues, d’orthophonistes, de podologues, etc..

Toutes ces petites entreprises réalisent chaque année une déclaration de leurs bénéfices non commerciaux.

LES CHIFFRES CLÉS DE GEORGES.TECH

  • Activité: application en ligne pour automatiser la comptabilité des professions libérales et des indépendants
  • Date de création: 2016
  • Siège social: Lyon
  • Effectif: 10

L’ACTUALITÉ

7 mars 2018 – Georges.tech lève 1 million pour perfectionner son robot comptable

La plateforme qui automatise la comptabilité des professions libérales a convaincu le fonds Kerala Ventures et Fast Forward.

Georges.tech vient d’annoncer son premier tour de table : 1 million d’euros levé auprès du fonds Kerala Ventures et de Fast Forward. Créée en 2016, la plateforme qui automatise la comptabilité des professions libérales va investir pour perfectionner les technologies mises en oeuvre, notamment l’apprentissage automatique (Machine Learning). Dans les mois à venir, l’équipe d’experts techniques de la start-up lyonnaise va être sensiblement renforcée. En parallèle, des efforts supplémentaires porteront sur le développement du business. De 10 personnes actuellement, l’effectif global devrait passer à 25 dans deux ans. « Beaucoup reste à faire sur la partie intelligence artificielle appliquée à la comptabilité », déclare Côme Fouques, CEO et cofondateur de l’entreprise avec trois associés.

Capture d’écran 2018-03-21 à 14.55.20.png

La plateforme entre en concurrence frontale avec les logiciels classiques qu’utilisent les libéraux dépourvus de comptable attitré. Ce serait le cas d’un professionnel sur deux. Un immense marché estimé à plusieurs centaines de milliers de sociétés (médecins, infirmiers, kiné, avocats, freelances …). D’autant que la digitalisation a encore beaucoup de chemin à faire dans les cabinets. Il n’est pas rare de rencontrer des kinés ou des orthophonistes toujours adeptes du papier pour faire leurs comptes.

Faire sa compatabilité annuelle en une heure

Pour « disrupter » le secteur, la start-up met en avant la simplicité de son « robot comptable ». Sa promesse : analyser automatiquement les transactions bancaires et générer une comptabilité sans aucune saisie manuelle. Depuis leur mobile, les utilisateurs pilotent au quotidien leur compte jusqu’à la déclaration de leurs bénéfices non commerciaux et la TVA. « En moins d’une heure », Georges permet de produire une comptabilité annuelle et une déclaration d’impôt. Un gain de temps appréciable par rapport aux outils traditionnels.

(la plateforme se synchronise avec la banque du professionnel pour récupérer toutes les transactions bancaires jour après jour et s’appuie sur le machine learning pour catégoriser les dépenses et générer la comptabilité sans aucune saisie manuelle. De plus, les retraitements fiscaux, comme l’Urssaf ou les frais de repas, sont automatisés).

Pour le moment, la barre des 1.000 abonnés a été passée, assure le dirigeant lyonnais. L’objectif est d’atteindre les 100.000 fidèles dans trois ans. Outre un tarif avantageux (19 euros mensuel), la start-up table sur l’appui de Kerala Ventures pour conquérir de nouveaux clients. Comment s’y prendre pour vendre des services innovants aux professions libérales et aux freelances ? Sur ce point, le fonds qui a investi très tôt dans  Doctolib a sans doute sa petite idée. (LES ECHOS)

NOUVEAU PRODUIT

La jeune pousse a également développé une technologie, baptisée «Flashback» et opérationnelle depuis janvier, qui permet de reprendre instantanément les 18 derniers mois de la comptabilité d’un indépendant pour produire sans délai sa déclaration fiscale.

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas dans l’entrepreneuriat de Yann Léguillon, de Superprof / Les Conseils d’experte de Christiane Feral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 24/3/18 à 7h – Dimanche 25/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Syllabs et son robot rédacteur / Le robot Georges.tech fait la comptabilité des professions libérales

TALK 2 : La belle saga française de Quiès

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Yann Léguillon, de Superprof
  • Les conseils d’expert de Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux 

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


⇒ LES PREMIERS PAS DANS L’ENTREPRENEURIAT de Yann Léguillon, cofondateur de Superprof

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

yann leguillon superprof.jpgSuperprof a été créée en 2013 par Wilfried Granier et Yann Leguillon chez qui, au fil de leurs expériences en tant que professeurs particuliers – dans le cadre de leurs études en école d’ingénieur –  est née l’ambition de construire une communauté où le partage de savoir multidisciplinaires serait facilité et collaboratif.

Ils déposaient leurs petites annonces dans les boulangeries pour donner des cours quand ils ont eu l’idée de créer leur place de marché façon Airbnb. C’est ainsi qu’est né Superprof, en août 2013.

Les fondateurs avaient pour envie de développer leur communauté à l’international dès le lancement de Superprof. La start-up s’est donc déployée très rapidement à l’étranger puisque seulement un an après l’ouverture, elle se positionnait déjà leader en Espagne grâce aux rachats de ses deux plus gros concurrents espagnoles. Une stratégie d’acquisition qui lui a permis de  s’implanter également rapidement dans le reste de l’Europe (Belgique, Allemagne, Italie, Royaume-Uni…), en Amérique (Canada, USA, Brésil, Argentine, Mexique, Chili…) et en Inde.


⇒ LES CONSEILS D’EXPERT de Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

christiane feral schuhlDepuis près de 30 ans, Christiane Féral-Schuhl exerce dans le secteur du droit de l’informatique, des nouvelles technologies (informatique, internet, télécommunications et médias), des données personnelles et de la propriété intellectuelle, dont elle est un acteur reconnu.

Nous lui avons donc demandé comment les chefs d’entreprise pouvaient se protéger ou adopter les bonnes attitudes face à la cybercriminalité, et ce que les avocats peuvent leur apporter. 

La « criminalité informatique » et la « cybercriminalité » recouvrent une typologie d’infractions très variées : les nouveaux délits nés de l’évolution des nouvelles technologies (intrusion frauduleuse, atteinte à un système de traitement automatisé de données…) mais également les crimes et délits plus classiques, profitant de ce nouveau vecteur que leur offre l’internet (escroquerie, actes de nature raciste ou xénophobe, contrefaçon, violation de la correspondance privée, diffamation, jeux et paris en ligne…).

Les avocats spécialisés en droit de l’internet, des questions spécifiques liées à cette nouvelle forme de criminalité (problématiques liées à l’application de la loi pénale dans l’espace, à la responsabilité des acteurs de l’internet peuvent alerter les chefs d’entreprise sur les risques qu’ils encourent.

 

[LUNDI BONHEUR] – 19 mars 2018

Publié le Mis à jour le

DEMAIN C’EST LE PRINTEMPS, ET LA JOURNÉE DU BONHEUR! 
On commence dès aujourd’hui 

Selon les chercheurs du MIT et de Harvard, un employé heureux serait « six fois moins absent, deux fois moins malade et jusqu’à neuf fois plus loyal »! De quoi convaincre vos managers de favoriser le télétravail, d’assouplir les horaires, de recruter un CHO (Chief Happiness Officer), d’installer des salles de sieste, sans oublier les plantes, qui augmenteraient la productivité de 20%. Militons pour le bonheur au travail! 

bonheur

L’EMPLOI SE PORTE BIEN

emploi.jpgLa France a créé 268.000 emplois dans le secteur privé en 2017. Une hausse de 1,1% par rapport à 2016. L’augmentation concerne le secteur privé, le secteur public accusant une baisse.

Plus d’infos

xxxx

xxxx

ÉGALITÉ HOMMES-FEMMES: balance ton entreprise
Inegalite homme femme.jpgLe président de la République a annoncé vouloir publier la liste des entreprises qui ne respectent pas l’égalité salariale, dans une logique de « name and shame« . « La stigmatisation fait changer les comportements » a renchéri le Président.
Notons qu’en France, les entreprises sont sommées d’avoir un accord ou un plan d’égalité salariale, sous peine d’être sanctionnées à hauteur de 1% de la masse salariale et d’une interdiction de soumission aux marchés publics. Il n’y a même pas, dans la loi, d’obligation de résultats, juste une obligation de moyens, de tentative, d’initiative. Et pourtant, la majorité ne la respectent même pas : 59 % des entreprises de plus de 50 salarié-es n’en ont pas.
LES INVESTISSEURS AMOUREUX DE PARIS
paris.jpegParis prend la tête du classement des villes européennes les plus regardées par les investisseurs immobiliers pour 2018. Avec 291 milliards d’euros investis, l’Europe affiche en outre un bilan 2017 record et continue d’attirer les investisseurs internationaux. Les intentions d’investissements devraient permettre de dépasser ce record en 2018.
LES LICORNES GALOPENT EN FRANCE

licorne.jpgLe Tech tour growth a identifié 50 startups dont la valorisation se situe entre 100 millions et 1 milliard de dollars, et dont le chiffre d’affaires croît de 50 % par an. Sept pépites françaises font partie du classement, dont Actility, Sigfox, Doctolib, PeopleDoc.

En savoir plus

xxxxx

xxxxx

2,2% DE CROISSANCE EN FRANCE EN 2018

Croissance_2018.jpgSelon l’OCDE, la croissance en France pour les deux années à venir serait respectivement de 2,2% et 1,9%. L’économie mondiale, dont la croissance sera également en progression, serait sortie de la crise financière.

En savoir plus 

xxxx

xxxxx

FAIRE DU SPORT EN TRAVAILLANT

eveia.jpgNous passons 12h par jour assis au bureau et ce mode de vie sédentaire est une catastrophe pour notre santé. L’explosion des diabètes de type 2, mais aussi l’hypertension, l’obésité, le stress ou l’anxiété sont directement corrélés à ce mode de vie. Ce constat a amené la startup Eveia à mettre au point un dispositif à placer sous votre bureau pour vous faire pédaler de façon automatique et inconsciente. Et pourquoi pas chez vous, quand vous regardez la télé? Les sportifs du dimanche vont prendre leur revanche!

En savoir plus 

UN PNEU QUI PURIFIE L’AIR

goodyear oxygene.jpgLes ingénieurs de Goodyear ont mis au point ce procédé révolutionnaire: un pneu, baptisé Oxygene, non seulement végétal, mais qui purifie l’air! L’idée de génie: remplacer les jantes par une mousse végétale dont la photosynthèse produit de l’oxygène. Serait-on à l’aube d’un monde enfin plus écologique?

En savoir plus 

LA RSE A LE VENT EN POUPE

Selon un rapport de la BPI, les dirigeants d’entreprises françaises se sentent de plus en plus concernés par la RSE. Un nombre croissant d’entre eux met en place des dispositifs allant dans ce sens.

Les-dirigeants-PME-majoritairement-sensibles-RSE-F.jpg

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas de Jean-David Chamboredon / Les conseils d’expert de Christiane Feral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 17/3/18 à 7h – Dimanche 18/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: ANOTHER BRAIN: un robot au cerveau (presque) humain

TALK 2 : BOXTAL, spécialiste de l’envoi de colis pour TPE/PME

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Jean-David Chamboredon, entrepreneur et investisseur (ISAI), président de France Digitale 
  • Les conseils d’expert de Christiane Feral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux 

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


⇒ LES PREMIERS PAS DANS L’ENTREPRENEURIAT de Jean-David Chamboredon, entrepreneur et investisseur (ISAI), président de France Digitale, et à l’origine du mouvement Les Pigeons

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Portait-Jean-David-Chamboredon-trajectoire-Pigeon-FDans 1001 Startups: « Je suis un vieux VC ! Avant j’étais informaticien, pendant 13 ans chez Cap Gemini. J’ai eu la chance, en 1996, de monter Cap Gemini Silicon Valley et de passer 3 ans en Californie et de découvrir cette écosystème incroyable.

Pour moi c’était la plus belle époque de la Silicon Valley. Quand je suis rentré en France, j’ai décidé de changer de métier, d’arrêter l’intégration système et de passer au Capital Risque.

J’ai alors intégré 3I, un fonds d’investissement anglais dont j’étais le partner France sur le secteur des technologies, télécom, média, etc. Cela m’a permis de faire de beaux deals comme seloger.com et PriceMinister, et c’est comme ça que je suis rentré en relation avec Pierre (Koscziusko-Morizet) et Olivier (Mathiot). En 2008, pendant la crise, le fonds 3I a décidé d’arrêter d’investir dans le secteur des technologies et Pierre Koscziusko-Morizet m’a proposé ISAI.

⇒ LES CONSEILS D’EXPERT de Christiane Feral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

christiane feral schuhl.jpgDepuis près de 30 ans, Christiane Féral-Schuhl exerce dans le secteur du droit de l’informatique, des nouvelles technologies (informatique, internet, télécommunications et médias), des données personnelles et de la propriété intellectuelle, dont elle est un acteur reconnu. Elle exerce également les fonctions de médiatrice, d’arbitre et de cyberarbitre. Elle a été Bâtonnier du Barreau de Paris (24 000 avocats) en 2012 et 2013.

Pourquoi faire appel à un avocat pour la création d’entreprise?

Ce sont des hommes de droit, par conséquent les plus à même d’aider un créateur d’entreprise à définir le cadre légal de son activité. Ils peuvent à la fois intervenir sur le choix de la structure juridique de l’entreprise (entreprise individuelle, SARL, SA, SAS…), apporter des conseils sur son nom et le droit des marques, faire des recherches d’antériorité sur un brevet ou rédiger un pacte d’actionnaires. Leur champ d’intervention est large. Leurs tarifs également !  » J’ai lâché 6 000 euros à un cabinet d’avocats quand j’ai lancé mon entreprise. Tout cela pour m’entendre dire qu’il fallait que j’opte pour un bail commercial à usage exclusif. J’ai trouvé ça un peu cher « , relate Eric Salles, fondateur de Point WC, une entreprise qui conçoit des toilettes haut de gamme pour les espaces publics. (L’Express)

 

BOXTAL boosté par la croissance de l’e-commerce. C’est au prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 17/3/18 à 7h – Dimanche 18/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

boxtal logo.png
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: ANOTHER BRAIN: un robot au cerveau (presque) humain

TALK 2 : BOXTAL, spécialiste de l’envoi de colis pour TPE/PME

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 2: BOXTAL, avec Virginie Ducrot, présidente

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Boxtal permet aux professionnels d’expédier facilement et de façon économique tout envoi de 1g à plusieurs tonnes (plis, enveloppes, colis, palettes…) et propose des tarifs négociés jusqu’à -75%, sans minimum de commande avec les principaux transporteurs : Chronopost, FedEx, UPS, TNT, DHL, GLS, Relais Colis, Mondial Relay, Colissimo…

LES CHIFFRES CLÉS DE BOXTAL

  • Activité: n°1 de la livraison de colis multi-transporteurs pour les TPE/PME et e-commerçants
  • Date de création: 2008 : création d’envoimoinscher – changement de nom et repositionnement en 2016
  • Siège social: Paris
  • CA: 30 millions € (5 millions quand on les avait reçus en 2013)
  • Effectif: 55 (11 en 2013)
  • 225 000 clients (40 000 en 2013)
  • 1 million de devis par mois
  • Partenaires : 17 plus grands transporteurs du marché (Colissimo, Mondial Relay, Relais Colis, DHL, Chronopost par exemple)
  • Depuis son existence, Boxtal a envoyé 5M de colis et avec l’explosion du e-commerce ces chiffres s’envolent. (on ne communique pas sur le nombre de colis par mois parce que ça change tous les mois. x2 d’une année sur l’autre)
  • Les clients e-commerce de Boxtal envoient de plus en plus de colis : 10 fois plus qu’en 2010 et 2 fois plus qu’en 2016.
  • Ouverture en Espagne en juin 2017

Boxtal a connu une fin d’année et un mois de décembre record avec 150.000 colis livrés ce dernier mois, après +115% de colis livrés pendant le week end du Black Friday par rapport à 2016.

« Nous vivons aujourd’hui un moment passionnant du développement de Boxtal. 2017 a été une année exceptionnelle notamment dans le secteur de l’e-commerce. Boxtal, qui a observé une croissance exponentielle des livraisons pendant la période des fêtes, constate que cette tendance ne touche plus seulement les mastodontes du secteur mais bien l’ensemble des 170 000 petits sites de e-commerce actifs sur le marché français. » affirme Virginie Ducrot, Présidente de Boxtal.

DISTINCTIONS

  • 70è / 500 du classement Frenchweb des entreprises de la Tech Française 2017
  • Sélectionnée parmi les 3 000 entreprises BPI et désigné comme acteur disruptif du marché de la livraison dans leur étude « Le numérique déroutant».
  •  Primé aux E-commerce Awards dans la catégorie logistique

capture-boxtal.png

Dans les Echos – Boxtal, le spécialiste des livraisons de colis qui monte

L’entreprise se présente comme un service d’expédition externalisé entièrement dédié aux PME. En juin dernier, Boxtal a officiellement lancé son activité en Espagne

« Historiquement, les transporteurs se sont organisés pour traiter les grands clients avec de grosses commandes, pas les demandes factuelles. Nous sommes là pour absorber cette clientèle.  » Virginie Ducrot est la présidente de l’entreprise Boxtal, ex-Envoi Moins Cher. Grâce à un outil interne développé par l’entreprise, le site est branché en continu au webservice de 16 transporteurs, dont certains sont capables de livrer à l’international (Colissimo, DHL, Fedex, etc.).

Les PME font leur choix pour trouver le meilleur équilibre entre le prix et la prise en charge proposée. « Notre profil client le plus récurrent est l’entreprise de moins de 5 salariés possédant un site Internet vitrine avec une trentaine de commandes par mois, passées par téléphone ou mail », explique Virginie Ducrot.

En plus de son offre classique, Boxtal s’est positionné pour répondre à la demande dite « premier kilomètre « , à savoir l’obligation pour les PME de mobiliser du temps pour apporter une commande dans un bureau de poste ou un Point Relais. Pour un coût à part, l’entreprise propose que l’un de ses camions passe chercher les colis directement chez l’exportateur pour ensuite les réinjecter dans le circuit de livraison choisit par ce dernier.

Commission de 20 %

Boxtal s’occupe intégralement de la paperasse de ses 60.000 clients. Pour rester rentable, l’entreprise applique une commission de 20 % comprise sur les tarifs proposés. Le choix a été fait de travailler avec un nombre restreint de transporteurs. « Les envois à l’étranger représentent 40 % de notre activité. Travailler avec des gros transporteurs nous permet de donner une image professionnelle », soutient Virginie Ducrot.

Développement en Espagne

Au terme de huit ans d’existence, Boxtal et ses 50 salariés sont parvenus à développer une force de frappe suffisante pour négocier des tarifs avec les transporteurs « même si certains, comme les filiales de La Poste, sont moins ouverts à la négociation que d’autres ».

LES OBJECTIFS

L’aventure continue en 2018 pour Boxtal qui ambitionne de doubler son activité. Afin de soutenir ces objectifs, la société prévoit de lancer de nombreux nouveaux produits et services mais également de renforcer ses équipes. Ainsi, plus de 10 nouveaux collaborateurs devraient rejoindre le service client, l’équipe IT (développeurs, QA et devops) et le service finance (data analysts) cette année.

Pour accompagner cette croissance, la société va s’installer dans de nouveaux locaux. Le déménagement est prévu en mars 2018.

Pour simplifier encore davantage la gestion des envois de colis pour les e-commerçants avec une interface comprenant toutes les actions liées à l’envoi de colis, Boxtal vient de lancer la centrale d’expéditions. Aujourd’hui, les e-commerçants peuvent vendre sur Amazon, Cdiscount, Prestashop, etc… mais la gestion de toutes ces boutiques demande un temps considérable. C’est pour cette raison que Boxtal a développé une centrale d’expéditions complète. Avec Boxtal.com, les e-commerçants peuvent développer leur business sans complexifier la gestion de leurs expéditions. Ils récupèrent automatiquement toutes les commandes de leurs boutiques en ligne, les expédient à des tarifs négociés via l’un des 17 transporteurs partenaires puis gèrent et suivent l’état de toutes leurs expéditions sur une seule interface (annulation, reprogrammation, réclamation etc…), tout en bénéficiant d’un SAV made-in-France expert pour les accompagner.

Un robot doté de conscience? C’est ce que va créer Another Brain. Au prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 17/3/18 à 7h – Dimanche 18/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

another brain.png
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: ANOTHER BRAIN: un robot au cerveau (presque) humain

TALK 2 : BOXTAL, ex-Envoismoinscher, boostée par la croissance de l’e-commerce

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1: ANOTHER BRAIN, avec Bruno Maisonnier, fondateur 

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Avec Another Brain, Bruno Maisonnier veut donner une vraie intelligence aux objets, totalement autrement que ce qui se fait actuellement. « 95% des gens qui font de l’IA dans le monde font des réseaux de neurones* et ne veulent pas copier le cerveau humain ». Selon lui, ça a des limites, il veut construire l’étape d’après, pour « être plus fort que les Américains et les Chinois ».

* le réseau de neurones est un système programmé par l’humain et qui fonctionne ensuite par association d’idées (reconnaissance d’images par exemple). Plus on l’alimente en données, plus le système devient « intelligent ». Des algorithmes lui font prendre des décisions. Mais l’intervention humaine reste indispensable.

> La France est au monde le pays qui a le plus de créativité de rupture selon lui

another brain cerveau

QU’EST-CE-QUE ANOTHER BRAIN?

Le produit sera disponible en 2019 

Des puces (circuits intégrés d’intelligence artificielle) capables de reproduire le fonctionnement du cortex cérébral pour « permettre à n’importe quel type de capteur de comprendre et d’apprendre de son environnement, de manière autonome et non supervisée ».

Cette approche est censée résoudre les problèmes que posent les solutions «traditionnelles » basées sur les réseaux neuronaux à apprentissage supervisé (deep learning). Notamment en matière de consommation d’énergie (Another Brain affirme que son circuit intégré requiert moins de 1 watt), et de capacité à expliquer les décisions des algorithmes.

APPLICATIONS

>> Voitures intelligentes : l’assistance à la conduite et les véhicules autonomes sont basés sur la perception de ce qui se passe. Another Brain ouvre de nouvelles pistes beaucoup plus puissantes.

>> Robotique industrielle de manipulation ou de déplacement : l’efficacité et la robustesse de la perception augmentent la fiabilité de l’automatisation industrielle.

> Drones, IoT, Robots autonomes, Médecine personnalisée, Défense : changement de paradigme en offrant une compréhension de l’environnement.

ET SI LES ROBOTS FAISAIENT TOUT À NOTRE PLACE?

robot intelligence artificielle

LEVÉE DE FONDS

Dans Les Echos – Bruno Maisonnier réunit 10 millions d’euros pour AnotherBrain

Ont participé à la levée de 10 millions d’euros : Antoine Blondeau (président fondateur de Sentient), Charles Edouard Bouée (PDG de Rolland Berger), et les fonds d’investissements Daphni, Global Founders Capital, Cathay Capital et Aglae Venture.

La start-up fondée par le père des robots NAO et Pepper veut créer des puces dotées d’une nouvelle génération d’intelligence artificielle. Elles pourront aussi bien s’appliquer aux véhicules autonomes qu’à la sécurité ou à la robotique.

Après  la vente houleuse d’Aldebaran au japonais Softbank en 2015, Bruno Maisonnier aurait pu tout arrêter. Il y a pensé d’ailleurs. Mais après avoir écumé les routes avec sa moto jusqu’en Amérique du Sud, il s’est décidé à reprendre le chemin de l’entrepreneuriat avec AnotherBrain, une start-up qu’il a fondée il y a tout juste douze mois et dont il dévoile le montant de ce qui s’impose comme l’une des plus importantes  levées de fonds d’amorçage françaises de l’histoire (10 millions d’euros).

« Ce projet est né alors que je réfléchissais à l’avenir de la robotique, se rappelle Bruno Maisonnier. Aldebaran n’était qu’une étape où l’on a tiré le meilleur parti en assemblant des technologies disponibles et je voulais tout réinventer pour créer une expérience plus souple, plus agréable. » Mais plutôt que de s’attaquer à l’ensemble des pièces du puzzle, le fondateur d’AnotherBrain a choisi de se concentrer sur le développement d’une technologie capable de donner une conscience aux robots et à tout objet. Mais pas avec n’importe quel objectif, précise Bruno Maisonnier : « lorsque je serai âgé et que j’aurai besoin de l’assistance d’un robot pour rester chez moi, je ne veux pas que celui-ci soit américain et aspire toutes mes données, ou asiatique et essaie de me vendre des produits ou des services. Je veux un robot français avec des valeurs! »

Eviter l’intervention humaine

La puce, qu’il développe avec une équipe d’une vingtaine de personnes pour le moment dans le centre de Paris, devrait être disponible début 2019, mais un premier logiciel capable de démontrer toute l’étendue de ses capacités verra le jour dès la fin de l’été. A terme, cette puce pourra être intégrée à un robot bien sûr, mais aussi à des outils comme des caméras vidéo ou des objets connectés pour leur donner la capacité d’apprendre sans que l’être humain n’intervienne de quelque manière que ce soit. (…)

Dans les faits, la puce devrait permettre, par exemple, d’aider les constructeurs de véhicules autonomes à  mieux guider leur véhicule sur la route. A ce qu’ils apprennent aussi plus rapidement et sans intervention humaine les dangers et les obstacles qui pourraient se dresser devant eux. Deux constructeurs français auraient déjà passé un contrat avec la start-up pour explorer cette piste dans les années à venir.

