La toute dernière émission du Business Club de France : déjà sur ce blog !

Publié le Mis à jour le

the endPour la toute dernière émission du Business Club de France (nous serons en rediffusion dès le week-end prochain) nous vous proposons cette semaine, une émission totalement inédite. Alors plutôt que d’attendre la diffusion sur BFM Business Radio, ce samedi 21/7 à 7h et ce dimanche 22/7 à 18h (changement d’horaire le dimanche) nous VOUS PROPOSONS – EN EXCLUSIVITÉ – de l’écouter, tout de suite, sur ce blog ! On vous raconte la suite, très vite ! 

 

 


MERCI – MERCI – MERCI – MERCI  – MERCI 


Au sommaire : 

Talk 1 : KLAXOON, la start-up qui révolutionne les réunions en entreprise,  vient de lever 43 millions d’euros ! 

Talk 2 : CLICK AND BOAT : La location de bateau en toute simplicité !

Talk 3 : ON OFF TELECOM : le sportif Taïg Khris révolutionne les télécoms

Talk 4 : MÉDIATEUR DES ENTREPRISES : la toute dernière avec Pierre Pelouzet


TALK 1 & 2

Talk 1 : KLAXOON – MATTHIEU BEUCHER – PRÉSIDENT FONDATEUR

TALK 2 : CLICK AND BOAT – JÉMÉRY BISMUTH – COFONDATEUR 

Écouter en exclusivité l’émission :

KLAXOON – MATTHIEU BEUCHER 

klaxoon

Comment rendre les réunions plus pertinentes ? Klaxoon a mis au point une solution permettant à tous les collaborateurs de préparer en amont ce rendez-vous. L’idée principale est d’impliquer au maximum les participants qui, à partir d’un smartphone, d’une tablette, d’un ordinateur peuvent de connecter à la plate-forme de Klaxoon, « Ils deviennent ainsi tous de vrais acteurs grâce à des quiz, des sondages, des espaces de communication, qui leur permettent d’être en relation directe et interactive avec les organisateurs de la réunion. »

Et ça marche ! Plus d’un million d’utilisateurs réguliers ! De grands clients et une levée de fonds exceptionnelle de 50 millions de dollars.

Objectif : se développer à l’international et recruter notamment une cinquantaine de personnes au bureau de Klaxoon à New-York. Mais la société n’oublie pas l’Europe, où elle entend se renforcer commercialement en Allemagne et au Royaume-Uni.

  • Basée à Rennes (130 personnes) : siège social
  • Présent aussi à Paris et à New-York

Mais comment réussir une réunion ? 

La moitié des salariés (49%) souhaiteraient que leurs réunions durent entre 30 minutes et 1 heure. 3 sur 10 vont même jusqu’à juger que 15 à 30 minutes seraient suffisantes.

Le nombre de participants fait quant à lui consensus puisque 91% ne souhaitent pas dépasser les 6 personnes présentes et 65% optent même pour un format entre 4 et 6 personnes.

Concernant le timing, elle doit avoir lieu en début de semaine le matin. En effet, plus de la moitié des salariés préfèrent se réunir entre 10h et 12h (56%) et un bon quart (26%) plébiscitent les points entre 8h00 et 10h00.

Les cadres ont une vision précise des éléments qui font d’une réunion un moment réussi en distinguant 3 facteurs clefs : 

  • un ordre du jour clairement défini   (80%), 
  • l’attribution d’objectifs et de missions précises à la fin de la réunion (45%)
  • un intérêt et une participation active des collaborateurs  (42%).

Enquête menée du 30/11 au 03/01 auprès de 630 cadres exerçant en France auprès des visiteurs des sites Cadreo & RegionsJob


CLIC & BOAT  – JÉRÉMY BISMUTH

logo_signature_a23986f8ff

Il est encore tout à fait possible de louer un bateau, même en plein été, entre particulier, mais aussi entre particulier et professionnel ! La promesse du site est de vous proposer un bateau, en toute simplicité. Ils proposent (notamment dans le bassin méditerranéen, mais aussi à Miami) une offre de 22 000 bateaux. Ils s’occupent ensuite de tout, assurance comprise, capitaine si nécessaire … etc…

L’activité aux États-Unis représente aujourd’hui 10% du volume d’affaires qui s’élève à 15 millions d’euros.

Click & Boat a levé 4 millions d’euros et après avoir racheté à Sailshairing, leader du marché français de la location de bateaux en ligne, n’exclut pas un développement par une autre acquisition. L’entreprise entend aussi se renforcer à l’international. 

Publicités

C’est quoi la QVT ? À quoi ça sert ? C’est dans le prochain Business Club de France

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France

Samedi 14 juillet 2018 à 7h et Dimanche 15 juillet  à 15h

AVANT DERNIÈRE ÉMISSION ! 