Transposée dans le domaine des robots, cette possibilité peut donner le tournis et soulève des questions d’éthique, dont le startuppeur assure avoir conscience : « Je souhaite que ce projet soit entouré de bienveillance. Je m’entoure de personnes qui ont cette obsession en tête et j’embarque les verrous nécessaires dans mes puces pour qu’elles ne puissent pas être détournées de leur usage. » Un discours qui a convaincu les investisseurs de le suivre alors qu’il n’avait pas encore passé le stade de l’intention d’AnotherBrain. (…)

 

C’est lundi, jour du bonheur!

Publié le Mis à jour le

J-8 avant le PRINTEMPS!!! 

Une seule journée par an consacrée aux femmes c’est trop peu. Nous, on continue:

FEMMES AUX POSTES DE DIRECTION: la France, bonne élève

femme dirigeanteD’après l’étude annuelle « Women in Business » de Grant Thornton International, menée au sein de 35 pays au dernier semestre 2017, un nombre plus important d’entreprises (75 % en 2018 contre 66 % en 2017) comptent désormais au moins une femme à un poste de top management ou de directionLes entreprises françaises sont au-dessus de la moyenne mondiale avec un résultat de près de 79%.

Pour en savoir plus 

xxxx

LES FEMMES PLUS HEUREUSES AU TRAVAIL QUE LES HOMMES

Selon la récente étude du cabinet Robert Half « Les secrets du bonheur au travail », les femmes seraient souvent plus satisfaites au travail que les hommes. Elles se considèrent traitées équitablement et avec respect (16% contre 13% pour les hommes), se sentent capables d’influencer d’importantes décisions (24% contre 17% chez les hommes) et se sentent libres d’être elles-mêmes (à 15% vs 11% pour les hommes).

ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE: LES SYNDICATS VEULENT DES ACTES

Equal male female sex equality balanceSelon Les Echos: Les syndicats français réclament  de « passer, comme en Islande, d’une obligation de moyens à une obligation de résultats ».  Une loi qui vient d’être votée dans cette île impose aux entreprises d’obtenir une certification de leur système de rémunération, qui garantisse qu’il respecte les règles édictées conjointement par les syndicats islandais, la confédération des employeurs et certains membres du gouvernement.

En savoir plus 

LES STARTUPS FRANÇAISES ONT LEVÉ 258 MILLIONS € EN FÉVRIER

startup« Les mobilités sont loin devant les autres secteurs, portées par le tour de table de Cityscoot. Suivent les médias et la fintech. Les jeunes poussent de l’Hexagone ont amassé 255 millions d’euros en levées de fonds en février,  soit plus du double de l’année dernière sur la même période(102 millions d’euros) ».

En savoir plus sur Le Journal du Net

xxxxx

EURATECHNOLOGIES fait des petits

euratechnologies-exterieur1er incubateur en France selon Fundacity, le célèbre Lillois annonce l’ouverture de deux nouvelles structures. Créé en 2009, EuraTechnologies accueille 300 entreprises, 3700 salariés, 500 événements annuels et un réseau international dense (San Francisco, Dubaï, Shanghai, New-York, Belo Horizonte).

Plus d’infos sur Capital

xxxx

xxxx

FAMILLE, HONNÊTETÉ, VALEURS: les Français ont de belles valeurs

Le baromètre annuel des valeurs des Français a été dévoilé ce week-end en exclusivité au Business Club de France sur BFM radio. Publié par le cabinet de conseil de direction générale en stratégie et management Kea & Partners, il classe une centaine de valeurs perçues et désirées par les Français sur 3 plans : personnel, dans la nation et au sein de l’entreprise. Cette année, les Français sont plus optimistes et cherchent l’épanouissement au travail. 

Capture d_écran 2018-03-07 à 16.32.08

Téléchargez le baromètreBaromètre des Français Kea 2017

UN ROBOT AU CERVEAU HUMAIN?

robotAnother Brain, c’est la nouvelle aventure de Bruno Maisonnier, fondateur d’Aldebaran (créateur des robots Nao, Pepper, Romeo). L’idée très avant-gardiste est de créer un robot qui, comme un humain, est capable d’apprendre par lui-même. En d’autres termes un robot doté d’une conscience… Technologie parfaite pour la voiture autonome, mais aussi la robotique industrielle, la médecine personnalisée, etc. Et pourquoi pas à l’avenir faire le café, s’occuper des enfants, nous réprimander quand on mange trop de chocolat? Une vision à la fois magique et quelque peu effrayante…

LA MÉDIATION DES ENTREPRISES: un dispositif hyper efficace

mediationFaire appel à un médiateur pour résoudre les conflits inter-entreprises est une pratique de plus en plus courante en France, qui se révèle fructueuse dans 75% des cas. Les chiffres 2017 de la Médiation des Entreprises prouvent à la fois la progression et l’efficacité de cette procédure gratuite.

  • Depuis 2010, 10 000 entreprises et acteurs publics ont fait appel à la Médiation des Entreprises.
  • Près de 3/4 des médiations aboutissent de façon positive
  • Plus de 93% des saisines proviennent des TPE et PME
  • 1/3 des médiations concernent des marchés public

Chaque week-end, Pierre Pelouzet, Médiateur des Entreprises, est au micro de Michel Picot pour recueillir les témoignages de chefs d’entreprise qui ont fait appel à la Médiation et leur donner les conseils appropriés.

(Ré)écouter les podcasts

Pour faire appel à la Médiation : mediateur-des-entreprises@finances.gouv.fr

Site de la Médiation des Entreprises 

EDDY DE PRETTO = STROMAE ou JACQUES BREL? Vous en pensez quoi?

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas de Jérôme Le Roy, de Weenat / Les conseils d’expert de Sylvain Lefèvre de la Centrale de Financement (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 10/3/18 à 7h – Dimanche 11/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1 & 2 : Les Français sont plus optimistes et recherchent l’épanouissement au travail

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Jérôme Le Roy, président fondateur de Weenat
  • Les conseils d’expert de Sylvain Lefèvre, président de La Centrale de Financement

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


⇒ LES PREMIERS PAS DANS L’ENTREPRENEURIAT de Jérôme Le Roy, président fondateur de Weenat

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

jerome le roy weenat.jpgWeenat a mis au point des capteurs intelligents pour l’agriculture.

Sur Entreprendre.fr: « L’agriculture, c’est un peu sa deuxième vie. Fils d’agriculteur, Jérôme Leroy s’est expatrié en Inde, Turquie et Japon, puis a lancé une entreprise d’électronique avant de revenir sur ses terres natales en 2014.

Passionné de biodiversité, il sait que des conditions météorologiques peuvent avoir des conséquences désastreuses sur une récolte, donc sur les ressources financières des agriculteurs. «Il était nécessaire qu’ils disposent de données météorologiques et agronomiques plus précises et localisées sur le comportement de l’eau dans le sol, la pluie, les températures pour pouvoir agir», explique-t-il.

Weenat, sa start-up créée en 2014, permet d’affiner ces données à l’échelle d’une parcelle grâce à des capteurs connectés positionnés dans le sol.

⇒ LES CONSEILS D’EXPERT de Sylvain Lefèvre, président de La Centrale de Financement

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

Sylvain_Lefevre_LCF.pngLa Centrale de Financement lance une plateforme dédiée au financement des « Professionnels »

Alors que les dossiers traités par les courtiers représentent désormais 30% des parts du marché de crédit immobilier pour les particuliers, le marché professionnel reste encore majoritairement entre les mains des banques.

La Centrale de Financement déploie aujourd’hui un plateau d’analyse à destination des « Professionnels » qui recherchent un financement à l’occasion de la création, reprise d’une entreprise ou du développement de leur activité.

Le plateau d’analyse créé par La Centrale de Financement intervient sur l’ensemble des projets et sur la grande majorité des besoins de financements : immobilier professionnel, fonds de commerce,

actions et parts sociales, travaux, matériel, crédit-bail, affacturage, …

Les spécialistes en financement professionnel de La Centrale de Financement accompagnent tous les porteurs de projets ,artisans, commerçants, professions libérales, et entrepreneurs, de la TPE à la

PME, secteur public ou privé, dans l’analyse de leur dossier et dans la recherche de crédit professionnel ou privé.

Concrètement, les professionnels à la recherche de solutions de financement disposent de trois modes d’accès au service de la plateforme :

  • via un numéro de téléphone dédié
  • via les agences
  • via le site internet de La Centrale de Financement

Les conseillers experts du plateau prennent alors en charge tout le parcours de financement, de la construction à l’analyse du dossier jusqu’à sa validation et présentation aux partenaires bancaires.

À propos de la Centrale de Financement

Née en 2013 de l’association de Sylvain LEFEVRE et Philippe GIROU, deux professionnels reconnus combinant près de 40 ans d’expérience dans le courtage en prêts immobiliers, la Centrale de Financement est un réseau constitué de 150 agences implantées dans toute la France et en Europe.

Son ambition principale est de proposer toute l’offre de prêts immobiliers et d’assurances emprunteurs au plus grand nombre en assurant les conditions financières les plus avantageuses et un accompagnement personnalisé et durable des clients. Artémis, société d’investissement de la famille Pinault, est actionnaire majoritaire de la société. Le groupe apporte son soutien à la Centrale de Financement dans sa volonté de développement européen, notamment à travers l’expérience de l’ensemble de ses marques.

[EN EXCLUSIVITÉ au Business Club] – Famille, honnêteté, respect: Kea & Partners dévoile son baromètre sur les valeurs des Français (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 10/3/18 à 7h – Dimanche 11/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1 & 2 : EXCLUSIVITÉ: Les Français sont plus optimistes et recherchent l’épanouissement au travail

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1 & 2 : BAROMÈTRE ANNUEL DES VALEURS DES FRANÇAIS, avec Arnaud Gangloff, président de Kea & Partners

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

⇒ Télécharger le baromètre: Baromètre des Français Kea 2017

Kea & Partners est un cabinet de conseil de direction générale, opérant en France et à l’international, sur les enjeux de stratégie et croissance ; excellence des opérations ; structure, gouvernance, management et ressources humaines ; digitale, technologie et systèmes d’information.

Kea & Partners compte plus de 500 consultants et 400 clients et est implanté dans 11 pays avec 14 bureaux. (Allemagne, Angleterre, Australie, Autriche, Brésil, Chine, France, Italie, Maroc, Suisse et USA).

Depuis 5 ans, le baromètre des valeurs des Français, publié par le cabinet de conseil de direction générale en stratégie et management Kea & Partners, classe une centaine de valeurs perçues et désirées par les Français sur 3 plans : personnel, dans la nation et au sein de l’entreprise. Cette nouvelle édition, réalisée 2 mois après les élections présidentielles de 2017, met en exergue 3 grands enseignements :

• Valeurs personnelles : les Français sont plus optimistes et moins critiques envers la société. Les valeurs négatives ou valeurs freins sont en baisse de 6 points en un an.

• Valeurs dans la nation : moins focalisés sur la question de la sécurité dans un contexte de menace terroriste, les Français se tournent vers le développement durable et le bien-être.

• Valeurs pour l’entreprise : une part plus importante est accordée à la recherche d’épanouissement personnel. Sur ce point, les entreprises font plus que jamais figure de refuge.

Nous publierons l’intégralité de cette étude, après la diffusion de l’entretien sur BFM Business Samedi 10 et Dimanche 11 mars 2018

 

 

 

Au lendemain de l’élection présidentielle, les Français sont résolument optimistes et la vision qu’ils ont de leur pays est plus positive et plus constructive. Traduction directe : le pourcentage de valeurs freins exprimées recule de 6 points pour atteindre 59%, soit son plus bas niveau depuis 2013.

Illustration de ce changement d’état d’esprit, les Français se déclarent moins enclins à « râler », une caractéristique qui passe de la 9ème place du top 20 des valeurs personnelles des Français en 2016 à la 18ème en 2017. La « Qualité de vie » et la « Bienveillance » font quant à elles leur entrée dans ce Top 20, respectivement à la 11e et 12e place.

Dans le détail, les moins de 35 ans se disent confiants, bienveillants et courageux et sont également plus enclins à assumer leurs responsabilités, ce qui ne les caractérisaient pas en 2016. Les plus de 50 ans quant à eux s’estiment plus ouverts d’esprit et plus généreux. Enfin, la tranche intermédiaire (35-50 ans) se déclare plus prudente mais pas moins optimiste, plus investie dans le travail mais moins tournée vers la famille.

Quand il s’agit de juger la société française dans sa globalité, les sondés sont beaucoup moins idéalistes. Les 10 valeurs associées à la nation française sont des « valeurs freins », même si, d’une manière globale, toutes les valeurs qui reflètent les frictions, les peurs et les frustrations sont en baisse en 2017.

Valeurs pour la nation : plus sereins quant à leur sécurité, les Français portent davantage les enjeux environnementaux et des valeurs de bien-être

Les résultats du baromètre 2016, marquée par les attentats de Nice et de Paris, témoignaient d’une inquiétude amplifiée sur les sujets touchant à leur sécurité physique : en termes de valeurs vécues, celles de « conflit / agression », « haine » et « terrorisme » progressaient de 25% à 30% en 1 an. En 2017, ces valeurs reviennent à des niveaux inférieurs à 2015, laissant penser que les Français s’habituent à la menace terroriste.

En parallèle, la nouvelle génération est plus préoccupée par les enjeux environnementaux : + 6 places pour la « prise de conscience écologique » et + 10 places pour le « développement durable ». Les + de 50 ans perçoivent également de mieux en mieux ces enjeux: 1/3 d’entre eux évoquent notamment le « gaspillage des ressources / pollution de l’environnement » pour caractériser la société française.

« Les citoyens et les collaborateurs attendent des entreprises qu’elles prennent part à la construction du monde de demain. Agir au-delà même de leur activité, ancrer leur vision, prendre en main leurs responsabilités dans l’amélioration de la société, pour plus de cohésion sociale, d’emploi et d’équité », analyse Arnaud Gangloff.

Enfin, les Français sont également plus demandeurs de bien-être au sein de la société. La « qualité de vie » est dans le top 3 des valeurs désirées pour la nation chez les moins de 50 ans.

Valeurs en entreprise : un contexte socio-économique plus favorable, dont les effets se ressentent sur le moral des Français

Le baromètre 2017 constate une baisse significative de « l’inquiétude liée à l’emploi », qui recule de plus de 6 points en 1 an. En miroir, parmi les valeurs désirées par les Français, la « possibilité d’emploi » est en baisse dans toutes les classes d’âge, à l’exception des plus de 50 ans.

On constate une tendance similaire en entreprise, où les Français témoignent d’une plus grande sérénité quant à la santé de leur entreprise. Parmi les valeurs vécues, ils sont plus nombreux à citer la « stabilité financière » et les « profit ». En parallèle, la « réduction des coûts » baisse de façon significative, tout comme la peur de « l’insécurité de l’emploi ». Parmi les entreprises de 500 à 5 000 salariés, « l’insécurité de l’emploi » passe même de la 6ème à la 46ème place.

Au sein de leur entreprise, il est à noter que les Français accordent une plus grande attention à leur bien-être et à leur épanouissement. Leurs attentes vont bien au-delà du vivre et travailler ensemble. Ils cherchent de plus en plus à se développer et s’accomplir à travers leur travail et ressentent un réel progrès au sein de leurs organisations. Si l’« équilibre vie pro / vie perso » figure désormais dans le Top 20 des valeurs vécues en entreprise, les Français restent exigeants : « L’épanouissement des collaborateurs » devient la 5ème valeur la plus désirée en entreprise et « l’équilibre vie pro / vie perso » passe de la 12ème à la 8ème place.

« Les énergies individuelles prennent une place croissante dans les dynamiques d’entreprise. Ce baromètre rend compte du besoin d’autonomie et d’épanouissement au travail des Français. Les entreprises vont plus que jamais devoir innover dans leurs pratiques managériales afin de libérer les énergies et renforcer l’engagement de leurs collaborateurs », conclut Arnaud Gangloff.

[LUNDI BONHEUR] – 5 mars

Publié le Mis à jour le

La neige a fondu… le printemps est là !! (mais si)

 

8 mars: JOURNÉE INTERNATIONALE DES FEMMES

Saviez-vous que 40 % des entreprises individuelles sont créées par des femmes? A l’occasion de la journée internationale des femmes, l’association 100 000 entrepreneurs et le secrétariat d’état chargé des Droits des femmes organisent une semaine de sensibilisation à l’entrepreneuriat féminin. Des ateliers, des conférences, des rencontres seront organisées dans les collèges et lycées.

Qui_sont_les_femmes_entrepreneures_5.png

61,8% DES ENTREPRENEURS ONT PRÉVU D’EMBAUCHER CETTE ANNÉE

Dans une enquête réalisée par l’Incubateur Belle de Mai auprès des entrepreneurs qu’il accompagne, 61,8% de ces derniers déclarent qu’ils ont prévu d’embaucher en 2018. Ils recruteront principalement de jeunes diplômés (56%).
Parmi les postes les plus recherchés : les développeurs et informaticiens arrivent en première position avec 50%, contre 35,71% pour des postes de marketing/commercial et 7,14% de designers et techniciens.

unnamed.jpg

LES ENTREPRISES FRANÇAISES EN BONNE SANTÉ

Selon le bulletin de santé des entreprises de l’Observatoire des entreprises en difficultés (OCED) de la CCI Paris Ile de-France, le nombre de procédures de sauvegarde, liquidations et redressements continue de diminuer tant au plan national (- 6 %, en glissement annuel au 1er janvier 2018) qu’en Île-de-France (- 6,5 % en glissement annuel au 1er janvier 2018). En Île-de-France, traduisant la spécificité de la région, ces ouvertures s’établissent à près de 32 % en dessous du pic historique de 1993 ; elles sont aussi inférieures au palier atteint en 2009 (de près de 11 points).

Plus d’infos

VIVE LE PATRIMOINE FRANÇAIS

epvLe nombre d’entreprises candidates au label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) ne cesse d’augmenter. L’année 2017 s’est caractérisée par une forte progression du nombre de candidats au label EPV puisque ce dernier a attiré 20,4 % de candidatures supplémentaires par rapport à l’année précédente. Le label d’État Entreprise du Patrimoine Vivant regroupe près de 1 400 entreprises françaises d’exception, avec plus de 65 000 emplois et un chiffre d’affaires cumulé annuel de plus de 14 milliards d’euros.

xxxxx

xxxxx

UN BATEAU VOLANT SUR LA SEINE!

Après une 1ère mondiale réussie en juillet 2017,  SEAir, concepteur de bateaux volants à voile et à moteur fera voler son Flying RIB sur la Seine. Mais comment ça marche? Dans Ouest-France, Richard Forest, le créateur, explique: « Comme une aile d’avionUne dépression se crée dans la courbe du foil immergé, ça aspire le bateau vers le haut et la coque sort de l’eau. ». Et moins de frottements, c’est une consommation réduite en carburant. « Environ 30 % de gain », note Richard Forest.

ET BIENTÔT PARIS-TOULOUSE EN 20MN

L’hyperloop, c’est pour demain. BFM Business nous apprend que « l’une des sociétés engagées à développer le projet Hyperloop, porté par le milliardaire Elon Musk, a pris un train d’avance aux États-Unis. Un projet d’une liaison à très grande vitesse traversant plusieurs États s’est concrétisé pour la première fois par la signature d’un partenariat public-privé (PPP) ratifié entre la société californienne Hyperloop TT et le NOACA (Agence de coordination du nord-est de l’Ohio) ». Le train du futur permettrait de faire les 503 km en 28 mn. En France, une telle installation permettrait de relier Paris à Lyon, Montpellier ou Toulouse en 20 mn. De quoi laisser rêveur ceux qui envisagent de quitter Paris…

LE POLAR À L’ASSAUT DE LA DÉPRESSION!

bepolar.jpgLe spécialiste du polar, bepolar.fr, nous livre une bonne nouvelle: « selon une étude récente, lire des romans policiers pourrait aider à atténuer les symptômes de la dépression. La bibliothérapie provoquerait des changements de comportement via des réponses émotionnelles. Les résultats ont montré une amélioration de l’humeur, ainsi qu’une diminution de l’anxiété et de l’agressivité.
Bien que ce ne soit pas un remède, les experts pensent que la bibliothérapie est efficace et pourrait réduire la dépendance aux antidépresseurs dans certains cas ».

 

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas de Paolin Pascot, d’Agriconomie / Les conseils de l’expert Jean-David Chamboredon (2e partie). C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 3/3/18 à 7h – Dimanche 4/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: SUPERPROF : croissance annuelle de plus de 120% depuis sa création

TALK 2: ELLCIE HEALTHY : les lunettes intelligentes made in France

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Paolin Pascot, d’Agriconomie
  • Les conseils d’expert de Jean-David Chamboredon, entrepreneur et investisseur (ISAI), président de France Digitale, et à l’origine du mouvement Les Pigeons –  (2ème partie)

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


⇒ LES PREMIERS PAS dans l’entrepreneuriat de Paolin Pascot, d’Agriconomie

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Des entrepreneurs à la fois geek et d’ascendance paysanne

Ces trois garçons dans le champ revendiquent tous des racines paysannes. A la tête d’Agriconomie, Paolin Pascot, petits-fils d’agriculteurs dans le Poitou, est entouré de Clément Le Fournis, cinquième génération d’agriculteurs dans la Marne, titulaire d’un bac agricole, et Dinh Nguyen, fils de viticulteurs dans l’Aube. Ce dernier est le petit génie informatique de la bande, diplômé d’Epitech, alors que les deux premiers ont suivi le master HEC Entrepreneurs après un parcours universitaire très original.

 » J’ai commencé à étudier à l’université d’Evry, raconte Paolin Pascot. Puis, comme j’avais de très bons résultats, j’ai reçu une bourse pour étudier à Cambridge, puis au Canada et en Inde où j’ai obtenu un master en global communication tout en créant ma première start-up.  » Après une année de service civique chez les pompiers, le jeune homme décide de compléter sa formation à HEC.  » C’est très concret, j’ai adoré.  » A Jouy-en-Josas, sur les bancs de l’école de management, il rencontre Clément le Fournis.  » Une personnalité incroyable, le plus jeune de la promo, assoiffé de connaissances, passionné de rugby. Le cul-terreux du groupe « , dit-il avec beaucoup d’affection. En 2014, ils créent ensemble Agriconomie. (Challenges)

⇒ LES CONSEILS D’EXPERT de Jean-David Chamboredon

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Comment séduire les investisseurs?

Quelles sont les erreurs les plus fréquentes que font les start-up quand elles cherchent à lever des fonds ?

JDC : L’erreur la plus fréquente c’est de se tromper sur le montant que l’on demande ! Quand vous souhaitez lever de l’argent, le montant que vous demandez correspond implicitement à la valeur que vous lui attribuez. Par exemple, si vous cherchez 1 million d’euros, c’est que vous pensez que la valorisation de l’entreprise vaut entre 2 et 3 millions d’euros minimum. Or la start-up ne vaut généralement vraiment pas grand-chose avant d’atteindre une vraie traction. Les chances de valoriser sa start-up à 2 ou 3 millions d’euros est alors quasi nulle.  Cela veut dire qu’à ce stade là, il vaut mieux aller chercher 200 000 euros en expliquant que l’on n’a pas encore de traction véritable.

Et il faut savoir que dans la chaine de financement, selon le montant que vous demandez, il ne faut pas aller voir les mêmes personnes.

La deuxième erreur des start-up est le multiple modèle économique. Cette erreur est de moins en moins fréquente maintenant, car les start-up sont accompagnées par des pépinières, des incubateurs, des accélérateurs… et sont donc plus encadrées. Cependant,  les start-up sont trop souvent hybrides dans leur modèle économique. Par exemple, une start-up qui développe une activité B to C mais qui se positionne également sur du B to B car cela permet de générer du cash rapidement….

Les investisseurs aiment les modèles purs et investissent sur les start-up qui ont une idée claire de leur modèle économique ! Voici une expression que j’emploie souvent « vendre un couteau suisse à quelqu’un pour manger de la viande, ce n’est pas l’outil le plus adapté. Ok, le couteau suisse c’est sympa, il y a un tire bouchon, etc. mais le couteau à viande, pour manger de la viande, c’est mieux ! »

La suite sur 1001 startups 

ELLCIE HEALTHY, des lunettes très intelligentes pour la sécurité routière. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 3/3/18 à 7h – Dimanche 4/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: SUPERPROF : croissance annuelle de plus de 120% depuis sa création

TALK 2: ELLCIE HEALTHY : les lunettes intelligentes made in France

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 2 : ELLCIE HEALTHY, avec Philippe Peyrard, fondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Les lunettes d’Ellcie Healthy ne sont pas uniquement connectées. Elles sont ultra intelligentes. Bardées de capteurs, elles veulent assurer votre sécurité sur la route, en prévenant notamment l’endormissement au volant. Une invention niçoise qui sera commercialisée bientôt dans le réseau Optic 2000.

Optic 2000 et Ellcie Healthy lancent les lunettes évitant de s’endormir au volant

Fin avril 2018, Optic 2000 vendra en exclusivité dans ses 1.200 points de vente les montures connectées imaginées par Ellcie Healthy, la start-up fondée par Philippe Peyrard, transfuge du réseau Atol. 

Améliorer la vision ne sera peut-être dans l’avenir qu’une des fonctions de nos lunettes. Philippe Peyrard, le fondateur de la jeune entreprise Ellcie Healthy, y voit même un marché de masse : « Les applications vont se multiplier car nous portons nos lunettes en permanence, au plus près de nous, et elles concernent 60 % de la population adulte (2 sur 3).  » Le premier marché visé par Ellcie Healthy est la sécurité routière, avec une monture intelligente qui permet de prévenir la baisse de l’attention et l’endormissement au volant. Elle devrait être vendue, dès l’année prochaine, dans les 1.200 points de vente d’Optic 2000. « Nous avons évidemment validé la technologie développée par Ellcie Healthy et constaté que Philippe Peyrard avait eu le talent de s’entourer des meilleures compétences depuis la technique jusqu’au marketing « , explique Didier Papaz, PDG du groupe d’optique.(…)

En 2015, alors qu’il était directeur général délégué du réseau d’opticiens Atol, Philippe Peyrard avait déjà lancé Téou, une paire de lunettes localisable grâce à son smartphone. Le produit est toujours en vente dans le réseau, mais lui a rapidement quitté l’entreprise suite à une réorganisation du management. Dès mai 2016, il a créé Ellcie Healthy et embauché un ancien chercheur du CEA et une ophtalmologue de renom comme directrice scientifique. « Contrairement aux systèmes des détecteurs embarqués actuels, la monture située tout près du visage fournit des informations beaucoup plus précises « , insiste-t-il. La paire de lunette intègre une série de capteurs (à infrarouge, accéléromètre, gyroscope) permettant de prendre en compte plusieurs paramètres caractéristiques de l’endormissement : clignement et vitesse de mouvement des yeux mais aussi l’écarquillement, début de bâillement ou micro chute de la tête. Un capteur de température de l’air ambiant permet aussi de détecter une atmosphère propice à l’assoupissement. Le conducteur et les passagers du véhicule sont prévenus par un clignotement d’une LED rouge, par un buzzer sonore intégré à la monture ou par la sonnerie de leur smartphone.(…)

Fabriqués par deux PME de la « plastic valley  » dans le département de l’Ain, les cinq modèles de paires de lunettes seront vendus en exclusivité dans le réseau d’Optic 2000 pendant 3 mois. Philippe Peyrard envisage déjà l’avenir avec des applications médicales d’ici à quelques années : « La branche de lunette qui passe sur la tempe permettra d’avoir des mesures très précises : rythme cardiaque, pression artérielle, flux sanguin. Grâce à des capteurs de sudation, on pourra bientôt déterminer la glycémie.  » Ellcie Healthy va d’abord continuer à s’intéresser au marché grand public. Les futures montures pourraient ainsi nous fournir automatiquement notre position géographique ou se transformer en télécommande, par exemple pour ouvrir la porte du garage en un clin d’oeil. (Les Echos)

OBJECTIFS

Son ambition est de faire valoir son modèle disruptif de prix via une distribution multi-canaux… et de prendre rapidement 10 à 15 % d’un marché « qui devrait se monter rapidement à 200 millions d’unités par an, étant entendu que d’ici 20 ans toutes les montures pourraient être connectées », analyse Philippe Peyrard. (La Tribune Marseille)

En décembre 2017, la startup niçoise de 15 salariés a officialisé son rapprochement avec Generali. Un partenariat qui va permettre d’apporter un service supplémentaire au conducteur. La filiale de l’assureur italien, Europe Assistance, sera chargée de communiquer avec le conducteur pour le maintenir éveillé jusqu’à une prochaine aire de repos, tout en lui proposant un service de conciergerie afin de trouver un hôtel ou un restaurant, voire un taxi pour rejoindre son domicile. 

Superprof, la plus grande marketplace de connaissances en Europe. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 3/3/18 à 7h – Dimanche 4/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: SUPERPROF : croissance annuelle de plus de 120% depuis la création

TALK 2: ELLCIE HEALTHY : les lunettes intelligentes made in France

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1 : SUPERPROF, avec Yann Leguillon, cofondateur (avec Wilfried Granier)

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Le concept : la mise en relation d’élèves et de profs pour tous types de cours, en partant du principe que tout le monde a quelque chose à transmettre, étudiants comme agrégés. Et un classement des profs en fonction des avis des élèves. Un prof mexicain peut par exemple donner des cours d’espagnol à distance. Il est évalué par des contacts de Superprof sur place et par les notes que les élèves lui donnent. On peut apprendre à devenir apiculteur ou encore funambule. Sorte de Leboncoin de l’aide scolaire, Superprof assure contacter l’enseignant au premier avis négatif, puis l’exclut au second pour assurer la qualité des cours. La start-up embauche au rythme des pays conquis, un natif pour chacun de ceux où elle s’installe.

Des tarifs libres

Le modèle économique est basé sur un droit d’entrée des élèves de 39 euros, débité dès le premier cours. La start-up assure la mise en relation (pour des cours en tête-à-tête ou par webcam, pour 25 % d’entre eux) et ne s’occupe pas des transactions, mais assure qu’elle encourage tous les enseignants à se déclarer en tant qu’autoentrepreneurs à leur arrivée, préalable pour que les élèves puissent bénéficier du crédit d’impôt. Les professeurs fixent eux-mêmes leurs tarifs. « Pour fidéliser les professeurs, nous avons un programme ambassadeurs avec une ville par mois et des soirées thématiques avec des partenaires comme Steinway & Sons, Nike… » explique Camille Lemardeley.

LES CHIFFRES CLÉS DE SUPERPROF

Activité: plus grande marketplace de connaissances en Europe

Date de création: 2013

Lieu: Paris 8

CA: un peu plus de 3 millions / Une croissance annuelle de plus de 120% depuis sa création

Effectif: 31 (16 nationalités)

  • 2,3 millions de professeurs, coachs, professionnels et talents
  • 3,4 millions d’élèves
  • Présente dans 18 pays (Brésil et le Mexique, Inde, Argentine et Chili, en Afrique du Sud, Chine).
  • Disciplines disponibles dans 7 langues
  • 16 millions d’heures de cours générées dans le monde depuis la création
  • Plus de 1000 de disciplines regroupées en six grandes thématiques (scolaire, loisirs, sports, langues, musique et sciences).
  • Taux de réponse moyen de 6 heures.

L’entreprise vient d’être classée 33ème au palmarès 2018 des Echos et Statista, “les champions de la croissance” qui vient répertorier les 100 entreprises dont le chiffres d’affaires a le plus progressé entre 2013 et 2016.

Superprof ambitionne de devenir d’ici quelques années la référence mondiale de l’Edtech c’est pourquoi elle met un point d’honneur à accélérer son déploiement à l’ensemble des continents.

L’ORIGINE DE SUPERPROF

Superprof a été créée en 2013 par Wilfried Granier et Yann Leguillon chez qui, au fil de leurs expériences en tant que professeurs particuliers – dans le cadre de leurs études en école d’ingénieur –  est née l’ambition de construire une communauté où le partage de savoirs multidisciplinaires serait facilité et collaboratif.

Ils déposaient leurs petites annonces dans les boulangeries pour donner des cours quand ils ont eu l’idée de créer leur place de marché façon Airbnb. C’est ainsi qu’est né Superprof, en août 2013.

Les fondateurs avaient pour envie de développer leur communauté à l’international dès le lancement de Superprof. La start-up s’est donc déployée très rapidement à l’étranger puisque seulement un an après l’ouverture, elle se positionnait déjà comme leader en Espagne grâce aux rachats de ses deux plus gros concurrents espagnols. Une stratégie d’acquisition qui lui a permis de  s’implanter également rapidement dans le reste de l’Europe (Belgique, Allemagne, Italie, Royaume-Uni…), en Amérique (Canada, USA, Brésil, Argentine, Mexique, Chili…) et en Inde.

ACTUALITÉS

Janvier 2018 – Superprof annonce l’ouverture de son service aux Pays-Bas et en Australie.

“Pour chaque ouverture de pays, il ne s’agit pas de simplement traduire notre site, chaque version a été étudiée spécifiquement en fonction de la démographie, des habitudes et de l’économie du pays en question” explique Wilfried Granier, co-fondateur  de Superprof.

C’est pourquoi, forte d’une équipe polyglotte mais surtout polyvalente et prête à répondre aux demandes des professeurs et des élèves émanant des quatre coins du monde, Superprof tient à recruter un Country Manager natif du pays. Il sera en charge de la gestion et du développement de Superprof en y adaptant l’offre aux besoins et aux réalités économiques.

Décembre 2017 – La startup annonce aujourd’hui  le rachat de intellego.fr, la plateforme référence de contenu pédagogique aux 2 millions de visiteurs mensuel, qui s’est conclue en novembre 2017. Le site représente une acquisition stratégique pour Superprof qui renforce ainsi son offre de contenu premium à sa communauté.

MARCHÉ DES COURS PARTICULIERS

Le soutien scolaire – math et anglais en tête en France – représente 40 % du business de Superprof. Le reste se partage entre des disciplines diverses et variées, des cours de piano, de guitare ou d’informatique – les plus courants – aux cours de couture, de pole dance ou de jeu vidéo, qui montent en puissance. (Les Echos)

[LUNDI BONHEUR] – 26 février

Publié le Mis à jour le

Il fait froid, mais le soleil est là,
On ne peut pas tout avoir quand même! 

xxxx

DE BELLES LEVÉES DE FONDS
CHRONOCAM : 19 millions $

prophesee.jpgSpécialiste de la vision artificielle avec notamment le développement d’une caméra fonctionnant comme la rétine humaine (capture d’images à une vitesse équivalente à 10 000 images par seconde, gestion de changements de lumière intenses), la pépite française lève 19 millions $ auprès d’investisseurs internationaux ainsi que360 Capital Partners, Supernova Invest, iBionext Growth Fund, Intel Capital, Renault Group et Robert Bosch Venture Capital. Elle en profite pour changer de nom et devient Prophesee.

Objectif: conquérir les marchés de la robotique industrielle, puis des casques de réalité augmentée, et enfin celui des voitures autonomes.

TINY CLUES : 18 MILLIONS €

Tinyclues, fournisseur d’une solution leader de Marketing Campaign Intelligence, annonce aujourd’hui la finalisation d’une levée de fonds de 18 millions de dollars (Série B). L’investisseur principal de ce tour de table est le fonds EQT Ventures (« EQT Ventures »), avec la participation des investisseurs historiques, Alven, ISAI et Elaia Partners.

La solution Tinyclues utilise une technologie d’apprentissage profond (Deep AI) unique, qui détecte les informations et intentions d’achats latentes des clients. Elle permet ainsi aux marketeurs d’identifier avec une précision inégalée les futurs acheteurs pour tout produit ou service mis en avant dans une campagne.

LUDILABEL cartonne avec ses étiquettes pour enfants

ludilabel-2Avec un taux de croissance moyen de 95,4 %,  Ludilabel se place en 54e position sur 500 du palmarès « Les Champions de la croissance 2018 », réalisé par Les Echos/Statista et prend la 3e place en Occitanie. Créée en 2011, le toulousain fabrique des étiquettes ludiques: autocollantes, thermocollantes et personnalisables.

LE TOURISME EXPLOSE EN ILE-DE-FRANCE

Les arrivées hôtelières sont en augmentation de 9,5% par rapport à 2016, selon le dernier bilan du comité régional du tourisme (CRT) d’Ile-de-France. On compte 33,82 millions d’arrivées hôtelières en 2017, soit 2,9 millions de touristes de plus qu’en 2016. Et la tendance 2018 se dessine déjà à la hausse…

CROWDFUNDING: des montants jamais égalé

Ulule_logoULULE, la plateforme française de crowdfunding, qui vient de passer la barre symbolique des 100 millions d’euros collectés depuis sa création, montant encore jamais atteint en Europe. Déjà détenteur du record européen en nombre de membres avec plus de 1,8 million d’inscrits sur la plateforme, Ulule a réussi à fédérer des contributeurs, des porteurs de projets et des entreprises (comme BNP Paribas, partenaire historique de la plateforme) autour de la concrétisation de plus 21 000 projets.

xxxxx

 

BRAVO: 2 Français sur 3 prêts à payer plus cher des produits fabriqués en France

madein-franceLa grande majorité, des consommateurs (73%), des agriculteurs (69%) et des distributeurs (66%), sont prêts à payer plus cher des produits fabriqués en France. C’est le résultat du sondage mené par la marque française de pains JACQUET, avec les instituts BVA et B2B Intelligence. L’origine française des matières premières est, de loin, le critère le plus important pour un produit fabriqué en France pour 80% des consommateurs, 69% des agriculteurs et 61% des distributeurs.

MÉDOR AU BUREAU!

chien

Selon le magazine Chef d’Entreprise, « la présence d’animaux de compagnie sur le lieu de travail serait bénéfique à tous ». Les Britanniques, les Japonais et les Américains sont nombreux à amener leur animal de compagnie au bureau. L’effet sur le stress serait étonnant. L’article ne dit pas si ça marche aussi avec les serpents ou les tarentules !

xxxxxx

xxxxx

xxxxx

UNE AUTOROUTE POUR HÉRISSONS

herissonAu Royaume-Uni, les hérissons sont en voie de disparition. A l’initiative de Michel Birkenwald qui milite pour la cause des hérissons, de nombreux propriétaires ont donc décidé de construire tout un réseau de tunnels et passages entre leurs maisons pour éviter tout accident à ces petites bêtes. So cute !

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas d’Arthur Lepage, d’Excelrise / Les conseils d’expert de Jean-David Chamboredon. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 24/2/18 à 7h – Dimanche 25/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1 & 2 : DOSSIER SPÉCIAL SALON DE L’AGRICULTURE, avec AGRICONOMIE, l' »Amazon des agriculteurs » et WEENAT, qui connecte les champs. 

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat d’Arthur Lepage, d’Excelrise
  • Les conseils d’expert de Jean-David Chamboredon, entrepreneur et investisseur (ISAI), président de France Digitale, et à l’origine du mouvement Les Pigeons

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


LES PREMIERS PAS D’ARTHUR LEPAGE, président cofondateur d’Excelrise

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Reprendre des entreprises en difficulté, c’est le défi dans lequel s’est lancé Arthur Lepage, cofondateur du groupe ExcelRise. Un pari réussi, couronné par le Prix Ulysse remis par l’Association pour le retournement d’Entreprise (ARE) en février 2017.

Après une dizaine d’années en tant que trader, Arthur Lepage est touché par le virus de la reprise d’entreprise, qui présente selon lui l’avantage « de pouvoir s’appuyer un actif de départ, et de ne pas partir de zéro. » Dans les années 90, il reprend avec un ami une entreprise du secteur internet, qu’il revend en 2002 après plusieurs levées de fonds. Avec deux autres associés, ils reprennent ensuite en 2003 et 2004 deux PME françaises industrielles en difficulté, qui ont des activités complémentaires : Ceisa Packaging (emballages boisson) et Semoflex (emballages pour le secteur de l’hygiène et de l’industrie). C’est ainsi que les 4 associés constituent le groupe ExcelRise, spécialisé dans les films plastiques.

LES CONSEILS D’EXPERT de JEAN-DAVID CHAMBOREDON, entrepreneur et investisseur, président du fonds ISAI, président de France Digitale.

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

SES 10 CONSEILS POUR CRÉER SA STARTUP

  • Se méfier de l’avis des proches
  • Savoir réseauter
  • Etre à l’écoute des « feedbacks »
  • Commencer avec peu de moyens pour se lancer rapidement
  • Bien réfléchir avant de se lancer dans le crowdfunding
  • Etre réaliste dans sa quête de financement
  • Ne pas confondre investisseur et banquier
  • Ne pas vouloir être trop original
  • Recruter une équipe aux compétences diversifiées
  • Soigner son storytelling

Source: Challenges

[SALON DE L’AGRICULTURE] – 2 pépites de l’agritech: Weenat et Agriconomie. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 24/2/18 à 7h – Dimanche 25/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

salon-international-de-lagriculture-2014_0.png
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1 & 2 : DOSSIER SPÉCIAL SALON DE L’AGRICULTURE, avec AGRICONOMIE, l' »Amazon des agriculteurs » et WEENAT, qui connecte les champs. 

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1 & 2 : AGRICONOMIE, avec Paolin Pascot, cofondateur / WEENAT, avec Jérôme Le Roy, cofondateur 

SALON DE L’AGRICULTURE
du 24 février au 4 mars
Porte de Versailles

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

LES CHIFFRES DE L’AGRITECH

Près de 3,3 milliards de dollars ont été investis dans le secteur de l’AgriTech en 2016.

Le secteur marketplace/e-commerce spécialisés dans l’agroalimentaire a levé le plus d’argent (1,285 milliard de dollars), suivi du secteur de la biotechnologie (719 millions de dollars). Les objets connectés pour les agriculteurs arrivent en 3eme position, avec 363 millions de dollars levés.

Selon le rapport agriculture-innovation 2025 du ministère de l’Agriculture, 79 % des agriculteurs utilisent internet, ce qui est plus que la moyenne française, et 70 % d’entre eux installent des applications professionnelles sur leur téléphone. (Forbes)

AGRICONOMIE

Avec Paolin Pascot,  président cofondateur

Agriconomie est le premier site E-commerce français spécialisé dans les approvisionnements agricoles (semences, pièces, équipements, engrais…).

LES CHIFFRES CLÉS D’AGRICONOMIE

  • Date de création: 2014
  • Siège social:
  • CA: Volume d’affaires juillet 2016 / juin 2017 : 18 millions d’euros
  • Effectif: 50
  • Plus de 12 000 clients
  • Passée de 3 à 50 collaborateurs en 3 ans
  • Panier moyen 1.800 euros.
  • Lauréate du concours d’innovation numérique initié par Axelle Lemaire et la French Tech, de Mercure HEC, ou encore de la Palme d’or du e-commerce.
  • Elu meilleur site e-commerce dans la catégorie Espoir par la FEVAD
  • Prix spécial des « Scale Up Awards » en 2017
  • Prix de l’innovation digitale par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris

ACTIVITÉ

Dans Challenges:  » Très peu d’agriculteurs connaissent leur coût de revient, explique Paolin Pascot. Passer une commande prend souvent de longues heures et la facture finale réserve souvent des surprises.  » Sur leur plateforme d’e-commerce, ils peuvent connaître instantanément les délais de livraison et le prix net de leur achat. « Nous avons entré 2,3 milliards de pré-calculs. Il suffit d’indiquer son code postal.  » Leur modèle ? Amazon, pour la qualité de service. Comme le groupe de Jeff Bezos, la start-up a créé un abonnement, à 500 euros la première année, puis 250 euros, au Club by Agrico, qui donne accès à des promotions et des ventes flash. La dernière concernait des pièces d’usure pour charrue avec des remises jusqu’à 40%.  » Nous en avons vendu 200 en 3 jours « , raconte l’entrepreneur pas encore trentenaire.

LES ACTUALITÉS D’AGRICONOMIE

  • Agriconomie poursuit son expansion en dehors de France, notamment en Belgique. Aujourd’hui,  le marché belge représente un pourcentage significatif du CA de l’entreprise : 5 % du volume de ventes de l’entreprise provient de Belgique. Avec un objectif de 10 % pour la fin d’année, Agriconomie continue de conquérir ce marché stratégique.
  • Agriconomie a élargi son offre récemment avec la plateforme logistique propre à l’entreprise pour optimiser le service rendu aux agriculteurs et adopter les réflexes des professionnels du e-commerce B2C. Grâce à leur propre espace de stockage dans les locaux d’Agriconomie, l’entreprise garantit l’expédition sous 24 heures pour certains produits agricoles (pièces, semences, etc).
  • La jeune entreprise s’apprête à embaucher 30 % de nouveaux collaborateurs en proposant 15 postes en CDI.
WEENAT

Avec Jérôme Le Roy, président fondateur

Weenat développe des capteurs connectés pour l’agriculture.

Jérôme Le Roy: « L’enjeu majeur pour les prochaines décennies est de produire mieux, de manière durable et rentable. Dans un contexte de changement climatique, les rendements agricoles sont mis à mal par un manque d’informations météorologiques et agronomiques, en temps réel sur la parcelle.

LES CHIFFRES CLÉS DE WEENAT

  • Date de création: 2014
  • Siège social: Nantes
  • CA: 500 000€
  • Effectif: 15
  • Bureaux aussi à Lille
  • Plus de 2200 capteurs installés en France et dans le monde
  • Plus de 1000 clients
  • 98% de réabonnements
  • 8 types de capteurs

Comment la start-up Weenat a dépassé le seul champ des capteurs connectés

Dans l’Usine NouvelleLancée en 2014, la start-up Weenat a dépassé le champ du hardware pour coupler ses capteurs connectés destinés aux agriculteurs à une plateforme Web de services agronomiques, une application et des alertes.

Créée en 2014, la start-up nantaise Weenat avait défriché le marché des objets connectés dans l’agriculture. Sur un marché de plus en plus concurrentiel, l’entreprise a étendu son offre au software, explique son fondateur et dirigeant, Jérôme Le Roy : « En plus des capteurs autonomes lancés il y a trois ans, Weenat propose des solutions globales d’agronomie connectée. On a inventé les capteurs connectés, maintenant on fait surtout des solutions d’agronomie de précision. L’agriculteur achète ses capteurs et s’abonne à une plateforme sur laquelle on développe des services : observation des données de la parcelle, géolocalisation, optimisation des décisions d’irrigation, météo et calcul des sommes de température selon les stades de cultures ». 20% du chiffre d’affaires sont investis chaque année en recherche et développement.

Des clients fidèles

Pluviométrie, tensiométrie, anénométrie, hygrométrie (humidité de l’air), mesures de température de l’air et du sol : les capteurs de Weenat sont devenus, au fil des années, multifonctions, moyennant un investissement initial de 498 euros et un abonnement annuel de 119 euros. Ces sommes ne semblent pas décourager les agriculteurs, qui se réabonnent à hauteur de 98%. C’est ce taux qui a convaincu Jérôme Le Roy d’amplifier ses efforts en la matière. « Les agriculteurs gagnent en efficacité économique, technique et environnementale. Ils peuvent enregistrer des photos ou incidents pour les retrouver, consigner la vie de l’exploitation, télécharger des graphiques et accéder à une météo qui mélange des modèles de prévisions météo et nos datas », s’enthousiasme l’entrepreneur. La start-up s’appuie sur les données des capteurs, en copropriété, qu’elle complète avec des informations externes et des outils comme Ekylibre, un logiciel de gestion parcellaire en open-source. (…)

La plateforme est déjà disponible en trois langues, pour aborder un développement en Europe de l’Est et aux Pays-Bas.

LES CLIENTS: Des groupements d’agriculteurs mais aussi des grands groupes (une dizaine) comme Bonduelle ou McCain qui recommandent les produits Weenat aux agriculteurs avec lesquels ils travaillent.

QU’EST-CE-QUE LA FERME DIGITALE?

Cofondée en 2016 par Paolin Pascot et Jérôme Le Roy, la Ferme Digitale est une association de startups du monde agricole, dont l’objectif commun est de permettre aux agriculteurs de gagner en performance grâce à des solutions digitales innovantes et d’être relié à 360° avec leur environnement : parcelle, fournisseurs, matériel, clients.

Une vingtaine de startups de l’Agtech, parmi lesquelles:

  • Entomo Farm
  • Mon Potager
  • La ruche qui dit oui
  • Naio technologies

« L’idée est d’acculturer la profession au numérique », explique Florian Breton

On l’oublie souvent, mais les agriculteurs sont la catégorie socioprofessionnelle la plus connectée. Chefs d’entreprise aux multiples casquettes, ils doivent accomplir de nombreuses tâches administratives en ligne ainsi que collecter les informations sur les facteurs extérieurs dont dépend leur activité, afin de prendre les bonnes décisions: météo, géopolitique, marchés. Seuls les plus âgés ont parfois du mal à se convertir au numérique, d’autant plus que quelques gros distributeurs ne les y encouragent pas, craignant l’indépendance et la transparence que cela implique. (La Tribune)

[LUNDI BONHEUR] – 19 février

Publié le Mis à jour le

Ah le lundi! Mais que ferait-on sans cette  journée radieuse! 

 

UN ROBOT CAPABLE D’OUVRIR LES PORTES!

Bluffant! Dans une vidéo publiée récemment sur sa chaîne YouTube, l’américain Boston Dynamics met en scène deux robots devant une porte fermée. Le premier l’ouvre, laisse passer son coéquipier, le suit, puis referme la porte. Leurs gestes fluides évoquent vraiment ceux des humains… West world n’est pas loin…

 

SURPRISE: MONOPRIX VEUT RACHETER SARENZA

sarenza.jpgSelon BFM Business: « Monoprix est entrée en négociations exclusives en vue d’acquérir le chausseur en ligne Sarenza. L’opération, dont le montant n’a pas été révélé, doit permettre à cette enseigne de distribution présente dans les centre-villes de « compléter son offre » et de se renforcer dans la vente en ligne, précise le groupe Casino, sa maison-mère ». A suivre de très près…

xxxxx

LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES AU PLUS HAUT DEPUIS 2010

creation entrepriseSelon La Tribune « Les créations d’entreprises ont connu un rebond de 3,6% en janvier, après un recul de 1,5% en décembre, soutenues par les micro-entrepreneurs qui compensent un léger repli des créations d’entreprises classiques, a indiqué l’Insee mardi. Sur le front de l’emploi, le secteur privé a créé plus de 200.000 postes en 2017 ».

xxxx

xxx

LA FRANCE, leader mondial des COSMÉTIQUES

Cosmetique6.jpg13 milliards d’euros! C’est le nouveau record des exportations françaises de cosmétiques, en progression de 12% par rapport à 2016. Le secteur est un des moteurs de la croissance à l’export en France. Le luxe et l’élégance à  la Française ont de beaux jours devant eux.

xxxxxx

xxxxxx

xxxxxxx
IMPRIMER UN CORPS HUMAIN EN 3D

Des scientifiques suisses ont mis au point le Flink, encre révolutionnaire qui permettrait de réaliser des organes ou un corps humain entier à partir d’une imprimante 3D spécifique. Une excellente nouvelle pour ceux qui ont besoin de greffes d’organes.

 

LA PLUS HAUTE DU MONDE SERA EN BOIS!

Elle mesurera 350 mètres et sera construite d’ici 2041. Cette nouvelle tour abritera des logements, des hôtels, des bureaux et des commerces. Ce n’est pas la première fois qu’une tour en bois sort de terre au Japon. Le promoteur Sumitomo Forestry en a déjà construit une de « seulement »… 84 mètres!

Capture d’écran 2018-02-19 à 12.48.01.png

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas d’A. Marionnet de Cléopâtre / Conseils d’experts de V. Ricordeau, KissKissBankBank. C’était au Business Club (podast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 17/2/18 à 7h – Dimanche 18/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: SHORT EDITION invente la littérature TTC: très très courte

TALK 2 : KLAXIT : le covoiturage pour grands groupes et collectivités

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat d’Alexandre Marionnet, de Cléopâtre
  • Les conseils de  l’expert de Vincent Ricordeau, cofondateur de KissKissBankBank

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet



LES PREMIERS PAS d’Alexandre Marionnet, de Cléopâtre

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

alexandre marionnet.jpgDiplômé de l’Inseec Bordeaux, Alexandre Marionnet dirigeait une entreprise de fabrication de fours à pain, jusqu’en 2000, où il rachète Cléopâtre. Une marque dont la notoriété n’est plus à faire. Il la reprend pour la moderniser, diversifier les gammes (peinture, nouveaux conditionnements de colles, nouveaux embouts, nouveaux types de colles plus ou moins adhérentes) et profiter du digital pour communiquer à peu de frais (via les influenceurs, Cléopâtre TV – les tutos – et le site de e-commerce pour tester les produits). Le CA a doublé depuis son arrivée

LES CONSEILS D’EXPERT de Vincent Ricordeau, cofondateur de KissKissBankBank

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Vincent-Ricordeau-Kisskissbankbank.jpgLe crowdfunding peut être une excellente solution pour lancer un produit ou récolter des fonds pour une startup déjà plus développée. Créé en 2009, Kiss Kiss Bank Bank a déjà permis de collecter presque 95 millions € à ce jour. Elle compte 1,3 million de membres pour 29.000 projets financés.

LES CHIFFRES CLÉS DU CROWDFUNDING EN FRANCE – baromètre KPMG 2017

  • Progression de l’activité de 50 % entre 2016 et 2017
  • En 2015, 297 Millions € de fonds étaient collectés ; en 2016, le montant atteignait 629 Millions € ; en 2017, il se rapproche du Milliard d’euros, à 940 Millions €.
  • 3,9 millions de financeurs contre 2,6 millions en 2016

Capture d_écran 2018-02-14 à 16.38.15

TROIS PLATEFORMES DIFFÉRENTES

Quelles sont les différences entre les trois plateformes, KissKissBankBank, Hellomerci et Lendopolis ?

(…) KissKissBankBank est une pure plateforme de crowfunding, focalisée sur une communauté créative, d’artistes, de projets innovants.

Hellomerci est une plateforme de prêts solidaires entre particuliers et concerne plutôt des projets tels que des crèches, des boutiques ou encore des commerces. Nous en sélectionnons environ un sur six.

Enfin Lendopolis est une plateforme de prêts rémunérés dédiés aux TPE, PME (tous secteurs confondus) en partenariat avec le groupe Les Echos et le Conseil supérieur de l’ordre des Experts comptables. Elles doivent pour pouvoir postuler, justifier de deux ans d’existence et présenter au moins deux bilans. Nous choisissons des projets matures, crédibles et légitimes.

Comment est née l’idée d’une telle aventure ?

Nous venons du monde des majors de la musique et à l’époque, les réseaux sociaux étaient en pleine explosion. Ils permettaient notamment à des dizaines d’artistes qui sortaient des sentiers battus, de se faire connaître. Ce phénomène nous a interpellés. Nous voulions apporter une brique supérieure aux réseaux sociaux pour les créatifs qui souhaitaient se lancer… Cependant à l’époque, le mot crowdfunding n’existait pas !

 

Ex-Wayz Up, KLAXIT lève 3 millions € et noue des partenariats stratégiques. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 17/2/18 à 7h – Dimanche 18/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

klaxit

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: SHORT EDITION invente la littérature TTC: très très courte

TALK 2 : KLAXIT : le covoiturage pour grands groupes et collectivités

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 2: KLAXIT, avec Julien Honnart, président fondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

klaxit.jpgAnciennement Wayz UP, Klaxit est une plateforme de covoiturage spécialisée sur les trajets domicile-travail. Son positionnement est particulier: la startup noue des partenariats avec les grands groupes qui proposent ainsi ses services à leurs salariés.

LES CHIFFRES CLÉS DE KLAXIT

  • Activité: solution de covoiturage domicile-travail via une application mobile.
  • Date de création: 2014
  • Siège social: Paris
  • Effectif: 18 (Klaxit recrute +10 postes)
  • En 2017, Klaxit passe de 30 à 100 entreprises clientes (cela représente plus de 700 sites partout en France)
  • 10% de croissance / semaine depuis 6 mois

LE MODÈLE ÉCONOMIQUE

Le modèle économique de la startup comprend 2 axes :

1/ créer des partenariats avec des entreprises qui proposent la solution aux salariés

Le modèle économique de Klaxit consiste donc à passer par la voie B to B pour trouver des « covoitureurs », le fameux « B to B to C ». Ce modèle a un autre avantage, il doit permettre à Klaxit d’accélérer à l’international puisque les entreprises clientes sont souvent des multinationales, tout comme ses nouveaux actionnaires comme Sodexo qui réalise plus de 85% de son chiffre d’affaire en-dehors de la France.

2/ créer des partenariats avec des collectivités locales (c’est le cas avec Ile-de-France et la Métropole d’Orléans).

LES ACTUALITÉS DE KLAXIT

– janvier 2018 : changement de nom, la startup créée il y a 5 ans sous le nom de WayzUp devient Klaxit en référence au Klaxon qui était finalement le point de départ de cette aventure.

– février 2018 : annonce d’une levée de fonds de 3M (valorisation nettement supérieure de par le poids et l’engagement des investisseurs) avec Sodexo, Via ID, MAIF, INCO pour créer une alliance inédite dans le secteur de la mobilité.

Cette union permettra à Klaxit de :

  • continuer d’étendre massivement son réseau dans toute la France et les zones frontalières
  • amorcer le marché européen de covoiturage courte distance dans un futur proche et en devenir leader (Klaxit est déjà leader sur le marché français courte-distance).

klaxit.png

7 février 2018 – Covoiturage : Klaxit (ex-WayzUp) lève 3 millions d’euros

La start-up parisienne spécialisée dans les trajets domicile-travail multiplie les partenariats stratégiques pour accélérer dans un environnement concurrentiel très fort.

Du nouveau pour WayzUp en ce début d’année. La jeune pousse spécialisée dans le covoiturage travail-domicile a changé son nom en Klaxit ( « pour simplifier ») et annoncé une levée de fonds de 3 millions d’euros auprès de Sodexo, RATP, l’accélérateur Via ID, MAIF et du fonds INCO. Leurs investissements, qui vont permettre à la start-up de passer de 18 à 28 salariés, s’accompagnent surtout de partenariats stratégiques.

La jeune pousse créée en 2014 pourra par exemple déployer son offre de covoiturage sur  les sites clients de Sodexo en France. Le groupe RATP, qui transporte quotidiennement 12 millions de voyageurs en Île-de-France, va, lui, proposer une offre intégrant covoiturage et transport en commun avec Klaxit. Les investisseurs se disent convaincus par le modèle économique.

Un modèle BtoB

Face à iDVROOM, Citygoo , Karos , Blablacar ou  Less , la particularité de Klaxit est de travailler en direct avec les entreprises. Elle propose aux employeurs de mettre à disposition de leurs collaborateurs une plate-forme pour partager leurs trajets autour des sites de la société. « On s’est dit qu’il fallait passer par les entreprises pour atteindre une masse critique », dit Julien Honnart, fondateur de la start-up. 

Klaxit compte 100 entreprises partenaires, dont un quart des firmes du CAC 40. Le taux d’adhésion par les salariés est de 35 %. Et 100.000 trajets sont désormais proposés chaque jour.

« L’objectif dans 2 ans est d’être présent dans les 50 plus grandes agglomérations françaises avant de s’implanter dans les pays frontaliers », indique le patron de Klaxit, qui  avait levé 1,4 million d’euros à l’été 2017 auprès de la RATP et Via ID.

En France, le covoiturage devrait décoller dans les années à venir, grâce à la future loi sur les mobilités notamment. La région Île-de-France a par ailleurs annoncé en septembre une série de mesures pour encourager cette pratique . Elle subventionne ainsi 17 entreprises, dont Klaxit, à hauteur de 50.000 euros, pour qu’elles lancent des offres promotionnelles, comme le versement de 2 euros par conducteur ou passager. Klaxit a aussi signé un partenariat avec Orléans Métropole. La start-up a vocation à développer les cofinancements de ce type, qui réduisent le prix du covoiturage pour le passager tout en maintenant le gain du conducteur, et qui permettent aussi à Klaxit de se rémunérer. (Les Echos)

Novembre 2017 – Acquisition d’Opencar

La start-up WayzUp, qui développe un service de covoiturage destiné aux trajets domicile-travail, vient d’annoncer le rachat d’OpenCar, l’un de ses concurrents dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

En s’offrant OpenCar, WayzUp ajoute une dizaine de nouvelles entreprises dans son portefeuille de clients, ce qui lui permet de passer la barre des 100 entreprises clientes et d’étendre son réseau sur l’ensemble de l’Hexagone.

Short Edition : ses distributeurs d’histoires courtes ont séduit F. Coppola. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 17/2/18 à 7h – Dimanche 18/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

short_editions_2

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: SHORT EDITION invente la littérature TTC: très très courte

TALK 2 : KLAXIT : le covoiturage pour grands groupes et collectivités

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1: SHORT EDITION, avec Isabelle Pleplé, cofondatrice et directrice générale

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview :

Short Edition, l’éditeur communautaire de la littérature courte, a imaginé et crée le Distributeur d’Histoires Courtes (DHC).

Le DHC est une borne connectée à une plateforme communautaire qui offre, en mode aléatoire et sur papier, une histoire de 1, 3 ou 5 minutes, à lire ou à emporter.

Short Edition loue ce service (borne + maintenance + monitoring à distance + contenus littéraires courts) aux entreprises et aux institutions souhaitant améliorer l’accueil de leurs clients en situation d’attente et transformer un temps faible de la relation client en un temps fort.

Les contenus proviennent de short-edition.com, la plateforme internet qui offre 50 000 œuvres à la lecture et réunit 4 500 auteurs et 174 000 lecteurs abonnés, sur laquelle chacun peut devenir auteur en publiant une nouvelle, un poème ou encore une BD.

Distributeur_dhistoires.jpg

LES CHIFFRES CLÉS DE SHORT EDITION

  • Activité: Edition de littérature courte
  • Date de création: 2011 (2016 début de l’installation des distributeurs)
  • Siège social: Grenoble
  • CA: 1,1 M€
  • Effectif: 17
  • + de 150 DHC installés en France et dans le monde. (130 France, 20 aux US, + Hong-Kong, Afrique, Australie)
  • 7 500 auteurs agréés par la communauté
  • 220 000 lecteurs abonnés
  • 85 000 œuvres sur le site
  • 17 millions d’histoires lues sur le site
  • 2 millions d’Histoires Courtes imprimées par les Distributeurs

Clients principaux en France : Sncf, Aéroport de Paris, Aéroport Lyon St Ex, Aéroport de Nantes, Hammerson, Klépierre, La Poste, Hôpital Gustave Roussy, Institut Curie, CHU Brest, Lycée Jehan de Beauce à Chartres, Casino, Mairies, Ville de Grenoble…etc

L’ACTUALITÉ DE SHORT EDITION

coppola short edition.jpg19/12/2017 – Short Édition lève 2 millions d’euros et fait entrer Francis Ford Coppola à son capital

La startup grenobloise Short Édition vient de boucler un nouveau tour de table de 2 millions d’euros pour exporter son distributeur d’histoires courtes outre-Atlantique, aux États-Unis et au Canada.

Et elle peut compter sur un parrain de choix pour cette aventure : le réalisateur Francis Ford Coppola, défenseur de longue date de la littérature en format court. La startup vient de boucler un troisième tour de table de 2 millions d’euros, après une première levée de 500 000 euros en 2013, puis une deuxième de plus de 800 000 euros en 2015.

Plusieurs nouveaux investisseurs entrent ainsi au capital, à l’instar du Groupe Chalus Chegaray mais aussi de… Francis Ford Coppola. Le réalisateur édite aussi depuis 21 ans une revue littéraire dédiée aux histoires courtes et s’est donc logiquement intéressé à la startup grenobloise.

Quand nous avons lancé le pilote du distributeur d’histoires courtes à Grenoble, nous avons eu une couverture presse jusqu’aux États-Unis, se rappelle Christophe Sibieude, cofondateur de Short Édition. Francis Ford Coppola nous a alors demandé à tester une machine dans son restaurant de San Francisco.” Quelques mois plus tard, l’essai est transformé et le réalisateur commande deux machines supplémentaires pour ses domaines viticoles. Quinze mois après leur rencontre, les fondateurs proposent à Francis Ford Coppola de devenir associé, ce qu’il accepte. “Nous partageons la même analyse de l’intérêt du court : il estime que le cinéma doit d’abord être bien écrit s’il veut être bien tourné, raconte Christophe Sibieude. Et il apprécie notre démarche, qui consiste à offrir de la culture. Aux États-Unis où la moindre prestation est payante, c’est assez inédit.“

short edition gare.jpegCette opération doit permettre à la jeune pousse de concrétiser ses ambitions américaines. En effet, elle compte déjà six clients de renom aux États-Unis et au Canada (la Penn State University en Pennsylvanie, la Colombus City School dans l’Ohio, les gestionnaires immobiliers Boston Properties et Irvine Company ainsi que la ville de West Palm Beach en Floride et l’aéroport international d’Edmonton au Canada) et souhaite désormais s’implanter plus largement sur le continent. Cela passe notamment par la traduction en anglais de sa plateforme.

La jeune pousse peut désormais compter sur la “marque” Francis Ford Coppola pour lui ouvrir quelques portes. “C’est une personnalité très appréciée dans le milieu culturel, admire Christophe Sibieude. Le fait qu’il investisse et ce après quinze mois de test de notre machine, crédibilise notre démarche. Nous ne sommes pas juste une utopie.La startup réalise aujourd’hui 20% de son chiffre d’affaires aux États-Unis et espère que cette proportion grimpe à 60% d’ici trois ans. (Maddyness)

Les comportements de paiement s’améliorent dans certains secteurs

Publié le

facture.jpgLe baromètre Médiation des Entreprises-Sidetrade sur le « Traitement des factures fournisseurs par les donneurs d’ordre » vient de paraître. Si la part des factures « bloquées » dans les systèmes des fournisseurs reste globalement stable, certains secteurs d’activité ont amélioré leurs performances.

Les retards de paiement de factures pénalisent lourdement les entreprises françaises, malmenant leur trésorerie et minant la confiance entre les acteurs économiques.

Or, ces délais proviennent parfois simplement du traitement des factures en lui-même. Certaines d’entre elles restent bloquées dans les systèmes informatiques, ne correspondant pas aux formats demandés, ou bien présentant des informations manquantes. Aujourd’hui, 1 facture sur 7 reste impayée pour ces raisons.

Le baromètre Médiation des Entreprises-Sidetrade fait un état des lieux trimestriel de ces processus de paiement.

Cette 2ème édition montre délai moyen de résolution des anomalies en légère baisse. Il s’écoule en moyenne 49 jours entre le blocage initial de la facture et la mise en paiement de celle-ci (51 jours dans la 1e édition du baromètre). Ce chiffre ne reflète pas encore une véritable tendance puisque les évolutions sont très variables selon les secteurs.

Les secteurs des industries manufacturières, du transport-entreposage et de la production et distribution de gaz et d’électricité sont les meilleurs élèves.

Pour Pierre PELOUZET, médiateur des entreprises : « Les résultats de la 2e édition du
baromètre démontrent que la marge de progrès est encore importante pour que les relations commerciales soient plus apaisées. Un tel baromètre est un outil précieux permettant de cartographier les difficultés et d’identifier les secteurs qui montrent le chemin à suivre avec une amélioration mesurable dans leur processus de paiement des factures ».

⇒ Ne manquez pas le rendez-vous du Médiateur des Entreprises, Pierre Pelouzet, chaque semaine dans le Business Club de France.

Retrouvez tous nos podcasts ici

Infographie_Baromètre_MDE_Sidetrade_2017S2

C’EST LA FÊTE DE LA RADIO!

Publié le Mis à jour le

Avant la Saint-Valentin, fêtons surtout la Saint-Radio! 🙂 

Eh oui, le 13 février est la Journée Mondiale de la Radio. L’occasion pour nous de revenir sur la formidable histoire et la présence indéfectible de ce média dans notre quotidien.

logo green wrd2018La radio a déjà près de 125 ans! Elle a été inventée en 1894 par le physicien italien Guglielmo Marconi. A l’âge de 20 ans, il fait des expériences sur les ondes hertziennes dans le grenier de ses parents. 7 ans plus tard, en 1901, le premier signal radio est reçu sur l’île de Terre-Neuve.

Aujourd’hui, malgré l’arrivée de nouveaux supports numériques de diffusion d’information, la radio reste solidement ancrée dans la vie quotidienne des Français : 81% d’entre eux écoutent la radio chaque jour, soit 43,3 millions d’individus.

La crédibilité du média radio continue d’ailleurs de progresser (56%, + 4% en un an), devant la presse écrite (52%) et la télévision (48%), selon l’étude annuelle menée par Kantar Sofres pour le quotidien La Croix.

En 2013, l’UNESCO a décidé de célébrer ce média en créant la Journée mondiale de la radio, le 13 février. Chaque année un thème différent est mis en avant. « La radio et le sport » est celui de 2018.

Le média radio présente encore aujourd’hui des avantages incontournables, comme le précise le site de la Journée Mondiale de la Radio: « La radio est un moyen de communication à faible coût, particulièrement adapté pour toucher les communautés isolées et les personnes vulnérables (les analphabètes, les handicapés, les femmes, les jeunes, les pauvres), et qui donne à tous, quelque soit le niveau d’instruction, la possibilité de participer au débat public.

La radio joue aussi un rôle central dans les systèmes de communication d’urgence et l’organisation des secours après une catastrophe. A l’heure de la convergence des médias, les services radiophoniques évoluent et adoptent de nouvelles formes avec les technologies numériques (haut débit, portables, tablettes). Pourtant, il semblerait que près d’un milliard de personnes n’aient toujours pas accès à la radio ».

> Plus d’infos sur cette Journée Mondiale

[LUNDI BONHEUR] – 12 février

Publié le Mis à jour le

good news.gif
13 FÉVRIER: JOURNÉE MONDIALE DE LA RADIO

logo green wrd2018.pngLa radio est solidement ancrée dans notre quotidien, malgré l’arrivée des supports numériques. 81%, soit 43,3 millions d’entre nous écoutons la radio chaque jour! La crédibilité du média radio continue d’ailleurs de progresser (56%, + 4% en un an), devant la presse écrite (52%) et la télévision (48%), selon l’étude annuelle menée par Kantar Sofres pour le quotidien La Croix.

En 2013, l’UNESCO a décidé de célébrer ce média en créant la Journée mondiale de la radio, le 13 février. Chaque année un thème différent est mis en avant. « La radio et le sport » est celui de 2018.

>> Plus d’infos sur cette Journée Mondiale

TROPHÉES DES FEMMES DE L’ÉCONOMIE: les candidatures sont ouvertes

Trophees-Les-Femmes-de-l-economie.pngDepuis 2010, les Trophées « Les Femmes de l’économie » visent à promouvoir et récompenser les femmes participant activement au dynamisme économique de leur région. Ils s’adressent aux chefs d’entreprise, dirigeantes, ou investies à haut niveau de responsabilité au sein d’une entreprise. Posez votre candidature ici 

xxxxxx
LE FINANCEMENT DE STARTUPS FRANÇAISES A EXPLOSÉ DEPUIS 2013

financement entreprise.jpgSelon le Journal du Net, « on recensait seulement 143 levées de fonds en 2013, pour un montant total de 615 millions de dollars (environ 462 millions d’euros de l’époque). En 2017, ce sont plus 3,1 milliards de dollars (2,74 milliards d’euros) qui ont été levés à travers 743 tours de table. Soit une multiplication par cinq de l’argent levé et du nombre d’opérations en quatre ans ».

xxxxx

xxxxxx
LA FRANCE ORGANISE LE PLUS GRAND SPEED DATING DE STARTUPS AU MONDE

hacking hotel ville.jpegLe 16 mars prochain se tiendra la quatrième édition du Hacking de l’Hôtel de Ville. 3 300 rendez-vous d’affaires seront organisés entre startups, grands groupes, experts français et internationaux, investisseurs et acheteurs de la Ville de Paris.

Inscriptions ici 

xxxxxx

xxxxxx

LA FRANCE, PAYS DE L’INNOVATION

Selon le dernier rapport de l’INPI sur la propriété industrielle, 16 250 demandes de brevets ont été déposées en France en 2017, soit une augmentation de 0,6% par rapport à 2016.

INPI_Chiffres_cles_2017.jpg

 

DES LEVÉES DE FONDS RECORDS POUR LA FRENCH TECH

3 milliards de dollars investis en 2017, un record (et un énorme bond par rapport à 2016, où les levées de fonds s’élevaient à 2 milliards $ en tout) ! C’est ce que le baromètre CB Insights a révélé la semaine dernière. (source: Les Echos)

318286_levees-de-fonds-records-pour-la-french-tech-web-tete-0301236246328.jpgLE CA DE L’E-COMMERCE FRANÇAIS ATTEINT 81,7 MILLIARDS € EN 2017

e-commerce.pngSelon le Journal du Net, « La hausse de la fréquence d’achat compense la chute du panier moyen à 65,5 euros. Parmi les raisons du succès : toujours plus de sites et d’audience mobile ainsi que l’effet Black Friday ».

xxxx

xxxx

xxxxx

PARIS EST UNE FÊTE!

Le teaser de ce film est à peine sorti sur la toile qu’il fait déjà un carton (1,8 million de vues) ! Paris est une fête est un film issu de trois ans de tournage, par des jeunes pleins d’audace et de débrouillardise. Leur film, ils ont décidé de le faire coûte que coûte, sans moyens, en tournant dans la rue, dans le métro, partout où ils pouvaient filmer gratuitement. Une oeuvre prometteuse sur les espoirs, les peurs et les émois de la jeunesse d’aujourd’hui.

Le projet est en financement sur Kickstarter jusqu’au 5 mars

Capture d’écran 2018-02-08 à 15.34.30.png

UN PETIT GESTE POUR VOUS, UN GRAND PAS POUR LA PLANÈTE

De chez vous, tranquilles, participez facilement à la reforestation de la planète en finançant la plantation d’arbres où vous voulez dans le monde. Chaque arbre coûte 3€. Depuis la création de Reforestaction, plus de 2 millions d’arbres ont déjà été plantés!

Pour planter votre forêt, c’est ici

Capture d’écran 2018-02-08 à 15.21.23.png

Emission spéciale enregistrée au SALON DES ENTREPRENEURS de Paris. C’est au prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

C’était au  Business Club de France : 
Samedi 10/2/18 à 7h – Dimanche 11/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio

ÉMISSION SPÉCIALE ENREGISTRÉE

au SALON DES ENTREPRENEURS

salon des entrepreneurs michel picot.jpg« ENTREPRENEUR UN JOUR, ENTREPRENEUR TOUJOURS »

 

(Ré)écoutez et téléchargez cette émission:

NOS INVITÉS:

  • Fred Potter, président fondateur de NETATMO
  • Mickaël Aubertin, fondateur de GOOD GOÛT
  • Guillaume Rolland, président fondateur de SENSORWAKE
  • Pierre Pelouzet, MÉDIATEUR DES ENTREPRISES
LE SALON DES ENTREPRENEURS EN CHIFFRES
  • Le salon fête son 25ème anniversaire
  • Plus d’1 million d’entrepreneurs ont été accueillis depuis la création

EN 2018

  • 65 000 entrepreneurs attendus
  • 400 partenaires et exposants
  • 200 conférences et workshops

LE BILAN 2017

  • En tout 64 000 entrepreneurs, startups et dirigeants
  • 58% de créations d’entreprises donc 29% de startups avec des projets innovants
  • Echéance du projet: 39% à moins de 6 mois
  • 42% de dirigeants d’entreprises, principalement TPE et PME
NETATMO, avec Fred Potter, président fondateur

L’OBJECTIF DE NETATMO

LE BUT: rendre les foyers intelligents, grâce à des objets reliés au téléphone et placés dans toutes les pièces: caméras, thermostats, stations météo et, bientôt, interrupteurs électriques (avec le spécialiste Legrand) ou volets électriques (avec Velux).

« A ce jour, seulement 2,5% des maisons en Europe sont ‘intelligentes’, souligne le fondateur de Netatmo. Il reste donc beaucoup à faire et nous avançons à la vitesse d’un Diesel. » Nous sommes encore très loin d’avoir connecté tous les objets de nos maisons. Il y a encore des dizaines de catégories de produits à connecter dans la maison comme les interphones, les sonnettes, les verrous…. Par ailleurs, les infrastructures du bâtiment ne sont encore que peu connectées. (source: Journal du geek)

« Nous permettons de réaliser 37% d’économie sur une facture annuelle de gaz en France de l’ordre de 800 euros », ajoute-t-il. (L’Expansion)

LES PRODUITS NETATMO

  • Station météo connectée
  • Thermostat connecté
  • Vanne connectée pour radiateur (s’adaptent sur tous les radiateurs)
  • Caméra de surveillance extérieure connectée à reconnaissance faciale
  • Détecteurs de fumée

UNE NOUVEAUTÉ EN PARTENARIAT AVEC LE GROUPE MULLER

Le module Intuitiv, avec le groupe Muller, vanne va être directement intégrée aux radiateurs électriques des marques du groupe (Airélec, Noirot, Convectair). Le groupe Muller est un industriel des équipements thermiques. Les deux sociétés ont imaginé le système ensemble.

2 innovation awards au CES (c’est le 6ème CES pour Netatmo)

Le module sera vendu à partir de mai

FONCTIONNEMENT: Fruit de 18 mois de recherche, cet appareil embarque les mêmes fonctionnalités que le thermostat développé trois ans plus tôt : commande à distance (smartphone), prévision météo, programmation de scénarios, capteur de présence, système  « apprenant ». La technologie rend la régulation du chauffage pièce par pièce « intelligente « . L’utilisateur peut paramétrer des scénarios d’interfonctionnement entre les équipements. Par exemple, lorsque les habitants quittent leur domicile, les radiateurs passent en mode « absent », pendant que la caméra de surveillance s’active, les volets se ferment et l’éclairage s’éteint.

LES PRODUITS DÉJÀ DÉVELOPPÉS EN PARTENARIAT

Ces produits intègrent les modules Netatmo dans leurs appareils:

  • Les prises et les interrupteurs avec Legrand
  • Les fenêtres de toit avec Velux
  • Les chaudières Saulnier & Duval

LA STRATÉGIE DE PARTENARIATS AVEC DES GRANDS GROUPES

Legrand est l’un des actionnaires qui avait souscrit à la levée de fonds de 30 millions d’euros réalisée par la jeune pousse en 2015 . Fred Potter entend poursuivre sa stratégie d’alliance entre professionnels. « Notre objectif à terme est de réaliser 50 % de notre chiffre d’affaires avec des produits conçus en partenariat », assure-t-il sans vouloir préciser le montant de ces revenus actuels.

La start-up française poursuit sa stratégie orientée vers des partenariats avec des grands groupes, leaders dans leurs domaines. Elle bénéficie ainsi de leur réseau de distribution auprès des particuliers mais aussi (et surtout) auprès des professionnels. Netatmo veut s’imposer dans tous les domaines de l’appareillage électrique connecté pour la maison.

Selon Fred Potter, l’industrie des objets connectés de la maison est même vouée à disparaître pour se fondre dans l’industrie du bâtiment : « Peut-être qu’un jour, nous ne viendrons plus au CES mais qu’on ira à Batimat ou à la foire de Milan ».  (Les Echos)

PILOTER SA MAISON À DISTANCE SUR MESSENGER

«Le contrôle vocal c’est bien. Mais dans de nombreux cas, envoyer un message texte, c’est encore mieux.» Fort de cette constatation, Fred Potter, PDG et fondateur de Netatmo, ajoute une nouvelle fonctionnalité à son application destinée à piloter les objets connectés du domicile. «Maison, augmente la température»…. Voici un des messages qui pourront être saisis sur Messenger, le service de messagerie mobile de Facebook, pour piloter à distance sa maison connectée. Les produits Netatmo sont déjà compatibles avec les principaux assistants vocaux: Alexa, Siri et Google Home.  (Le Figaro)

LE PARCOURS DE FRED POTTER

En 1995, tout juste bardé de son doctorat en micro-électronique, cet ingénieur de Telecom ParisTech rejoint Kaptech, un opérateur télécom. Quatre ans plus tard, il quitte son poste de directeur technique avec une demi-douzaine de collègues pour monter Cirpack, une spin-off dédiée à la VoIP, qui comptera parmi ses clients IBM, puis Free. En 2008, Cirpack est racheté par Technicolor. C’est là qu’il rencontre Eric Carreel avec lequel il cofonde Withings en 2009 (revendu à Nokia en 2016).

Deux ans plus tard, il reprend son indépendance et fonde sa troisième startup, Netatmo, récompensée au Consumer Electronic Show (CES) en 2012 pour sa station météo connectée capable de mesurer la qualité de l’air, intérieure et extérieure.

C’est lors de la création de Netatmo qu’il a troqué son prénom Frédéric pour le diminutif Fred, « plus universel et plus facile à épeler » (Alliancy)

GOOD GOÛT, Mickaël Aubertin, fondateur

Good Goût est une marque d’ aliments 100% bio pour bébés. Née en 2010 sous l’inspiration d’un papa et d’une maman exigeants et passionnés par les bonnes choses sur un constat simple : « les petits pots, c’est très pratique mais on n’en mangerait pas pour soi-même, et donc c’est culpabilisant d’en donner à ses petits !». Nous avons alors dit au revoir à nos employeurs respectifs (McKinsey et Publicis) et vendu nos appartements pour tenter l’aventure entrepreneuriale.

Notre défi : « remettre du goût dans l’assiette de nos bébés ! ». Entourés d’un Chef de talent et d’une équipe de professionnels de la nutrition, nous leur avons mijoté des petits plats équilibrés.

LES CHIFFRES CLÉS DE GOOD GOÛT

  • Activité: fabrication de plats bio pour bébés
  • Date de création: 2010
  • Siège social: Paris
  • CA: Nous travaillons avec une vingtaine de pays. Notre chiffre d’affaires a atteint 13 millions d’euros en 2017 (100% de croissance) et nous ambitionnons entre 18 et 20 millions cette année.
  • Effectif: une trentaine
  • 60 produits

 

Comment avez-vous percé dans la grande distribution ?

J’ai parcouru 25 000 kilomètres en France pour aller voir 750 magasins bio. La mayonnaise a pris. De fil en aiguille, nous avons été référencés dans les enseignes nationales. Aujourd’hui, nous sommes présents chez quasiment tous les distributeurs, les réseaux spécialistes bio et les pure players du bio. Nous sommes rentables depuis le deuxième exercice. Et nous sommes fiers d’être l’entreprise qui grandit le plus rapidement dans l’agroalimentaire français !

Comment allez-vous atteindre 20 millions de chiffre d’affaires ?

Nous développons le réseau de distributeurs. Et cette année, nous ajoutons 25 produits aux 60 déjà existants, avec un lancement majeur : une gamme pour les 3-10 ans. Seuls 8% des foyers ont des bébés âgés de 0 à 3 ans. Notre clientèle est fidèle, mais sur une courte durée. Or, nous avons réalisé que des grands enfants mangeaient nos produits. Nous avons donc décidé de lancer Good Goût Kids, composée de gourdes, biscuits et barres cé­réales. Mais l’ambition dans dix ans, c’est une gamme complète. (Challenges)

good gout.jpg

SENSORWAKE, Guillaume Rolland, président fondateur

Lauréat 2017 du concours Moteur de réussite, organisé par Google pour mettre en exergue et accompagner les initiatives françaises les plus prometteuses. Sensorwake a notamment été sélectionné par Google parmi les 15 innovations « qui peuvent changer le monde »

La start-up a également reçu le prix d’innovation 2016 du CES de Las Vegas pour son réveil olfactif et récemment le prix d’innovation du CES 2017 pour Oria.

Aujourd’hui Sensorwake fait partie du mouvement « Moteur de Réussites » lancé par Google et mettant en avant les plus belles réussites entrepreneuriales françaises.

sensorwake.jpg

LE PARCOURS DE GUILLAUME ROLLAND

Guillaume Rolland est un talent précoce. À 13 ans, il déposait son premier brevet pour une machine à infuser le thé. À 18 ans, il est devenu le plus jeune porteur de projet de l’histoire du site américain Kickstarter, la référence du crowdfunding pour des projets high tech. Sa 1ère levée de fonds pour le réveil olfactif sur Kickstarter a réuni 200 000 € (objectif de base multiplié par 4). L’histoire du réveil olfactif a commencé dans le garage de ses parents. Il a décidé de se lancer dans cette aventure entrepreneuriale après avoir été repéré par Google grâce à son idée de réveil aromatique lors du Google Science Fair, un concours d’invention destiné aux 13-18 ans. (La Tribune)

L’ACTUALITÉ DE SENSORWAKE

mai 2017 – LEVÉE DE FONDS DE 1,6 millions € auprès du fonds d’entrepreneurs Fa dièse, de BNP Paribas développement, du gestionnaire de fonds Siparex dédié au fonds Pays de la Loire Participations, et le géant de l’industrie de la parfumerie Givaudan, partenaire de Sensorwake depuis deux ans

LES PRODUITS

>> LE RÉVEIL OLFACTIF (le « Sensorwake »)

20.000 appareils vendus. A la FNAC, Darty, Boulanger, Louis Pion, Les Galeries Lafayette, le Printemps … Vendu également au Japon

Le SensorWake fonctionne avec des capsules dans lesquelles sont contenues les odeurs, et il y en a déjà pour tous les goûts : expresso, jus d’orange frais, croissant chaud, bacon, sucette à la fraise, gingembre, menthe poivrée, pelouse fraîchement coupée…  Chaque capsule est 100 % recyclable, dispose d’une puce RFID afin d’être reconnue par le réveil et permet de se réveiller 40 fois.

Des tests menés auprès de 100 consommateurs ont prouvé que le SensorWake était efficace pour réveiller 99 % des personnes en moins de deux minutes et de manière agréable. Et pour ceux qui ont le nez bouché ou trop enfoui sous la couette, une alarme sonore se met en route au bout de trois minutes. Guillaume Rolland l’affirme : « Au XXIe siècle, tout le monde devrait avoir le droit de se réveiller heureux, relaxé et de bonne humeur ! ». (Décideurs en région)

Prix: 99 €

>> ORIA

Prix: 149€

Fabrication en France (par le sous-traitant vendéen S20 Industries). 

sensorwake oria.jpgCet objet connecté de 16 centimètres de hauteur est un diffuseur de parfum. Il se pose sur la table de nuit et contient deux capsules odorantes qui permettent respectivement de faciliter l’endormissement et d’améliorer la qualité du sommeil (longueur et profondeur) de son utilisateur. La première diffuse ses effluves parfumés au moment du coucher et la seconde de manière cyclique, pendant toute la nuit.

Oria améliorerait de 60% la qualité du sommeil selon Sensorwake. « Nous avons testé Oria sur une centaine de personnes équipées d’un électroencéphalogramme et d’une montre connectée. Résultat ? Une amélioration de 60% de l’endormissement et de la qualité du sommeil lorsque les individus dorment à côté de notre appareil », assure l’entrepreneur.

Oria sera commercialisé à partir de l’été 2018 à 149 euros, avec deux capsules offertes. Les clients devront débourser 5 euros pour chaque capsule supplémentaire, dont la durée de vie est estimée à deux mois. Un business model inspiré de celui de Nestlé avec ses machines à café Nespresso, qui permet à l’entreprise de s’assurer des revenus à long terme.

(..) Sensorwake a même intégré à son équipe de onze personnes un neurologue venu des Etats-Unis, pour étudier les effets des odeurs sur le cerveau. Améliorer l’efficacité d’un étudiant lorsqu’il apprend ses cours par cœur, donner la niaque à un sportif qui fait de la musculation en salle, les possibilités semblent infinies… (Journal du net)

A L’INTERNATIONAL

Mai 2017 – Quand l’Asie s’éveillera… avec Sensorwake

L’inventeur du réveil olfactif Sensorwake vient de lever 1,6 million d’euros pour réveiller le Japon et la Corée du Sud et accompagner le lancement commercial de son deuxième produit Oria ; un diffuseur olfactif pour favoriser l’endormissement, d’ici la fin de l’annéePar l’entremise de Business France, Sensorwake a décroché un contrat de distribution avec Yodobashi Camera, l’un des plus gros acteurs du retail sur l’Asie, qui lui a permis prendre pied dans une centaine de points de vente au Japon et en Corée du Sud.

Pour accompagner ce développement, Sensorwake vient étoffer ses compétences en marketing et logistique en recrutant une japonaise et une coréenne, qui complèteront une équipe (quinze personnes) déjà largement tournée vers l’international. (La Tribune)

« Nous avons profité de ce CES 2018 pour annoncer l’arrivée des Sensorwake 2 (même design mais de nombreuses améliorations) dans l’une des plus grande chaine d’hotel d’Asie, le groupe HIS » souligne Guillaume Rolland. 

[LUNDI BONHEUR] – ♥ 5 février ♥

Publié le

IL NEIGE!!

pingouin gif.gif

La moitié de la France tout en blanc, c’est aussi magique que ces bonnes nouvelles:
SPARTAN LÈVE 1 MILLION € pour préserver votre fertilité

La start-up qui a mis au point le fameux boxer pour vous protéger des ondes du portable et du wifi, pour moitié auprès de l’accélérateur Wilco et de business angles dont l’identité n’a pas été dévoilée, l’autre moitié ayant été financée par le crowdfunding (Sowefund). Récemment, Spartan a également sorti un body anti-ondes pour bébé appelé Pandaroo.

boxer-anti-ondes.jpg

 

 

C’EST LA SAISON DES FRAISES!

Déjà?? Eh oui, sur le site de la marque du consommateur. Vous savez, ces briques de lait bleues estampillées du slogan  « C’est qui le patron »?. Une formidable initiative qui redonne le pouvoir aux consommateurs en les consultant sur le juste prix du lait, du beurre, du steak haché, de la farine, bref, de très nombreux produits alimentaires. Et qui permet surtout aux producteurs d’être rémunérés décemment.

Jusqu’au 25 février, donnez votre avis sur le prix des fraises qui seront mises sur le marché au printemps

En 2018 après Jésus-Christ, DES CHERCHEURS CHANGENT L’EAU EN VIN! 

Des chercheurs de l’Université de Singapour ont mis au  point Vocktail, un verre électronique qui trompe vos sens pour vous faire croire que vous buvez du vin, alors qu’il ne s’agit que de l’eau. Selon BFM Business: « Le verre est équipé d’électrodes qui envoient un léger courant électrique lorsque vous le portez à vos lèvres. L’électricité stimule les terminaisons nerveuses de la langue, responsables de l’envoi du message gustatif au cerveau. La perception du goût étant étroitement liée à l’odorat, les chercheurs ont ajouté des capsules olfactives. Enfin, pour une illusion parfaite, le récipient est équipé de diodes électroluminescentes qui reproduisent la couleur du breuvage. Une fois ces trois paramètres combinés, votre cerveau est trompé ».

A quand le système qui permettra de marcher sur l’eau?

LA CROISSANCE AU PLUS FORT DEPUIS 2011

CROISSANCE.jpgSelon les chiffres de l’Insee publiés le 30 janvier, la croissance du PIB est de + 1,9% en 2017, très supérieure à celle de 2016 (+1,1 %). On est bien loin des 0% de 2012!

XXXXX

XXXXX

PACTE: DONNEZ VOTRE AVIS!

Dans le cadre du Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises, le Ministère de l’Économie et des Finances lance une consultation citoyenne ouverte à tous jusqu’au 5 février, notamment sur la contribution de l’entreprise à l’intérêt général. Chacun peut proposer ses actions, participez-y !

 

LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES au plus haut depuis 2010

fotolia_creation_entreprises_panneaux.jpgSelon une étude de l’Insee publiée mardi 30 janvier, le nombre de créations d’entreprises a ugmenté de 7% en France l’an dernier pour s’établir à 591.000.  C’est son plus haut niveau depuis 2010. Plus d’infos sur BFM Business

[ENTREPRENDRE] – Les 1er pas d’Isabelle Pleplé, de SHORT EDITION / Les conseils d’expert de Sandra Legrand. C’est au prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 3/2/18 à 7h – Dimanche 4/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: CLÉOPÂTRE et la folie du slime

TALK 2 : EXCELRISE, une success story industrielle à la Française

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


LES PREMIERS PAS d’Isabelle Pleplé, de SHORT EDITION

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

isabelle pleple.jpgShort Edition, l’éditeur communautaire de la littérature courte, a imaginé et crée le Distributeur d’Histoires Courtes (DHC). Le DHC est une borne connectée à une plateforme communautaire qui offre, en mode aléatoire et sur papier, une histoire de 1, 3 ou 5 minutes, à lire ou à emporter. Short Edition loue ce service (borne + maintenance + monitoring à distance + contenus littéraires courts) aux entreprises et aux institutions souhaitant améliorer l’accueil de leurs clients en situation d’attente et transformer un temps faible de la relation client en un temps fort.

Sur Syntec-numerique.fr – C’est lors d’un déjeuner familial que l’idée de Short Edition est née et a rassemblé une famille autour de sa passion commune pour l’entrepreneuriat : le format littéraire court allait enfin trouver sa place dans le paysage culturel francophone grâce aux nouveaux modes de vie, à la communauté et au numérique.

Etre entrepreneure, c’est être aussi bien dans l’action et dans l’urgence permanente que dans l’écoute très attentive de signaux des partenaires (associés, salariés, investisseurs…), du marché, des experts… Je crois beaucoup à la force de l’équipe. Avoir des sensibilités différentes au sein de l’équipe des fondateurs est une grande chance pour le projet… Cette diversité pouvant aussi se trouver chez des individus du même sexe, je crois qu’il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse : une équipe de femmes peut très bien fonctionner comme une équipe d’hommes peut très bien fonctionner !

short edition.jpg

 

(…) Le quotidien de la start-up est rempli de difficultés mais la recherche permanente de solutions innovantes ne nous laisse que très peu de temps pour les doutes et les hésitations… Pour nous, le projet s’est créé de façon évidente et au jour le jour, et puis son caractère familial a facilité les choses en rendant les échanges fluides.

LES CONSEILS D’EXPERT de Sandra Legrand (Kalidea, Yapuka)

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

sandra legrandSelon Sandra, pour réussir il faut « avoir la niaque, savoir s’entourer, avoir de l’ambition. Ne pas se lancer les yeux fermés, bien étudier son marché, bien identifier le besoin auquel répond notre idée de business ».

SA NOUVELLE AVENTURE

Afin de décrocher un premier emploi, trop de jeunes se trouvent en difficulté pour affronter leur premier entretien face aux recruteurs et être capable de laisser émerger leur personnalité, leur motivation et leur dynamisme pour faire la différence le jour J.

Yapuka.org leur propose une méthode de travail personnalisée et originale pour les préparer à l’entretien oral. Composée d’exercices préparatoires, de théorie, vidéos, et de 3 modules en face à face ou à distance via skype, la méthode exclusive Yapuka vise à renforcer chez chaque jeune coaché : sa capacité d’introspection, sa confiance en soi, la valorisation de son parcours et la construction de son fil rouge pour exposer avec succès son projet personnel et professionnel lors d’un entretien de recrutement.

Les entraîneurs référencés sur la plateforme sont sélectionnés par les experts et DRH travaillant pour Yapuka selon leurs profils, leurs expériences, leurs qualifications. Ils sont ensuite labélisés puis se voient attribuer un statut : Or, Argent ou Bronze.

Les profils des entraîneurs sont présentés sur le site Yapuka.org avec leurs bio (DRH, consultants en recrutement, étudiants et diplômés d’écoles de commerce, professionnels de la communication, entrepreneurs, professeurs…), photo, CV, méthodes proposées, formations, témoignages expériences et expertises. La force de la méthode Yapuka est également de laisser aux jeunes le choix de leur entraîneur selon leur objectif personnel.

Dans les Echos – Si Sandra devait élaborer la recette de son succès, la liste des ingrédients commencerait par l’envie, la passion. « Créer et développer une entreprise demande en effet quelques sacrifices, des prises de décisions qui parfois nous pèsent. Cela impacte une large part de la vie : sans passion, c’est donc très difficile. » Deuxième ingrédient clé ? Le pragmatisme. «Certains chefs d’entreprise foncent tête baissée, et se démènent tellement qu’au bout de deux ans, ils n’ont plus aucune énergie. Il faut savoir être pragmatique, déléguer. » Sandra Le Grand a en effet très vite su déléguer des responsabilités au sein de Canal CE, qui a connu  une croissance rapide pas évidente à gérer. Elle avoue toutefois avoir besoin de garder le contrôle, en consultant ainsi plus de 250 mails par jour, dont une centaine liée à la vie de son entreprise. Troisième ingrédient : le réseau. Non pas le réseau des biens-nés, mais celui que l’on se forge au fil des ans. Sandra avoue consacrer à ce réseau environ 20 % de son temps. « Savoir s’entourer est capital, confie la chef d’entreprise. Avoir le bon partenaire, le bon conseiller, le bon banquier permet d’aller plus vite. Il faut savoir se faire aider sur ses lacunes. Par exemple, j’étais davantage spécialisée en marketing et moins en gestion, et j’ai donc recruté très vite les personnes qui pouvaient compenser mes points faibles. »

Excelrise ou l’art de redresser les entreprises. C’est au prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 3/2/18 à 7h – Dimanche 4/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

ceisa-packaging.jpg

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: CLÉOPÂTRE et la folie du slime

TALK 2 : EXCELRISE, une success story industrielle à la Française

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 2: EXCELRISE, Avec Arthur Lepage, président cofondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Excelrise est composé d’une équipe d’experts spécialistes des redressements d’entreprise traversant des périodes difficiles : restructuration, redressement, croissances volatiles

Avec 2 associés, Arthur Lepage fait l’acquisition en 2002 de l’entreprise Ceisa Packaging, spécialisée dans l’extrusion, la transformation et l’impression de film d’emballage en matière plastique et mise en redressement judiciaire. Aujourd’hui le groupe est leader sur son marché et affiche une croissance de +25 % par an depuis 10 ans avec un CA à 55 millions d’euros pour 175 personnes employées fin 2016. A titre d’exemple, 85 personnes ont été embauchées par Ceisa depuis sa reprise par les équipes Excelrise.

Elle a d’ailleurs remporté le Prix de la meilleure reprise d’entreprise en janvier 2017 décerné par l’Association pour le Retournement des Entreprises.

 Excelrise figure aujourd’hui dans le Top15 des emballages PE en Europe avec un CA annuel de 110 millions d’euros et emploie 350 personnes. Comme preuve de son succès, le holding industriel a choisi de rapatrier en janvier 2014 2 lignes de production de Roumanie sur le site des Vosges afin de favoriser l’emploi français.

LES CHIFFRES CLÉS D’EXCELRISE

  • Activité: un des leaders européens de l’emballage plastique
  • Date de création: 2002
  • Siège social: Paris
  • CA: 110 millions € dont 55 M pour Ceisa Packaging et 55M pour Semo packaging
  • Effectif: 350
  • 4 sites de productions en tout: Eure, Orléans, Vosges et Pyrénées

EXCELRISE A REPRIS:

1 – Ceisa Packaging en 2004, basée à Bernay dans l’Eure, spécialisée dans les films imprimés rétractables pour les marchés des boissons et des produits agro-alimentaires, et mise en redressement judiciaire. Aujourd’hui le groupe est leader sur son marché et affiche une croissance de +25 % par an depuis 10 ans avec un CA à 55 millions d’euros pour 175 personnes employées fin 2016. A titre d’exemple, 85 personnes ont été embauchées par Ceisa depuis sa reprise par les équipes Excelrise.

80% à l’export – Filiales Pologne, Russie, Maroc

2 – Semo Packaging en 2013, qui commercialise des films, gaines et sacs imprimés à destination des marchés de l’hygiène, boisson et agroalimentaire. 55 millions CA, 175 employés. 25% du CA à l’export 

Les activités des deux entreprises sont complémentaires.

> Le tout forme la holding EXCELRISE qui est devenu aujourd’hui dans le Top15 des emballages PE en Europe.

excelrise_image1

LA STRATÉGIE POUR REDRESSER UNE ENTREPRISE

Dans Les Echos – Pour reprendre une entreprise en difficulté, la première règle est d’abord de bien choisir sa cible. « Nous ciblons des entreprises sous-performantes ou ayant connu des accidents de parcours, mais évoluant sur des marchés porteurs », explique Arthur Lepage. Il trouve Ceisa via un administrateur judiciaire et le cabinet KPMG. « C’est suite à la faillite de la maison mère de Ceisa que cette entreprise a subi la perte de ses deux principaux clients dont Nestlé Waters et Coca-Cola. Elle était donc en perte de vitesse, se souvient Arthur Lepage. Nous l’avons donc rachetée en redressement judiciaire, en reprenant les actifs. »

Sur 140 salariés, l’entité en conservera 90… avec pour but de remonter la pente, car le chiffre d’affaires était alors divisé par deux. Pari réussi, puisque Ceisa retrouve l’équilibre en un an et demi. Au final, son chiffre d’affaires sera ainsi multiplié par 4 en 4 ans. Aujourd’hui, la structure est rentable et affiche une croissance de 25 % par an depuis 10 ans. Preuve de sa belle réussite, 70 personnes ont été embauchées depuis sa reprise par l’équipe actuelle portant le chiffre d’affaires à 55 millions d’euros pour 175 personnes fin 2016.

Pour financer ces opérations, les repreneurs investissent d’abord leurs deniers personnels. Ensuite, charge à eux de convaincre les banques de les suivre, via un plan stratégique solide en identifiant bien les foyers de perte. « Il faut convaincre les salariés, les fournisseurs et les clients du sérieux de ce plan, souligne Arthur Lepage. Les salariés sont toujours très inquiets. Les 100 premiers jours, notamment, il est capital de communiquer régulièrement, d’organiser des réunions trimestrielles pour suivre l’avancée du plan, faire un bilan et dessiner des perspectives. »

Une fois le rachat effectif, « la clef de la réussite, c’est d’aller très vite ! Il faut entre 6 et 12 mois pour retrouver l’équilibre, assure le serial repreneur, afin de rassurer l’ensemble des partenaires et remobiliser les équipes. » Une attention particulière est également portée aux clients et fournisseurs. « Tout l’enjeu est de redonner confiance, après des mois de sous-investissement commercial. » Les associés enchaînent donc les rendez-vous commerciaux, misent sur « l’innovation et un travail important sur la qualité produit. » Ils investissent ainsi 5 % du chiffre d’affaires en R&D chaque année, soit environ 5 millions d’euros. L’objectif ? Développer des emballages écologiques, conçus à partir de déchets plastiques recyclés. Autre source de croissance, l’export : aujourd’hui, 60 % de la production de Ceisa est dédiée à l’international.

La formidable saga de la Colle Cléopâtre. C’est au prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 3/2/18 à 7h – Dimanche 4/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

ancien pot annees 80 colle cleopatre ecole 80 ecola amande.jpg

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: CLÉOPÂTRE et la folie du slime

TALK 2 : EXCELRISE, une success story industrielle à la Française

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1: CLÉOPÂTRE Colles & Couleur, avec Alexandre Marionnet, directeur

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

Née en 1930, Cléopâtre s’est très vite imposée comme la spécialiste des colles pour enfants. Numéro 1 dans les écoles (en tonnage de colle), l’entreprise développe des produits « made in France’, un vrai gage de qualité.

Véritable petite madeleine pour bon nombre d’entre nous, la colle Cléopâtre et sa délicieuse odeur d’amande nous ramène instantanément aux bancs d’écoliers de notre enfance.

La marque fait encore aujourd’hui un malheur dans les cours décole grâce à la folie du slime, dont elle est un des ingrédients principaux!

LES CHIFFRES CLÉS DE CLÉOPÂTRE COLLES & COULEURS

  • Activité: fabricant de colle
  • Date de création: 1930 – 88 ans
  • Lieu: Ballan Miré (37) près de Tours
  • CA: 6 M € (+45% – 4 M en 2016)
  • Effectif: 30 (ils sont passé de 18 à 30 en moins d’un an, surtout grâce au slime)
  • Entreprise reprise en 2000 par Alexandre Marionnet. CA 6 fois plus élevé aujourd’hui.

CE QUI FAIT SON SUCCÈS

Dans les Echos 800 références: « l’astuce pour séduire tient à la richesse du catalogue. Depuis son rachat en 2000, Cléopâtre ne cesse d’innover. Elle a multiplié les références, tant dans les formats (petits pots, tubes, flacons, bidons) que dans les usages (colle à papier, colle à bois, colle pour enfants, pour adultes, etc). Depuis 2005, elle s’est lancée dans une gamme de peinture dédiée aux loisirs créatifs.

Afin de tester la popularité des produits sans lancer des études de marché coûteuses, la société a lancé son propre site de vente en ligne, placedesloisirs.com. « Ca nous permet d’ajuster nos productions en fonction des achats et des commentaires. On voit tout de suite ce qui marche ».

« Grâce à nos petites machines, nous pouvons nous adapter très vite aux demandes des clients et répondre aux commandes en quelques semaines là où cela prend des mois pour nos concurrents qui fabriquent à l’étranger ».

slime cleopatre.jpg

L’HISTOIRE DE LA COLLE CLÉOPÂTRE

« Créé en 1930 à Paris par Pierre Chamson, le petit pot en aluminium remporte dès 1934 l’adhésion du public grâce au petit pinceau intégré qui facilite son application et à son nouveau parfum d’amande.

En 1950 la marque troque l’alu pour le plastique.

Après un changement de propriétaires en 1954 et son déménagement en Touraine, la société loupe le virage du bâton de colle et perd du terrain face à la concurrence étrangère de Uhu et Pritt.

Presque moribonde à la fin des années 1990 elle est mise en vente puis rachetée par Alexandre Marionnet, ancien patron d’une PME de fours à pain. Il donne un coup de jeune à l’entreprise. Aujourd’hui, l’entreprise est sollicitée par tous les poids lourds de la grande distribution française qui surfent sur la tendance du slime. 

SLIME, LE RETOUR (voir notre dossier spécial Jeux et Jouets)

L’origine: En 1984, dans Ghost Busters, la bande de SOS Fantômes avait pour mission de capturer un redoutable fantôme ectoplasme vert fluo du nom de Slimer ou Flubber. Aujourd’hui, le slime, en hommage au spectre visqueux, devient l’activité incontournable des enfants avec la colle Cléopâtre.

cleopatre colle .jpg

LE SLIME ÉTAIT  UN DES BEST SELLERS DE NOËL 2017 et a eu un impact énorme sur le CA de Cléopâtre

La mode du slime, qui se prononce « slaïme », provoque une croissance de 1 % chaque semaine pour sa PME, les colles Cléopâtre. Cette pâte gélatineuse, dont raffolent les collégiens, peut se concocter à partir de colle liquide. Et le fabricant français, plus connu pour ses petits pots au parfum d’amande, s’est emparé du sujet. « Quand le slime a débarqué en France en début d’année, je venais de recruter une community manager. Elle a identifié quelques relais d’influence et nous leur avons envoyé des pots de colle liquide classique qui, une fois mélangés à divers ingrédients, donnent le slime. Le succès a été immédiat », résume Alexandre Marionnet, qui estime que les vidéos sur le slime utilisant ses produits totalisent 40 millions de vues sur Youtube.

La pâte, issue du mélange de la colle Cléopâtre avec de la mousse à raser, du nettoyant de lentilles de contact, des colorants, voire même des paillettes pour faire plus « girly », s’accroche aux vitres et parfois aux cheveux.

L’industriel de Ballan-Miré, près de Tours, pensait que la tendance serait oubliée en septembre. Que nenni. Amazon lui a commandé en novembre 40.000 litres, « l’équivalent du stock écoulé en 2016 », souligne Alexandre Marionnet. Le leader américain de l’e-commerce va diffuser la colle tourangelle dans les pays limitrophes. (Les Echos)

>> ET L’APRÈS SLIME ???

Alexandre Marionnet: « Nous allons devenir un acteur important de « L’apprentissage Ludique »

Tous les clignotants sont au vert:

  • Tous nos produits sont en augmentation
  • Le nombre de comptes clients ouverts en 2017 dépasse les 500 en Europe, en ce début d’année nous ouvrons encore 300 points de ventes.
  • nous sommes maintenant présents en Allemagne, Suisse, Italie, Espagne Angleterre et nous constatons une nette augmentation en ce moment
  • nous avons de nouvelles gammes de produits à venir, et même un domaine complet d’activité en plein développement.
  • Nous espérons cette année une progression d’au moins 20% avec une EBE de 15% et ce sur les 5 années à venir pour atteindre dans un premier temps 15 millions d’euros.

Et puis dans un  futur un peu plus lointain, quand nous aurons atteint une couverture globale des besoins des enfants dans le cadre de l’apprentissage ludique, nous déclinerons comme nous avons su le faire sur nos boutiques e-commerce, des boutiques physiques qui nous permettront en plus de démontrer nos produits.

Décathlon détrône Amazon dans le coeur des Français

Publié le Mis à jour le

Paris, le 30 janvier 2018 – Dans le Classement OC&C des Enseignes 2018, qui identifie
les enseignes préférées des Français depuis 2012, Decathlon occupe pour la
première fois la première place.

Les dix premières enseignes cette année sont : Decathlon ; Cultura ; Picard ; Fnac ; Amazon ; Sephora ; Grand Frais ; Yves Rocher ; Leroy Merlin (qui fait pour la première fois partie des dix premiers) ; IKEA.

Le classement de l’an dernier : Amazon ; Apple ; Grand Frais ; Picard ; Cultura ; Decathlon ; Sephora ; Truffaut ; Kiko ; Maisons du Monde.

Les clients n’ont d’ailleurs pas tous le même profil ni les mêmes attentes en fonction de la génération à laquelle ils appartiennent. Une offre présentée à tous de façon identique ne convainc plus.

Les attentes, qu’il s’agisse du côté pratique, de qualité ou de rapport qualité-prix, et même de la qualité de l’expérience en magasin, varient selon que l’on a affaire à des Millennials, à la Génération X ou à des Baby-Boomers. Ces divergences, qui se reflètent au niveau des enseignes que chaque génération préfère, tiennent aux différences dans leur style de vie :

Capture d’écran 2018-01-30 à 15.58.06.png

Comment la digitalisation des flux d’informations peut devenir un avantage concurrentiel ?

Publié le Mis à jour le

croissance

Selon le cabinet Xerfi-Precepta, le marché français de la dématérialisation s’élèvera à 7,7 milliards € d’ici à 2020.

De nombreux grands groupes ont supprimé l’utilisation du papier dans leurs échanges avec fournisseurs et clients. Mais ce « zéro papier » via la digitalisation va au-delà d’une préoccupation écologique, elle est un moyen de diffuser des informations fiables et sécurisées en B to B et désormais aussi en B to C.

Industriels et fournisseurs sont donc aujourd’hui en première ligne pour fournir des informations B to C vérifiées, crédibles et sécurisées, tout en apportant une véritable valeur ajoutée aux consommateurs et à leur propre marque de distribution. Un pari gagnant/gagnant.

Reste, toutefois, que pour réussir à relever ce défi, les relations entre industriels et les distributeurs doivent aussi, dans certains cas, évoluer vers une meilleure fluidité des échanges B to B, et cela concerne notamment les factures. Leur dématérialisation permet de les traiter plus rapidement et plus efficacement, ce qui renforce la confiance – élément primordial dans le business – entre les différents acteurs.

 Le  « Consomm-acteur »

 Le « consommacteur » d’aujourd’hui est très demandeur d’informations. Sur les réseaux sociaux et sur les canaux d’achat (boutique, web, mobile), il veut trouver en face des lui des entreprises responsables et citoyennes, répondant rapidement à ses questions. A fortiori en cas de crise, comme on l’a tristement constaté dans l’affaire Lactalis. Mais si le digital peut véhiculer les bad buzz, il est aussi un outil incontournable pour les entreprises qui désormais sont obligées de collecter et échanger un nombre grandissant de données B to C. Identifier, collecter, traiter une information de qualité pour la transmettre de façon fluide devient donc un enjeu primordial. Toutefois les solutions de collecte auprès de bons interlocuteurs et de vérification doivent être renforcées.

La « Confiance »

En matière d’échange d’informations, il est un autre domaine où le digital devient incontournable: la facturation. Saviez-vous que le coût d’une facture papier se situe entre 15 et 20 € ? La facture électronique coûte jusqu’à 6 € de moins que la même facture papier *.

En outre, on imagine aisément qu’une facture envoyée par voie électronique, et à plus forte raison par EDI, sera payée plus rapidement qu’un courrier traité manuellement! Mais on doit aller plus loin. Une facture sur sept est aujourd’hui bloquée dans les systèmes de traitement des donneurs d’ordre, parce qu’elle ne correspond pas à la codification de leurs systèmes? C’est ce que nous apprend Pierre Pelouzet, Médiateur des Entreprises (voir plus bas le podcast BFM), qui souhaite bientôt publier un modèle de facture standardisé. Aujourd’hui Factur-X va encore plus loin en définissant déjà un modèle correspondant aux normes européennes. Les marchés publics donnent d’ailleurs l’exemple en France, avec la plateforme d’envoi de factures dématérialisées Chorus Pro.

La digitalisation, gain précieux de temps et de compétitivité, est plus que jamais au coeur du business.

Michel PICOT

* (sources : études GS1 France 2010 et Arthur D. Little 2001)

ATGP_2018_Web

« Le digital au coeur de votre performance » abordera tous ces thématiques lors du prochain événement organisé par @GP, leader des solutions EDI (Echange de données informatisées) le 1er février 2018. Plus d’info ICI

 (Ré)écouter et téléchargez le podcast de l’interview de Pierre Pelouzet, Médiateur des Entreprises, sur la facturation digitale et la confiance dans les affaires: 

 

 

 

[LUNDI BONHEUR] – 27 janvier

Publié le Mis à jour le

C’est lundi, on sourit! (si, si)

ON A TROUVÉ LA MEILLEUR CRÊPE DU MONDE!

crepeElle est dans le Finistère, dans la ville du Faou. La crêperie La Frégate remporte le prix de la meilleure crêpe de Bretagne pour la 3ème fois consécutive. Plus d’infos

xxxxx
xxxxx
xxxxx
x
xxxxxxxxxxx
L’A-380 REDÉCOLLE

Il nous a fait des frayeurs en menaçant de s’éteindre, mais c’est une commande d’Emirates qui repropulse sa fabrication. La compagnie de Dubaï achète 36 exemplaires supplémentaires pour seize milliards de dollars. Ouf!

a 380 emirates

xxxxx

COCORICO: 29 FRANÇAIS AU PALMARÈS FORBES DE MOINS DE 30 ANS

Dans son classement annuel « 30 under 30 », Forbes distingue les personnalités les plus influentes en Europe. 29 Français y figurent, dans différentes catégories. Parmi eux, 10 startuppers, dont Frichti (voir notre interview 04/2017).

HEETCH LÈVE 16 MILLIONS pour s’étendre en Europe

heetch appliLa plateforme de covoiturage urbain récolte ces fonds auprès de Félix Capital, Via ID, Alven Capital et Indinvest Partners. Condamnée à payer une compensation de de 400 000€ aux taxis pour complicité d’exercice illégal de la profession de taxi, l’entreprise renaît de ses cendres à l’automne dernier et lève déjà 10 millions €.

(Ré)écoutez et téléchargez notre interview de Teddy Pellerin, cofondateur de Heetch:

MOBILISATION GÉNÉRALE POUR SOUTENIR NOS ENTREPRISES

crowdfundingLa finance alternative a progressé de 50% entre 2016 et 2017 en France. Les fonds collectés se rapprochent du milliards d’€. Explication: le développement des plateformes et l’apparition de nouveaux outils de financement permettant davantage de modèles  hybrides.

xxxx

EN JANVIER, LES VOYANTS SONT AU VERT

croissance entrepriseSelon La Tribune, le secteur privé a de nouveau connu une forte croissance en janvier, proche du record depuis six ans et demi établi en novembre, d’après l’indice PMI publié jeudi par le cabinet IHS Markit.

xxxxx

xxxxx

xxxxx

NOS ENTREPRISES PLUS VIVANTES QUE JAMAIS

croissance.jpgLe nombre de défaillances d’entreprises est au plus bas depuis 10 ans! Les Echos nous apprennent que « Selon la société Altares, le nombre de procédures collectives engagées l’an dernier a reculé de 4,6 %. Certes, les défaillances sont toujours à un niveau relativement élevé – il y en a eu 55.175 en 2017 -, mais il s’agit du chiffre le plus faible depuis 2007, année qui avait précédé la crise.

xxxx

NOUVEAU DANS NOS BOÎTES DE RÉCEPTION: LE MAIL COLLABORATIF
Front, solution qui centralise tous les vecteurs de communication d’une entreprise (mails, sms, Facebook, Twitter, etc), vient de lever 35 millions € pour conquérir l’international. Parmi les 2 500 entreprises ayant adopté la solution : LVMH, TF1, Shopify, HubSpot.

 

 

EAU CHAUDE : 1 – GLYPHOSATE : 0

Désherber sans pesticides, c’est possible… avec de l’eau chaude! Oliatec, société créée par un géo trouve-tout breton, révolutionne le monde agricole. Ses machines basse pression pulvérisent des gouttelettes d’eau à 120 °C. La solution est déjà industrialisée: des usines sortent une machine par jour, pour un CA de 4 millions € et une trentaine de salariés! Ou comment nos villages gaulois résistent aux mastodontes de la chimie…

FACEBOOK et les CHERCHEURS FRANÇAIS: une histoire d’amour

facebook-intelligence-artificielleEn France, on n’a pas de pétrole mais on a des cerveaux! C’est ce que les géants américains ont bien compris, en particulier Facebook, qui annonce un investissement de 10 millions € supplémentaires d’ici 2022 « pour accélérer l’intelligence artificielle en France ». Soit trois fois plus que les montants que l’Américain allouait jusqu’ici à la recherche dans l’Hexagone. Vive nous!

[ENTREPRENDRE] : Les 1ers pas de Jérôme Tricault, de X-TEND / L’avis d’expert de Sandra Legrand (Kalidea, Yapuka). C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 27/1/18 à 7h – Dimanche 28/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

Des-aides-existent-que-paiement-charges-sociales-soit-plus-souple-F

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Chaque jour, MOULINOT collecte l’équivalent de 100 000 repas en déchets alimentaires

LE FOCUS DE LA SEMAINE : G20 YEA : 400 jeunes entrepreneurs font entendre leur voix aux gouvernements

TALK 2 : ALLO MEDIA : Quand l’Intelligence Artificielle décrypte les appels téléphoniques

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Jérôme Tricault, de X-TEND
  • Les conseils de  l’experte Sandra Legrand, fondatrice de Kalidea et Yapuka.org

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


LES PREMIERS PAS de Jérôme Tricault, de X-TEND

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

jerome tricault.jpg« Ce qui m’intéresse, c’est entreprendre et créer »

Serial entrepreneur : il a créé 5 entreprises. Il est aussi fondateur de Parfum des Oliviers en 2006 et d’Audirep, société d’études marketing, en 1996, vendue pour créer Parfum des Oliviers. Audirep avait alors 37 collaborateurs et faisait 5 millions de CA.

Jerôme Tricault le reconnaît : « je suis entreprenant, je fonce, je n’ai pas peur du risque ». 15 années passées dans le marketing et les enquêtes de marché, lui ont appris qu’il y avait un moment adéquat pour lancer un produit. « A force d’accompagner les directeurs marketing dans la création d’un produit puis dans la décision du lancement au bon moment, j’ai eu envie de sortir de cet exercice intellectuel pour aller vers le produit » (Magazine Classe Export)

LES CONSEILS DE L’EXPERTE Sandra Legrand

(Ré)-écoutez et téléchargez cette interview:

sandra legrandFondatrice de Kalidea et de la toute nouvelle société Yapuka.org, mais aussi membre des conseils d’administration de Surys (anciennement Hologram Industries) et Hi-media, Axa France. 

Marraine de 100 000 Entrepreneurs, membre du comité pédagogique MBA/MCI du pôle Léonard de Vinci, personnalité. Elle siège aussi au Conseil d’administration de l’OL.


Un sondage Odoxa pour le cabinet d’audit BDO montre que près d’un Français sur trois (28 %) affirme clairement son désir de créer son entreprise, qui grimpe même à 47 % chez les jeunes de moins de 25 ans. 

Mais: on estime à seulement 550 000 le nombre de passages à l’acte par an. Beaucoup restent donc scotchés au stade du fantasme.

Pour Sandra Legrand, « Appelons un chat un chat, c’est le plus souvent le signe d’un manque d’ambition ».

Dans l’Express – « L’ambition, ça se travaille »

En 2000, Sandra Le Grand, mère de deux jeunes enfants, lâche son job chez Coca-Cola pour créer son entreprise. Quinze ans plus tard, Kalidea emploie près de 200 collaborateurs et affiche 70 millions d’euros de chiffre d’affaires. Une croissance menée tambour battant. Autant dire que la vice-présidente de l’association CroissancePlus parle d’expérience.

Toute entreprise a-t-elle vocation à grandir ?

Sandra Le Grand : C’est d’abord la décision du chef d’entreprise. Cela dépend de son ambition et de sa volonté. Certains entrepreneurs n’ont pas envie d’embaucher ; ils veulent simplement travailler en free-lance, être indépendant, exercer en libéral… Leur démarche est tout à fait légitime. Et puis, il y a ceux qui rêvent de faire de leur entreprise un leader sur le marché national et/ou international. Dans ce cas, il faut s’en donner les moyens financiers, humains et stratégiques, sans quoi cela ne marchera pas !

Il se crée beaucoup d’entreprises en France chaque année, mais seule une infime minorité dépassera, à terme, les 50 salariés. Pourquoi ?

C’est très bien d’avoir un vivier de plus de 500 000 nouveaux entrepreneurs tous les ans. Cela témoigne d’une belle énergie d’entreprendre en France, notamment chez les jeunes qui se lancent, avant même d’avoir fini leurs études. De nombreuses start-ups sont créées dans notre pays, mais la question est de savoir : combien d’entre elles deviendront de futurs Google, de futurs Amazon ? Certes, nous avons Criteo, Vente-privee. com, BlaBlaCar, Deezer… mais il en faudrait davantage! En France, créer son entreprise est simple, mais il nous manque un écosystème qui encourage vraiment la croissance.

ALLO MEDIA invente le « cookie vocal ». C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 27/1/18 à 7h – Dimanche 28/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

allomedia.png

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Chaque jour, MOULINOT collecte l’équivalent de 100 000 repas en déchets alimentaires

LE FOCUS DE LA SEMAINE : G20 YEA : 400 jeunes entrepreneurs font entendre leur voix aux gouvernements

TALK 2 : ALLO MEDIA : Quand l’Intelligence Artificielle décrypte les appels téléphoniques

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet



TALK 2 : ALLO MEDIA, avec Romain Sambarino, CEO

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Allo Media a inventé le « cookie vocal », une technologie d’intelligence artificielle qui permet de retranscrire l’intégralité d’une conversation téléphonique commerciale, et ainsi de mieux répondre aux attentes des clients et de les cibler avec plus de précision. 

Romain Sambarino: « La société a été créée en 2011. Sa première activité fut la création d’annuaires professionnels à thèmes comme Allo-Médecins.fr dans le secteur de la santé ou Allo-Réparateurs.fr pour le dépannage et les travaux. 

Puis nous avons pivoté sur un modèle à la performance incluant à la fois un site web bénéficiant d’un référencement naturel fort au niveau local et une solution de tracking analysant les appels reçus par les professionnels. Ce modèle était proposé aux artisans locaux pour lesquels, seuls les leads qualifiés étaient alors facturés.

Ces petits commerçants utilisaient la technologie pour les leads mais pas pour la data. Nous nous sommes ensuite concentrés sur cette technologie seule afin de la proposer aux grands comptes qui traitent de très nombreux appels pour les relier au parcours online de leurs clients et prospects.

hotesse_standardisteparis.png

L’IDÉE

Dans l’Usine Digitale: « Peu connue, la jeune pousse existe pourtant depuis 2011 et s’est spécialisée sur un créneau, a priori, un peu ringard : les appels téléphoniques. Un jugement à la volée qui s’écroule en quelques minutes, tant la pertinence technique et business de la solution paraît évidente. « La voix explose aujourd’hui. Nous sommes dans un environnement, avec les technologies de reconnaissance vocale et les assistants personnels – comme Amazon Echo, qui pousse l’usage de la voix », assure Romain Sambarino, fondateur et CEO d’Allo Media. « Un appel client est extrêmement riche en informations. Les consommateurs se livrent, expliquent qu’ils sont clients depuis X années, décrivent leur projet, valorisent tel ou tel achat », renchérit Frédéric Daniel.

« Aujourd’hui, les marques tendent à planquer le numéro de leur centre d’appel sur Internet car elles le voient surtout comme un centre de coûts. Nous, nous souhaitons opérer un changement de paradigme et faire des échanges téléphoniques une véritable source de valeur pour l’entreprise« , expose Frédéric Daniel, directeur général adjoint de la start-up Allo Media

LES CHIFFRES CLÉS D’ALLO MEDIA

  • Activité: technologie d’analyse des conversations téléphoniques
  • Date de création: 2011
  • Siège social: Paris + laboratoire de recherche au Mans
  • CA: 450 000 €  qui correspond à l’activité Cookie Vocal seulement « pour une commercialisation du cookie vocal au début de la même année et nous prévoyons une très forte croissance en 2018. »
  • Effectif: 30

UNE RETRANSCRIPTION AUTOMATIQUE POUR ALIMENTER LES BASES DE DONNÉES

« La start-up a développé une technologie, baptisée cookie vocal, qui permet d’analyser les conversations téléphoniques et d’exploiter ce puits d’informations. « Nous proposons de créer un pont entre le parcours en ligne de l’internaute et son parcours téléphonique, de réconcilier le online et le offline », explique le directeur général adjoint. La start-up, qui compte trois docteurs en intelligence artificielle issus du Laboratoire informatique de l’université du Maine (LIUM), a mis au point un modèle unique de reconnaissance vocale. Son modèle de réseau de neurones permet de retranscrire automatiquement, et en quasi temps réel, la parole en texte.

En 2016, la plate-forme en ligne a lancé un nouveau service pour l’investissement immobilier : SeLoger Invest. Après avoir rempli un formulaire, les internautes sont invités à prendre contact avec un conseiller par un appel téléphonique. Le hic ? A partir de ce moment-là, SeLoger perd le contrôle sur le parcours de l’internaute. « Lorsque le lead était transmis au conseiller, nous avions un retour tardif, imprécis, parfois erroné. Nous manquions de réactivité pour le lier au parcours digital. Il nous manquait une brique« , témoigne Marc Rousso, en charge du développement chez SeLoger.

Le cookie vocal d’Allo Media permet une analyse sémantique sur le champ lexical de l’investissement et de remonter automatiquement et en quasi temps réel ces informations dans la base de données de SeLoger pour les analyser et réengager les utilisateurs ultérieurement. Le cookie vocal permet ainsi de créer un pont entre le service client et les équipes marketing, deux départements qui travaillent encore trop souvent en silo. « Cette technologie nous permet, par exemple, de comprendre combien d’appels sont nécessaires pour aboutir à un rendez-vous physique. A terme, nous espérons pouvoir réutiliser les données pour améliorer les process. Un conseiller pourra ainsi donner un chiffre clé à l’interlocuteur au bon moment« , prédit Marc Rousso.

LE PRIX

La solution est facturée entre 30 et 50k€ par POC en fonction du degré d’apprentissage, et après le POC par un prix forfaitaire variable en fonction du volume d’appels.

LES CLIENTS

Elle compte parmi ses clients PSA Retail, Voyage Privé ou encore SeLoger…

LEVÉES DE FONDS : en tout près de 12 M€

Novembre 2017: nouvelle levée de fonds de 8 millions d’euros pour accélérer son développement en France et à l’international auprès de Red River West, qui mène ce tour, et de Serena Data Ventures, le fonds Data+AI de Serena Capital.  En mars 2017: 1,5 M€ levés – En 2014: 2 M €

LES OBJECTIFS

Doubler l’équipe technique et R&D dans les deux ans, visant l’amélioration continue de l’analyse en temps réel, le développement de nouvelles langues et la création d’interfaces de data visualisation. Allo-Media vise une accélération de son développement international à court terme, notamment aux Etats-Unis, elle a d’ailleurs participé au CES de Las Vegas cette semaine.

[FOCUS DE LA SEMAINE] – Candidatures pour le G20 YEA, c’est parti! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 27/1/18 à 7h – Dimanche 28/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

g20 yea citizen entrepreneurs.jpg

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Chaque jour, MOULINOT collecte l’équivalent de 100 000 repas en déchets alimentaires

LE FOCUS DE LA SEMAINE : G20 YEA : 400 jeunes entrepreneurs font entendre leur voix aux gouvernements

TALK 2 : ALLO MEDIA : Quand l’Intelligence Artificielle décrypte les appels téléphoniques

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


FOCUS DE LA SEMAINE: G20 YEA, avec Grégoire Sentilhes, président de Citizen Entrepeneurs

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Ca y est l’appel à candidatures du G20 YEA (Young Entrepreneurs’ Alliance) est lancé! Vous avez jusqu’au 4 mai pour poser votre candidature, sur le site de Citizen Entrepreneurs, qui rassemble et représente la délégation française. 

Le G20 YEA aura lieu comme chaque année en marque du G20, à Buenos Aires, les 20 & 21 septembre 2018.

Le thème de cette année:  « Entrepreneurial Education for Future Business »

Cette édition accueillera plus de PME et d’ETI que  par le passé.

Pour rappel, le G20 YEA (Young Entrepreneurs’ Alliance) ou G20 des Jeunes Entrepreneurs offre l’opportunité de rencontrer 400 jeunes entrepreneurs des pays du G20 politique et d’inspirer les chefs d’Etats en remettant leurs recommandations pour relancer la croissance, l’innovation et créer de l’emploi. Citizen Entrepreneurs représente la France et constitue la délégation française des jeunes entrepreneurs.

Le G20 des Jeunes Entrepreneurs a été créé en 2010 dans le but de réunir chaque année en marge du G20 politique, les délégations de jeunes entrepreneurs des pays membres pour partager et réfléchir conjointement à un ensemble de solutions à destination des gouvernements. Après Toronto et Séoul (2010), Nice (2011), Mexico (2012), Moscou (2013), Sydney (2014) et Istanbul (2015), le G20YEA s’est déroulé à Pékin en 2016 et Berlin en 2017.

L’Argentine est la 3ème économie d’Amérique du sud derrière le Brésil et le Mexique. Elle a récemment adopté une série de mesures économiques pour retrouver la confiance des investisseurs étrangers.

Le compost « haute-couture » de MOULINOT. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 27/1/18 à 7h – Dimanche 28/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

recyclage aliments.jpeg

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Chaque jour, MOULINOT collecte l’équivalent de 100 000 repas en déchets alimentaires

LE FOCUS DE LA SEMAINE : G20 YEA : 400 jeunes entrepreneurs font entendre leur voix aux gouvernements

TALK 2 : ALLO MEDIA : Quand l’Intelligence Artificielle décrypte les appels téléphoniques

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1 : MOULINOT, avec Stéphan Martinez, président fondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Vous vous souvenez des fameux « vers de terre de chez Moulinot » de Coluche? Eh bien c’est d’après ce sketch que Stéphan Martinez à baptisé son entreprise de collecte et de recyclage de déchets alimentaires. Entre autres par lombricompostage, donc (d’où la référence aux vers de terre… vous suivez?)

 

Mais trêve de plaisanterie: l’initiative de Stéphan Martinez est des plus sérieuses et des plus efficaces. Son idée: sortir les déchets alimentaires des incinérateurs et des décharges, pour les valoriser en biogaz ou en compost à grande échelle.

Dans Télérama: « Que faire des parures de viande, des arrêtes du poisson, des pelures des fruits et légumes ? Le restaurateur parisien a créé une société pour valoriser tous ces restes : ils permettent de produire du biogaz et de l’engrais. Malin !

moulinot camion

Troisième génération d’une famille de restaurateurs, Stephan Martinez avait sa propre affaire dans le 15ème arrondissement de Paris, mais culpabilisait de produire 5 tonnes de déchets alimentaires par an. « En 2007, je me suis lancé dans le lombricompostage dans ma cave et grâce à 10 kilos de vers de terre, j’ai réussi à produire 50 kg de compost par an« , explique le Géo Trouvetou. Pendant plusieurs années, il tâte le terrain. D’abord en réalisant un mini-composteur éducatif pour les enfants avec une boîte à gâteaux et un filtre d’ordinateur: 3 500 Moulinobox ont été vendus. Puis, dès 2013, il sonde ses confrères restaurateurs intéressés, mais effrayés par la logistique et les complications réglementaires.

“Après avoir pensé à bien acheter, les pros de la restauration doivent réfléchir à bien jeter”

moulinot parcoursLe voilà donc à la tête de Moulinot qui aligne déjà quatre cents clients (Mc Donald’s, Hédiard, le Ritz, Elior, Accor, Sodexo, Mariott, Galeries Lafayette, mais aussi des hôpitaux et cantines). Moulinot valorise les restes d’assiettes, pelures de fruits, parures de viande ou de poisson, produits périmés, collectés à bord de 17 camions roulant… au biogaz, qu’il produit. Ça s’appelle l’économie circulaire !

« Le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas : les pros de la restauration, après avoir pensé à bien acheter, doivent réfléchir à bien jeter, en réduisant les pertes. On donne des outils pour retrouver le bon sens, comme des sacs en plastique transparent qui permettent de prendre conscience de ce que l’on jette. » Remplacer les économes par des rasoirs à légumes permet de gagner 2 kilos sur 15 de légumes à éplucher : c’est autant qui finit dans l’assiette… et pas dans la poubelle ! (Télérama)

> Depuis 2012, la réglementation impose aux gros producteurs de biodéchets de mettre en place le tri à la source en vue de leur valorisation organique. La peine encourue est une amende de 75 000 € et une peine de deux années de prison.

LES CHIFFRES CLÉS DE MOULINOT

  • Quantité collectés depuis le démarrage : 7500 tonnes
  • Actuellement : 400 points de collecte en IDF – l’équivalent de 100 000 repas collecté chaque jour

moulinot dechetsLES ACTUALITÉS

  • Stéphan Martinez: « Dans un premier temps, nous avons déployé des partenariats avec des usines de méthanisation, permettant la production de biogaz ou d’électricité.
  • Depuis fin septembre, ouverture de notre propre plateforme de compostage et lombricompostage de déchets alimentaires (site unique en France) à Vert-le-Grand dans l’Essonne (on peut faire le jeu de mot « ver »/« vert »!). Partenariat avec le groupe Semardel
  • Février 2018 : lancement de notre gamme de compost « haute couture »

OBJECTIFS

• Stéphan Martinez « Ouvrir un second site, vitrine de la valorisation des déchets organiques en Île-de-France, regroupant sur un même espace un site de compostage, des maraîchers, des espaces pédagogiques, un   laboratoire de recherche, …

• Initier notre développement sur de nouvelles zones géographiques »

 

[LUNDI BONHEUR] – 22 janvier

Publié le Mis à jour le

Il pleut sur la ville, mais pas dans nos coeurs! Les nouvelles sont bonnes, la preuve:

2018 SERA AU TOP !
yes you can

Bien loin d’être emprunte de pessimisme, la grande majorité des Français pense que l’année 2018 sera bien meilleure que celle précédente. C’est ce que déclarent 65% des femmes et 59% des hommes interrogés dans une étude Qapa publiée la semaine dernière. 2018, année de la… réussite (c’est bien, vous avez retenu la leçon!).

xxxxxx

xxxxxx
xxxxxx
83,3% DES CHEFS D’ENTREPRISE sont HEUREUX D’ENTREPRENDRE en France

C’est l’incubateur Belle de Mai qui nous l’apprend. Malgré un Droit du Travail jugé trop risqué pour les start ups, les entrepreneurs démontrent une certaine forme de courage et d‘audace et n’hésitent pas à quitter le confort et la stabilité d‘un emploi pour tenter l’aventure entrepreneuriale

entreprendre belle de mai

LA LINGERIE REPREND DES COULEURS!

En 2018, les dessous seront roses, jaunes, bleus. Exit le noir et le blanc classiques! Pour en savoir plus sur le Salon de la Lingerie, réécoutez notre focus.

Lingerie.jpg

LES CRÉATIONS D’ENTREPRISES EN NETTE HAUSSE

creation entreprisePrès de de 600.000 nouvelles entreprises ont été créées l’an passé, soit une hausse de 6,7% par rapport à 2016. C’est ce que nous apprend le rapport de l’Insee sorti mardi dernier. Il s’agit de la deuxième hausse annuelle consécutive du nombre de créations d’entreprises.

xxxxx
xxxxxx

xxxxx

COCORICO! LA FRANCE SÉDUIT PLUS D’INVESTISSEURS QUE L’ALLEMAGNE

france drapeurSelon le dernier baromètre EY, en 2017, 2,56 milliards d’euros ont été levés dans l’Hexagone pour 605 opérations en capital-risque.

allemagneAvec 18% des montants levés en Europe, la France reste derrière le Royaume-Uni (40%) mais elle distance l’Allemagne (12%) alors qu’en 2016, Paris et Berlin étaient au coude à coude. Plus d’infos sur BFM Business

xxxx

xxxx

CRYPTOMONNAIE: LEDGER lève 60 millions €

bitcoin1 Français sur 10 a déjà cherché à acheter du Bitcoin. La cryptomonnie a le vent en poupe, et les solutions de sécurisation de la cryptomonnaie se multiplient. Et c’est une entreprise française qui réalise une des plus importantes levées de fonds du secteur, au niveau mondial. Parmi ses investisseurs, l’ancienne ministre de la culture, Fleur Pellerin!

xxxxx

xxxxxx

xxxxxx

xxxxxx

ON N’A PAS 5 SENS, MAIS 9 !

La vue, l’odorat, l’ouïe, le goût et le toucher : tout ça c’est d’un classique! Découvrez maintenant vos 4 autres sens. Selon les scientifiques, on est aussi doués de proprioception, équilibrioception, thermoception et nociception. C’est tout de suite plus classe non? Plus d’infos ici 

Bordeaux, ville préférée des Français!

Publié le Mis à jour le

L’Institut Great Place To Work publie pour la 4ème année son Palmarès des villes où les Français aimeraient travailler. Bordeaux occupe de nouveau la première place du podium.

D’autres villes de la moitié sud sont plébiscitées, puisque Toulouse arrive en deuxième position et Montpellier en troisième. Les deux villes gagnent une place par rapport au dernier classement, au détriment de Nantes, qui rétrograde à la septième place (au lieu de 2ème en 2015).

Enfin, Paris se hisse aux portes du podium (4ème) devant Lyon et Aix-en-Provence (respectivement à la 5ème et 6ème place). Trois villes du sud ferment le top 10, respectivement Nice, Perpignan et enfin Marseille, qui y accède pour la première fois (avec une ascension fulgurante de 9 places).

Cette place prépondérante des villes situées dans le sud de la France s’illustre dans les critères de choix : en effet, le critère de la qualité de vie arrive en tête parmi les Français (75%). Le dynamisme économique et les opportunités d’emploi (32%) arrivent en deuxième position, suivis du fait d’avoir des connaissances, amis, origines familiales dans la ville concernée (31%) et la qualité et le coût de l’immobilier (25%).

Accédez à la totalité de l’étude 

infographie_palmaresdesvilles_2018.jpg

 

 

 

[ENTREPRENDRE] – Les premiers pas de F. Granotier de Lucibel / Les conseils de Thierry Garot de Meilleurtaux.com (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 20/1/18 à 7h – Dimanche 21/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

 

creation entreprise

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Le bracelet connecté de Payintech donne accès aux activités sportives, remonte-pentes et même à l’eau en Afrique

LE FOCUS DE LA SEMAINE : SALON DE LA LINGERIE: Tendances et chiffres clés

TALK 2 : Le robot multimédia de KEECKER obéit au doigt et à l’oeil

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Frédéric Granotier de LUCIBEL
  • Les conseils de  l’expert, avec Thierry Garot, Responsable de l’activité Financement Professionnel de Meilleurtaux.com (2ème partie)

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

____________________________________________________________________________________________

LES PREMIERS PAS DE FRÉDÉRIC GRANOTIER, DE LUCIBEL

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

frederic granotier.jpg« Je suis entré en septembre 1991 chez Ernst & Young comme auditeur financier. En parallèle, durant mes premières années chez E&Y, j’ai préparé un diplôme d’expertise comptable. Je suis resté en totalité 9 ans chez Ernst & Young, en France et aux États-Unis, à Kansas City. Cela m’a vraiment décomplexé vis à vis de l’entrepreneuriat.

« J’ai cofondé Poweo en 2002 et codirigé l’entreprise jusqu’en 2009. L’idée de Lucibel est née de mon expérience chez Poweo : je voulais passer de la production à la réduction de consommation d’énergie. Et l’éclairage est un levier puissant pour faire baisser la consommation d’électricité.

Lucibel, c’est la concrétisation d’un souhait : créer une entreprise qui se positionne dans le cercle vertueux de l’efficacité énergétique et de l’innovation. C’est dans cette optique que nous avons « cassé notre tirelire» pour créer l’entreprise, avant de faire appel à de l’investissement en capital.(Blog de Laurenthausermann.com)

LES CONSEILS D’EXPERTS DE THIERRY GAROT DE MEILLEURTAUX.COM

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

thierry garotDans ce 2ème volet (première partie ici), nous abordons le financement de démarrage. Quelles sont les solutions? Comment faire si on n’a pas d’apport personnel?

Thierry Garot conseille déjà de préparer son dossier méticuleusement avant de le présenter à une banque pour aller chercher un financement. On peut se faire accompagner par la CCI ou par la Chambre des Métiers dans cette tâche. L’apport personnel rassure le banquier. Et quand on ne dispose pas de cet apport personnel, qui est le sésame pour obtenir un financement bancaire, on peut faire appel entre autres au « love money », ou bien se tourner vers Réseau Entreprendre ou Initiative France (qui octroient des prêts).

Le crowdfunding est aussi une solution pour la prévente de produits et pour tester un marcher, ou encore réunir la somme nécessaire pour fabriquer un prototype.

Avec KEECKER, plus besoin de télé ou de chaîne hi-fi! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 20/1/18 à 7h – Dimanche 21/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

keecker plafond.jpg

 

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Le bracelet connecté de Payintech donne accès aux activités sportives, remonte-pentes et même à l’eau en Afrique

LE FOCUS DE LA SEMAINE : SALON DE LA LINGERIE: Tendances et chiffres clés

TALK 2 : Le robot multimédia de KEECKER obéit au doigt et à l’oeil

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

____________________________________________________________________________________________

TALK 2 : KEECKER, avec Pierre Lebeau, fondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Pierre Lebeau était auparavant Product Manager chez Google (on lui doit Google Analytics!)

Le robot Keecker, petit oeuf motorisé, est un projecteur mobile. Plus besoin de téléviseur, ni de chaîne hi-fi: il projette tous types de contenus du sol au plafond et diffuse votre musique préférée, commandé par la voix de son maître.

L’HISTOIRE

« L’idée de Keecker m’est venue il y a cinq ans, à force de « souffrances » personnelles avec mon téléviseur, ses câbles et ses branchements. Même en étant un peu geek, je trouvais cela impossible ! », se remémore Pierre Lebeau, fondateur et PDG de Keecker.

Pour cet ancien de Google (on lui doit notamment Google Analytics), l‘idée était d’inventer un « objet combinant une grosse partie des besoins technologiques de la maison ». Le mouton à cinq pattes ? (20 minutes)

LES CHIFFRES CLÉS DE KEECKER

  • Activité: conception d’un robot multimedia pour la maison
  • Date de création: 2012
  • Siège social: Paris
  • CA: NC
  • Effectif: une trentaine (dont une majorité d’ingénieurs venus d’entreprises comme Aldebaran, Parrot, et Withings)

LE PRODUIT

Ce robot tout-en-un combine un projecteur orientable à 90° sur un mur ou au plafond, un système audio 4.1 (son de 117 décibels), deux caméras, trois microphones, une batterie de capteurs et, ne possède, bien sûr, aucun câble.

« Il fallait que ça puisse le faire où que ce soit dans nos intérieurs, et avec une vraie qualité », complète Pierre Lebeau. Donc projecteur sur roulettes. Mais pas que. Sous Android TV, Keecker affiche des émissions TV et des vidéos téléchargées dans son disque dur ou en streaming (il est connecté en Wifi). Mais il peut les projeter n’importe où : sur un mur ou au plafond. Pour cause : son optique est motorisée.

keecker robot.jpg

On peut donc visionner un long-métrage la tête en l’air vautré sur son lit, regarder une vidéo YouTube ou jouer à un jeu sur le mur de sa chambre, consulter une recette de cuisine sur la porte du réfrigérateur, etc.

Pour déplacer Keecker d’une pièce à l’autre, trois solutions : le porter (il ne pèse que 8 kg), lui intimer l’ordre d’aller dans la cuisine (il bénéficie d’un système de reconnaissance vocale), où le diriger du bout de l’index sur l’écran de son smartphone. Pour cette dernière option, on aura préalablement laissé le robot cartographier son intérieur, un peu comme le font certains aspirateurs robot.

Comme ces derniers, Keecker ira aussi tout seul se recharger sur sa base pour faire le plein d’énergie. Son créateur annonce une autonomie de 6 heures projecteur allumé (« avec le son à fond »), ou de 3 jours si l’on utilise seulement Keecker pour écouter de la musique. On saluera d’ailleurs la qualité de son, délivrée par trois haut-parleurs et un subwoofer avec une pêche certaine.

keecker tv.jpg

Il fait aussi office d’enceinte Bluetooth. Ce qui peut être pratique pour une écoute au casque. Cerise sur le robot : il dispose d’une caméra à 360° lui permettant d’être utilisé pour réaliser des conférences en vidéo, voire de surveiller son intérieur à distance.

Keecker est fabriqué par l’américain Flex dans son usine de Shenzhen. « Nous avons cherché le bon partenaire d’abord en France, sans le trouver pour des problèmes de prix et de maîtrise technique, explique Pierre Lebeau. Cela nous a fait perdre du temps et de l’argent. » Finalement, c’est l’Américain Flextronics, dont le numéro deux, François Barbier, est français, qui fabrique Keecker dans l’une de ses usines).

Vendu 1.790 euros (avec un disque dur de 32 Go) ou 1.990 euros (160 Go), Keecker sera sans doute un nouvel ami dans les chaumières, mais hélas pas dans toutes les chaumières. A ce prix, l’intégration d’un lecteur DVD/Blu-ray aurait pu être une option appréciée. Voulant inscrire son bébé « dans le futur », Pierre Lebeau n’en voulait pas. A l’origine, le robot devait être lancé fin 2014… entre 3.000 et 4.000 euros, et avec bien moins de fonctions. Reste un concept insolite et qui plus est français, résolument familial, et forcément évolutif dans le cadre d’une maison connectée. Futures mises à jour aidant, Keecker aura sans doute de nouveaux secrets à nous livrer… (20 minutes)

Demain, d’autres fonctionnalités pourront être ajoutées comme mesurer la température de chaque pièce ou encore signaler la présence d’intrus. (Challenges)

>> 30% des clients sont des professionnels : On y retrouve également BNP Paribas immobilier qui gère de nombreuses résidences étudiantes en France et va les équiper de Keecker.

L’ACTUALITÉ DE KEECKER

  • Octobre 2017 – Levée de 4,5 M € auprès du Hardware Club avec la participation de Seb Alliance et d’A Plus Finance. Cette levée vient compléter les investissements de NK8, Kima Ventures (Xavier Niel) et de Jacques-Antoine Granjon déjà réalisés en 2015. Keecker annonce également l’arrivée de François Barbier, Président des opérations chez Flex, et d’Alexis Houssou, Co-Fondateur du Hardware Club, à son Comité de Surveillance.
  • Objectif: accélérer sa commercialisation en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis
  • Ouverture d’un bureau à San Francisco en novembre 2017
  • Actuellement dans 3 magasins à Paris , Keecker sera disponible dans une quinzaine de points vente à travers la France à partir de février.
  • Le monde de l’hôtellerie marque un fort intérêt pour Keecker: L’hôtel Le Bristol à Paris est déjà équipé de plusieurs robots pour leurs chambres, salles de massage et de réunion et Keecker travaille sur des mises en place avec 3 autres groupes hôteliers internationaux.
  • Keecker se lance maintenant aux USA et en Angleterre, avec un présence dans 10 magasins d’ici début février également.

[FOCUS DE LA SEMAINE] – Salon de la lingerie : le grand retour de la culotte! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 20/1/18 à 7h – Dimanche 21/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

simone perele 2

 

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Le bracelet connecté de Payintech donne accès aux activités sportives, remonte-pentes et même à l’eau en Afrique

LE FOCUS DE LA SEMAINE : SALON DE LA LINGERIE: Tendances et chiffres clés

TALK 2 : Le robot multimédia de KEECKER obéit au doigt et à l’oeil

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

____________________________________________________________________________________________

LE FOCUS DE LA SEMAINE: Le Salon de la Lingerie, avec Cécile Vivier, directrice marketing Eurovet 

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

luna
LES CHIFFRES CLÉS DU MARCHÉ DE LA LINGERIE

Chiffre d’affaires Lingerie 2017

  • 2,5 Milliards d’euros (-1,9% comparé à 2016 soit 2,55 Milliards d’€)
  • Budget moyen Lingerie : plus de 90€
  • Ce sont les jeunes 15/24 ans qui dépensent toujours le plus, à hauteur de 110€ (versus 108€ en 2016).
  • Mais les femmes de plus de 45 ans restent très actives avec un budget moyen de 109€ (versus 107€ en 2016).
  • En revanche les 35-44 ans font fortement baisser la moyenne avec
  • Un panier moyen de 97€ (versus 102€ en 2016).
LES TENDANCES

LA CULOTTE EST DE RETOUR ET FÊTE SES 100 ANS !

Accessoire du quotidien, et pièce iconique, elle fête ses 100 ans et se révèle désirable et sophistiquée : jeux de transparences, contrastes des matières, doubles ceintures, laçages ou liens sensuels.

1 – LA LINGERIE HAUTE EN COULEURS !

Elle se dévoile tout en couleurs sous un top oversize laissant entrevoir un détail ou une broderie… : violet lila, vert pétrole, teintes crèmes, rouge rubis, prunes violacés, coloris néocosmétiques, blush terracota…

salon lingerie2 – LA BRALETTE, ENCORE ET TOUJOURS

(néologisme qui signifie en anglais « petit soutien-gorge »)

Plus sexy qu’une simple brassière, cette pièce hybride, qui flirte entre lingerie et prêt-à-porter est un véritable IT-produit présent dans toutes les collections.

3 – ODE À LA TENDANCE VELOUTÉE

Le velours fait son apparition

simone perele4 – LE PYJAMA VERSION DAY AND NIGHT

Le pyjama se porte désormais de jour comme de nuit.

Le pyjama n’a jamais été si mode et si couture.

A SAVOIR ! Depuis 2008, les femmes ont manifestent un grand enthousiasme pour le shapewear (gaines-corsets). En 2016, les achats augmentent légèrement (+2,2 % en volume) et une gaine-corset coûte en moyenne 3,3 fois plus cher qu’une culotte.

 

Payintech réinvente le cashless. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 20/1/18 à 7h – Dimanche 21/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

payintech.jpg      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Le bracelet connecté de Payintech donne accès aux activités sportives, remonte-pentes et même à l’eau en Afrique

LE FOCUS DE LA SEMAINE : SALON DE LA LINGERIE: Tendances et chiffres clés

TALK 2 : Le robot multimédia de KEECKER obéit au doigt et à l’oeil

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

____________________________________________________________________________________________

TALK 1: PAYINTECH, avec Bertrand Sylvestre-Boncheval, cofondateur 

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Payintech perfectionne le paiement sans cash en mettant au point un bracelet utilisable non seulement aux bars des festivals et concerts, mais aussi dans les stations de ski, parcs d’activités, les campings. La startup ne compte pas s’arrêter là et va étendre son système à de nombreuses autres situations où l’identification ou le paiement sont nécessaires. 

LES CHIFFRES CLÉS DE PAYINTECH 

  • Activité: solution de paiement par bracelet
  • Date de création: 2011
  • Siège social: Paris
  • CA: NC
  • Effectif: 42
  • 4,1 millions d’utilisateurs équipés

Bureaux à Paris, Strasbourg, Marseille, Nantes, Bordeaux, Annecy et également à Manille aux Philippines.

LE PRODUIT

Les festivaliers connaissent le principe : une caisse centrale où acheter jetons ou tickets qu’on échange ensuite contre des boissons. Cela sécurise les échanges d’argent et réduit l’attente aux bars. En 1957 déjà, le Club Med inventait un système de paiement sans argent sous forme d’un collier de perles de couleur représentant, chacune, des valeurs différentes. La start-up PayinTech développe depuis trois ans la version 3.0 du collier de perles. Sa solution qui fait l’objet d’un dépôt de brevet, combine un système de gestion dans le cloud et un objet équipé d’une puce sans contact : un bracelet, une carte, un porte-clefs… La solution permet de payer directement en passant son bracelet ou une carte auprès d’une caisse de paiement, lors de concerts ou d’événements. (Les Echos)

LES CLIENTS DE PAYINTECH

« Nous avons aujourd’hui plus de 200 clients répartis en France et à l’étranger dans nos secteurs : les campings (Le Pommier, Nai’a Villages), les resorts et villages vacances (Villages Nature du Groupe Pierre & Vacances Center Parcs), les stations de montagne (Les 2 Alpes, Club des sports de Val d’Isère), les enceintes sportives (24h du Mans, USAP, AC Ajaccio, Nanterre 92), les salles (l’Autre Canal, la Condition Publique), les festivals (Hellfest, Francofolies, Printemps de Bourges), les grands événements (Bordeaux tasting, Taste of Paris), les destinations touristiques (Deauville, Paris Region Pass), croisiériste (Tao Cruises Philippines) parmi nos références les plus représentatives.

Nous équipons notamment des points de distribution d’eau en Afrique Subsaharienne ».

(Dans Services Mobiles.fr) – Chaque usager récupère, auprès d’un kiosquier de son village, une carte NFC cashless sur laquelle il charge le montant de son choix. Il peut ensuite se rendre aux points d’eau situés aux alentours, où un fontainier gère les paiements des unités d’eau consommées. Le débit est effectué sur un terminal mobile doté de l’application métier PayinTech, rechargeable à l’énergie solaire et dont le fonctionnement ne nécessite pas forcément de réseau téléphonique ou Internet. Le moteur transactionnel PayinTech permet la configuration, l’administration et la gestion de la totalité du système.

Levée de fonds de 2,5 millions en février 2017

PayinTech a levé la somme de 2,5 millions d’euros auprès de la Caisse des Dépôts, pour 2 millions, et de ses deux investisseurs historiques. Les fonds Fa Dièse et CapDecisif Management avaient amené 1,1 million en juin 2015.

Depuis sa création l’entreprise a levé 3,6 millions €.

Les deux cofondateurs, Jean-Rémi Kouchakji et Bertrand Sylvestre-Boncheval souhaitent renforcer l’équipe commerciale d’une douzaine de personnes cette année, et ouvrir un bureau à Chambéry après Strasbourg, Marseille, Bordeaux et Nantes.

LES OBJECTIFS

A moyen terme, PayinTech souhaite investir d’autres secteurs d’activité comme les établissements de santé ou pénitentiaires. Et ensuite se renforcer à l’international, qui représente déjà 5 % de son chiffre d’affaires… lequel reste confidentiel. En 2014, PayinTech avait déclaré 100.000 euros de chiffre d’affaires. « Nous avons au moins doublé chaque année », se contente d’ajouter le président, Bertrand Sylvestre-Boncheval. (Les Echos)

 

LUNDI BONHEUR – Vade retro Blue Monday!

Publié le Mis à jour le

10-Minion-Monday-Quotes-amp-Sayings-6118-8.jpgAujourd’hui serait le jour le plus déprimant de l’année. Les Fêtes sont passées, l’hiver, le froid et la grisaille s’installent. On a le blues, d’où le nom de « Blue Monday ».

Mais PAS VOUSCar voici une piqûre de bonnes nouvelles qui vous redonneront la niaque. A consommer sans modération. 

Ici, on donne l’exemple! NOUS CE MATIN: 

 

 

UN PETIT VOYAGE AVEC THOMAS PESQUET ? 

Il nous a fait rêver avec ses magnifiques clichés pris depuis l’espace. Le voilà de retour ! Cette fois, en tant que pilote de l’Airbus « Zéro-G », spécialisé dans les vols recréant les conditions régnant en orbite spatiale. Pendant 22 secondes, les conditions de l’apesanteur sont recréées. L’objectif est de permettre aux scientifiques d’agences spatiales et d’universités d’y faire des expériences comme dans l’espace.

Et voilà la bonne nouvelle: des vols grand public, accueillant une quarantaine de personnes, sont régulièrement organisés au prix de 6.000 euros par passager. Lors des vols grand public, étant donné qu’il y a trois à quatre pilotes par vol, Thomas Pesquet pourra aussi partager l’expérience de l’apesanteur dans la cabine avec les participants.

xxxxxx
xxxxxx
xxxxxx
UNE PME FRANÇAISE FINANCÉE PAR… COPPOLA!

Il fallait y penser! La PME grenobloise Short Edition place dans les lieux publics (gares, aéroports…) des distributeurs d’histoires courtes. Un succès couronné par une nouvelles levée de fonds de 2 millions € pour s’exporter aux Etats-Unis et au Canada. Au nombre des investisseurs: Francis Ford Coppola excusez du peu! Le réalisateur souhaite installer des distributeurs dans les restaurants dont il est propriétaire.

xxxxx

xxxxx

xxxxx

LA BANQUE DE FRANCE EST OPTIMISTE POUR LA CROISSANCE

L’institut monétaire a relevé sa prévision de croissance pour la France de 1,8 % à 1,9 % en 2017 en raison du dynamisme de l’activité constaté au quatrième trimestre. Il s’agirait ainsi du chiffre le plus élevé en France depuis 2011! Selon Les Echos, le gouverneur affirme que « L’enquête réalisée auprès des chefs d’entreprise de l’industrie, des services et du bâtiment, « est très bonne, notamment dans l’industrie ». Cette opinion concorde avec notamment le bon moral des patrons affiché en fin d’année dernière , et un climat des affaires s’étant amélioré en novembre dernier.

xxxx

+ de 250% de croissance pour MORNING CROISSANT 

Spécialisée dans la location de logements meublés, la startup affiche en 2017 près de 7 millions € de volume d’affaires et plus de 100 000 utilisateurs inscrits. Positionnée sur la location moyenne durée, elle propose plus de 13 500 hébergements dans toute la France à partir de 300 € par mois. Un concurrent pour Airbnb for Business?

xxxxx

xxxx

FOOD CHÉRI deviendra grand, avec SODEXO

La start-up spécialisée dans la confection et la livraison de repas vient d’être rachetée par le groupe marseillais. Il injecterait entre 13 et 16 millions d’euros pour lui permettre d’investir. Les fondateurs devraient rester aux commandes. Acteur parisien de la Foodtech, Food Chéri propose des repas préparés par des chefs résidents, pour un tarif unique d’une dizaine d’euros.

xxxx

xxxx

xxxxx

ET PARCE QU’UNE JOURNÉE SANS PETIT CHAT EST UNE JOURNÉE PERDUE…

Voici le chat le plus petit et le plus mignon au monde:

 

[OMG!] – En 2060, les robots nous auront remplacés! Vous y croyez?

Publié le Mis à jour le

L’intelligence artificielle se développe au grand galop, transformant nos maisons, nos voitures, notre santé. Pour le meilleur mais peut-être parfois pour le pire!

D’après cette infographie, les robots seront capables d’exécuter toutes les tâches de l’être humain d’ici 2060. 

Vous en pensez quoi? 

robot intelligence artificielle

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas dans l’entrepreneuriat de Sandra Legrand / Les conseils de Thierry Garot, de Meilleur Taux. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 13/1/18 à 7h – Dimanche 14/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise.jpg      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: X-TEND, la valise extensible et connectée révolutionne le monde du voyage

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Heart Never Lies (HNL):  les battements du coeur au service d’une meilleure expérience client

TALK 2 : SENDOBOX, pour envoyer des produits frais dans le monde entier

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Sandra Legrand
  • Les conseils de  l’expert, avec Thierry Garot, Responsable de l’activité financement professionnel de Meilleurtaux.com

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

___________________________________________________________________________

ENTREPRENDRE

⇒ LES PREMIERS PAS de SANDRA LEGRAND, fondatrice de Kalidea, Yapuka.org, marraine de 100 000 Entrepreneurs, mentor d’entrepreneurs, membre des conseils d’administration de Surys, Hi-Media, Axa France. 

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

sandra legrand.jpegSi Sandra devait élaborer la recette de son succès, la liste des ingrédients commencerait par l’envie, la passion. « Créer et développer une entreprise demande en effet quelques sacrifices, des prises de décisions qui parfois nous pèsent. Cela impacte une large part de la vie : sans passion, c’est donc très difficile. » Deuxième ingrédient clé ?

Le pragmatisme. «Certains chefs d’entreprise foncent tête baissée, et se démènent tellement qu’au bout de deux ans, ils n’ont plus aucune énergie. Il faut savoir être pragmatique, déléguer. » Sandra Le Grand a en effet très vite su déléguer des responsabilités au sein de Canal CE, qui a connu  une croissance rapide pas évidente à gérer. Elle avoue toutefois avoir besoin de garder le contrôle, en consultant ainsi plus de 250 mails par jour, dont une centaine liée à la vie de son entreprise.

Troisième ingrédient : le réseau. Non pas le réseau des biens-nés, mais celui que l’on se forge au fil des ans. Sandra avoue consacrer à ce réseau environ 20 % de son temps. « Savoir s’entourer est capital, confie la chef d’entreprise. Avoir le bon partenaire, le bon conseiller, le bon banquier permet d’aller plus vite. Il faut savoir se faire aider sur ses lacunes. Par exemple, j’étais davantage spécialisée en marketing et moins en gestion, et j’ai donc recruté très vite les personnes qui pouvaient compenser mes points faibles. » (Les Echos)

⇒ LES CONSEILS DE L’EXPERT: THIERRY GAROT, Responsable de l’activité financement professionnel de Meilleurtaux.com

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

thierry garot.jpgThierry Garot nous éclaire sur les formes de financement des entreprises. Pourrait-on se passer d’une banque en cas de besoin de trésorerie?

Il existe effectivement des solutions aux retards de paiement: se financer soi-même avec ses propres factures. Plus précisément, explique T. Garrot, « J’ai besoin de 20 000 €, correspondant aux encours des clients qui n’ont pas payé. Je peux être mis en contact avec un partenaire financeur ». C’est le rôle intermédiaire de Meilleur Taux, 1er comparateur de solutions de financement. Le partenaire financeur finance l’encours avec un taux d’intérêt de 2,5% environ (versus 13% pour un découvert bancaire). « Ca permet d’avoir du cash tout de suite. On va ainsi améliorer la cotation de l’entreprise auprès de la Banque de France et aussi auprès de son banquier, on redevient bankable ». Le tout en 72h! Il n’y a pas de montant minimum. 

SENDOBOX: le colis isotherme indestructible. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 13/1/18 à 7h – Dimanche 14/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

sendobox.png      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: X-TEND, la valise extensible et connectée révolutionne le monde du voyage

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Heart Never Lies (HNL):  les battements du coeur au service d’une meilleure expérience client

TALK 2 : SENDOBOX, pour envoyer des produits frais dans le monde entier

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

___________________________________________________________________________

TALK 2 : SENDOBOX, avec Stéphane Calassou, cofondateur  

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

LE PRODUIT

LES CHIFFRES CLÉS DE SENDOBOX

  • Activité: conception et fabrication de colis isothermes
  • Siège social: Nontron (Dordogne)
  • Date création: 2015
  • CA: 2017 : 200 k€, 2018 : entre 500 et 1200 k€
  • Effectif : 3 fin 2017 + prévisions d’embauche 2018 3 personnes de plus au 1er trimestre.

Inventée en Dordogne, la solution Sendo pour envoyer du frais – France Bleu

C’est pour mettre fin aux colis en carton éventrés ou à moitié déchirés que Stéphane Calassou, patron de la société E2K à Nontron (Emball 2000) et Patrice Mappas, se sont associés avec un ami italien pour créer la Sendo.

sendobox bordeaux
Michel Picot teste lui-même la solidité de la Sendobox lors de l’événement Bordeaux Entrepreneurs !

Une boîte en carton isotherme entièrement pliable, écologique, réutilisable et antichocs (contenance: de 3 à 125 litres). A l’intérieur, on y trouve du polystyrène extrudé. Un matériau utilisé dans le bâtiment. « Il a été crée en 1941 pendant la seconde guerre mondiale pour créer des bouées aux soldats américains. Elles devaient être totalement étanches et résister aux impacts, » raconte Stéphane Calassous. De quoi expliquer l’extrême résistance de la boîte en carton, qui peut supporter un poids de 200kg.

Des produits au frais pendant 72 heures en moyenne (jusqu’à 96h) – La Tribune

Grâce à une petite poche blanche remplie de gel et glissée dans le colis, la viande, le poisson, les vins et desserts peuvent rester frais pendant 72 heures en moyenne. Idéal pour un voyage en bateau, en camion ou en avion.

Pour le moment donc, ces boites permettent d’envoyer des produits alimentaires, y compris le vin. (…) « Sendo, cela veut dire fraîcheur en japonais mais c’est surtout un nom simple qui peut être facilement utilisé à l’international. Il est composé du verbe envoyer en anglais et du O qui rappelle le degré celsius. »

sendobox isotherme

L’ORIGINE

Stéphane Calassou avait créé une société dédiée à la fabrication de sacs plastiques en Dordogne, Emball 2000, mais avec l’entrée en vigueur de la loi sur la transition énergétique et donc la fin annoncée des sacs plastiques, il y a eu urgence.

« Fin 2014, notre avenir s’est retrouvé lourdement menacé. Il fallait innover sinon c’était la fin », reconnait Stéphane Calassou. « On a donc cogité avec Patrice Mappas et l’idée est arrivée. Je viens de l’agroalimentaire et connaissais très bien le froid et le surgelé. J’étais souvent confronté à la problématique d’échantillon. Nous avons donc décidé de nous lancer dans une solution innovante et inédite d’emballage de produit frais. Un premier brevet a été déposé en avril 2015. »

Les boîtes construites à Nontron chez Emball 2000 ont permis de sauvegarder des emplois menacés par la disparition annoncée des sacs plastiques.

Objectif : une levée de fonds de 1 M€

Les clients de la société sont les particuliers via le site internet, les industries agroalimentaires, le e-commerce en plein essor et le drive développé par les supermarchés. « Sendo est un pari mais nous avons beaucoup d’espoir », explique Stéphane Calassou. Il reconnaît toutefois avoir besoin d’un coup de pouce.

« On recherche des investisseurs avec l’objectif de faire une levée de fonds de 1 million d’euros. Elle permettra d’embaucher, d’investir dans des machines pour mieux gérer le coût de revient des boîtes. Nous souhaiterions également nous lancer dans la distribution de médicaments mais l’obtention de la norme NF 99700 a un coût, 30.000 euros. »

La levée de fonds sera conclue fin décembre 2017

Aujourd’hui, la société s’appuie à 99 % sur le marché français mais ses boîtes prennent l’avion direction l’étranger, y compris au Japon où la marque Sendo trouve tout son sens.

[FOCUS DE LA SEMAINE] – Pas de Blue Monday au Business Club! On mesure le bonheur avec la startup Heart Never Lies (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 13/1/18 à 7h – Dimanche 14/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

heart never lies.jpg      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: X-TEND, la valise extensible et connectée révolutionne le monde du voyage

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Heart Never Lies (HNL):  les battements du coeur au service d’une meilleure expérience client

TALK 2 : SENDOBOX, des colis isothermes ultra-résistants 

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

___________________________________________________________________________

LE FOCUS DE LA SEMAINE: HEART NEVER LIES, avec Antoine Deswarte, fondateur 

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

blue monday.jpgLe  3ème lundi du mois de janvier est communément baptisé « Blue Monday », car il s’agirait du jour le plus déprimant de l’année. Au Business Club, on va plutôt parler de bonheur, avec la startup Heart Never Lies, qui analyse les battements du coeur pour qualifier une bonne ou une mauvaise expérience client. 

« Heart Never Lies » : le pari d’une startup lilloise pour mesurer les émotions

Le postulat de départ d’Heart Never Lies est scientifique : on peut mesurer le bonheur, le bien-être ou la joie à travers les battements du cœur.

Capturer les émotions humaines pour mieux orienter le contenu des marques, des producteurs de publicité ou des lobbies ? La startup lilloise Heart Never Lies (le Cœur ne ment jamais), pépite de l’incubateur Eurasanté, ambitionne de devenir un leader sur ce segment de la « nouvelle technologie émotionnelle ».

L’entreprise s’apprête à réaliser une deuxième levée de fonds de près d’un million d’euros. L’étape supérieure de son développement nécessite en effet un gros budget de recherche. Le but, c’est d’extraire « la variabilité cardiaque due aux éléments extérieurs comme mastiquer, parler, bouger », mais aussi de créer un « degré HNL, destiné à devenir un standard international », résume Antoine Deswarte, dirigeant de la société FIPSICO.

« Nous avons mis au point le système le plus précis permettant de mesurer l’intensité émotionnelle, en analysant le réflexe du système nerveux autonome », explique Antoine Deswarte.

L’intérêt du réflexe étant de ne pouvoir mentir, contrairement à d’autres analyses comme le face coding (analyse des muscles du visage), les études d’opinion (se basant sur du déclaratif) ou la dilatation des pupilles (posant des problèmes avec le changement de lumières).

La technologie HNL arrive aujourd’hui à établir si une publicité est globalement plus impactante qu’une autre. L’objectif est d’aller encore plus loin dans la précision, avec pourquoi pas, « un mapping des passages agréables ou anxiogènes par exemple », que ce soit pour une publicité ou une vidéo de formation par exemple.

Le premier marché cible de la startup a tout de suite été l’audiovisuel ou comment tester les émotions positives que créent les publicités à la télévision, les bandes-annonces ou les pilotes de films.

« Notre technologie peut aussi s’appliquer à des contenus de formation, à des présentations de produits dans les magasins, à la parfumerie, à l’agroalimentaire, à la production de musique, bref tout ce qui nécessite la sensation d’un bénéfice du produit ou du service… Ça va être énorme ! », entrevoit Antoine Deswarte.

Le business model d’HNL : équiper les cabinets d’études ou les grosses entreprises qui ont des services d’études marketing internalisées. Le « HNL expert » est non seulement formé à l’outil et à la mise en place des capteurs, mais il paie une licence en fonction du nombre de personnes testées, le nombre d’études étant illimité. (…)

Même les participants aux sondages et enquêtes d’opinion s’y retrouvent :

« Les volontaires sont extrêmement contents de m’avoir rien à déclarer, à faire des choix : il suffit de regarder, d’écouter, de lire plutôt que d’avoir mesurer », raconte Antoine Deswarte.

Dernièrement, l’entreprise de sondages et d’opinion IPSOS a utilisé la technologie HNL pour étudier des discours des candidats Theresa May et Jeremy Corbyn lors des législatives britanniques, en plus de leurs techniques habituelles. Auparavant, c’est le constructeur automobile PSA qui avait fait appel à HNL pour évaluer ses nouveaux équipements dans des simulateurs de conduite. Outre-Atlantique, des producteurs de séries télé et cinéma se sont montrés intéressés pour pouvoir tester des bandes-annonces sur le public avant de financer le projet. (…) (La Tribune)

Ca roule pour la valise extensible X-Tend! C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 13/1/18 à 7h – Dimanche 14/1/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

xtend valise extensible.jpg      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: X-TEND, la valise extensible et connectée révolutionne le monde du voyage

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Heart Never Lies (HNL):  les battements du coeur au service d’une meilleure expérience client

TALK 2 : SENDOBOX, des colis isothermes ultra-résistants 

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet

___________________________________________________________________________

TALK 1: X-TEND, avec Jérôme Tricault, cofondateur avec Louis Develay

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

Les serial entrepreneurs Jérôme Tricault et Louis Develay révolutionnent l’univers du voyage en lançant une valise extensible et connectée. 

Une solution qui répond à la question: est-ce que je prends seulement une valise cabine ou bien est-ce que j’enregistre un bagage (surcoût souvent + temps d’attente à l’aéroport pour l’enregistrer et le récupérer)? L’inconvénient de la valise cabine: chemises froissées, chaussures écrasées, on est obligé de se limiter.

  • On appuie sur un bouton et la valise prend 40% de plus de surface. A l’aller j’enregistre, au retour je la passe en bagage cabine. A l’inverse quand on veut rapporter des souvenirs, on l’agrandit au retour.
  • Prise USB avec batterie qui permet de recharger laptop ou téléphone 10 fois
  • Les roues tout terrain ne font pas de bruit
  • Poids: 3,8 kg

X-Tend a remporté le prix de la valise 2017 au salon du bagage à Las Vegas. « J’arrive en petit trublion face à Samsonite et Delsey, avec une valise disruptive » dit Jérôme Tricault. 

Le prix: 599€

xtend valise.png

L’ACTUALITÉ de X-TEND

Nous avions reçu Jérôme Tricault lors du lancement de la valise X-Tend en juin dernier. Aujourd’hui tout roule pour ce nouveau venu dans l’univers du bagage, entre levées de fonds et distribution en pleine croissance.

Levée de fonds terminée en septembre (500k) avec quelques entrepreneurs bien connus: Fred MAZZELLA, Michel & Augustin, Fabien PIERLOT (Coyote)

  • Accompagnement BPI + subventions : 300k en Octobre

Soit 850 000€ levés en tout : « Un deuxième tour de table devrait avoir lieu en septembre 2018 ».

  • Dès maintenant sur le site http://www.x-tend.io, les early adopters peuvent commander leur Xtend® avec 200$/€ de remise car la livraison n’est qu’en Avril, leur patience étant récompensée.
  • Pour le moment 4 Distributeurs off line vont lancer la Xtend® sur leur marché respectif : USA, Middle East, Japon & Belgique.

LES OBJECTIFS

Son ambition, « devenir un acteur reconnu » dans dix pays, dont les USA, les pays scandinaves, ou l’Allemagne. Pour cela, la société veut faire référencer sa valise Xtend chez les spécialistes des bagages haut de gamme, comme la Bagagerie en France, soit une présence dans 300 à 400 magasins dans le monde. Le reste des ventes se fera en ligne. (Les Echos)

LE PARCOURS DE JÉRÔME TRICAULT

« Ce qui m’intéresse, c’est entreprendre et créer »

Jerôme Tricault le reconnaît : « je suis entreprenant, je fonce, je n’ai pas peur du risque ». 15 années passées dans le marketing et les enquêtes de marché, lui ont appris qu’il y avait un moment adéquat pour lancer un produit. « A force d’accompagner les directeurs marketing dans la création d’un produit puis dans la décision du lancement au bon moment, j’ai eu envie de sortir de cet exercice intellectuel pour aller vers le produit »

Spartoo s’offre André!

Publié le

spartoo.pngLe spécialiste multicanal de la chaussure s’apprête à annoncer le rachat des enseignes André. Une opération qui permettra au Grenoblois de développer son réseau de boutiques, aujourd’hui au nombre de 15.

Fondé en 2006 par Boris Saragaglia, Spartoo compte 400 salariés, pour un chiffre d’affaires de 150 millions €. L’opération lui permettrait de viser les 250 millions € de CA.

 

[LUNDI BONHEUR] – 2018, année de la réussite!

Publié le Mis à jour le

Excellente année à toutes et tous!

En 2018, la newsletter du bonheur revient en force, avec plus de bonnes nouvelles que jamais!

Vacances2.jpgPLUS DE VACANCES EN 2018 !

Eh oui, bonne nouvelle: les jours fériés sont très bien placés en 2018 : à vous les ponts à rallonge! Comment faire? Suivez le guide

 xxx
xxxx
xxxx 

xxxxx

ces-2018-las-vegas.jpgCOCORICO: Plus de 365 entreprises françaises au CES de Las Vegas

2ème pays le plus représenté à la grand messe mondiale de l’électronique, la France prouve sa puissance en matière d’innovation. L’événement a lieu du 9 au 12 janvier.

(Ré)écoutez et téléchargez notre émission spéciale CES 2018:

xxxx

xxxx

2,3 MILLIARDS € LEVÉS PAR NOS STARTUPS EN 2017

Levée de fonds.jpgRecord battu: 2 milliards en 2016! Preuve que nos investisseurs croient en l’avenir et la perennité des entreprises françaises. Le ticket moyen est de 3,3 millions €.

xxxx

xxxx

xxxx

LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS AU PLUS HAUT

confiance-et-cooperation.jpgSelon un communiqué du cabinet Markit publié ce mardi 2 janvier, la croissance du secteur manufacturier a atteint son plus haut niveau depuis 17 ans! L’industrie française se porte de mieux en mieux, et ça devrait durer, selon les spécialistes.

Une bonne nouvelle confirmée par le baromètre Hiscox publié fin décembre. Près de deux tiers des entrepreneurs français interrogés ont constaté une croissance de leurs revenus.

BRAVO, VOUS AVEZ PRIS DE BONNES RÉSOLUTIONS…

New year, new me? C’est ce que vous souhaitez pour 2018 selon cette infographie. Perdre du poids, faire plus de sport, positiver: sur ce point, on est là pour vous aider!

bonnes resolutions 2018.jpg

… ET ON VOUS AIDE À LES TENIR… OU PAS! 

Car attention, il y a de mauvaises résolutions! Pour faire la différence , au Business Club de France, on a invité des experts qui vous guideront sur le chemin de la réussite, de l’ambition et du bonheur au travail. Beau programme!

L’essentiel de l’émission ici

Podcast

LA FRANCE, PAYS DU COEUR

En France, plus de 16 millions d’emojis sont envoyés chaque mois. Cette carte amusante montre quel emoji est le plus utilisé dans les pays du monde. La France a le palmarès de l’amour: le coeur est notre emoji préféré.

emojis dans le monde.png