Uniquement sur BFM Business Radio


Meilleurs moments de l’émission diffusée les 9 et 10 juin 2018 – Le week-end prochain, une émission 100% inédite pour se dire : au revoir et à bientôt ! 


Talk 1 / 2 / 3 : LE BONHEUR AU TRAVAIL  (DOSSIER)

Talk 4 : MEDIATION DES ENTREPRISES : Un appel d’offres, pourtant gagné, ne porte pas ses fruits

Une société spécialisée dans la peinture industrielle travaille durant deux ans sur un projet lié à la conception d’une nouvelle ligne de montage pour un grand industriel, à l’issue d’un appel d’offres. Au bout des deux ans, l’industriel abandonne son projet, et refuse tout dédommagement à la société, qui a investi sur le projet du temps, des moyens et des ressources humaines.


DOSSIER SPÉCIAL – QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL (QVT) : C’est où le bonheur ?

AVEC NOS INVITÉS:

  • Evelyne Platnic-Cohen, présidente fondatrice de Booster Academy
  • Laurence Fischer, championne du monde de karaté et fondatrice de Fight for Dignity
  • Stéphane Waller, fondateur de Bleexo

Selon la dernière édition de l’étude « Santé des salariés et performance des entreprises » réalisée par Malakoff Médéric, 67 % des salariés considèrent leur job comme nerveusement fatigant, impliquant alors, souffrance au travail, dépression et burn-out. Or, nous savons aujourd’hui qu’un salarié heureux est moins absent, plus fidèle et plus productif. Les équipes fortement engagées bénéficieraient même de 19,2% de résultats nets supplémentaires.

Alors, comment améliorer la qualité de vie au travail en France ? Quels sont les outils existants ? Pourquoi les entreprises doivent à tout prix placer le salarié au cœur de leur stratégie ?

→Plus d’info ICI

 

David Tebib : entrepreneur, président de l’USAM (hand) et profondément Nîmois. Un parcours exceptionnel ! C’était au Business Club (inédit) – podcast

Publié le Mis à jour le

INEDIT 

Dans le prochain Business Club de France – Uniquement sur BFM Business Radio 

Samedi 7 juillet 2018 à 7h – Dimanche 8 juillet à 15h (peut-être)

PLUS QUE 2 ÉMISSIONS ! 


Nous allons vous proposer une avant-dernière émission exceptionnelle, le week-end du 14 juillet, nous serons en « best-of » (autrement dit en rediff) et la der des der sera diffusée les 21 et 22 juillet. Enfin, nous terminerons le mois avec un best-of des Big Boss… Après on s’en va… Mais on reviendra ici ou ailleurs…


Au sommaire (à ne pas manquer)

Talk 1 : EXOTEC : ses robots font toute la différence !

Talk 2 : WITHINGS : une histoire d’entreprise et d’entrepreneur, vraiment pas comme les autres

Talk 3 : FTP LABO : entreprise dirigée par David Tebib. Ce Nîmois a un parcours personnel et professionnel incroyable : Ses débuts dans un quartier « populaire » à la présidence d’une entreprise très innovante à dimension mondiale, en passant par la présidence du club de hand de la ville, USAM, qui évolue en D1, et toujours une passion pour Nîmes et ses habitants

Talk 4 : Médiation des entreprises : Dernier cas aujourd’hui. La Médiation aide une entreprise confrontée aux retards de paiement d’une collectivité locale

*des émissions spéciales viennent souvent perturber la diffusion du dimanche après-midi 


Talk 3 : FTP LABO : DAVID TEBIB – PRÉSIDENT | COFONDATEUR

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Savez-vous ce qu’est le Griffix ? Vous l’avez certainement croisé ! Il s’agit d’une innovation mondiale mise au point pAffiche pubar l’entreprise FTP LABO à Nîmes. Dans le détail, il s’agit d’un système de fixation d’affiches publicitaires. Pour être plus précis : dans les panneaux publicitaires automatiques, avec un système rotatif permettant de changer l’affiche publicitaire, les affiches sont reliées entre elles. La difficulté était que ce système de fixation ne devait pas lâcher, car pour les afficheurs, la note vite peut être salée, si cela se produit.  Mais comment faire ? car à Nîmes et plus globalement dans le sud de la France, la température, à l’intérieur même du panneau,  peut atteindre 90° ! Faire un système d’attache efficace et résistant a donc été un vrai casse-tête ! Et ils ont trouvé, c’est le Griffix. Cette première mondiale a permis à FTP LABO de séduire pratiquement tous les afficheurs du monde entier.

Mettre au point cette solution, qui fonctionne comme un zip, n’a pas été une mince affaire, et David Tebib le reconnait : « Il a fallu faire – avec Laurent Pumiglia cofondateur également –  preuve de patience et de pugnacité. Mais tout est possible, quand on le veut »

Qu’est-ce qui fait courir David Tebib ?

« Pugnacité » et « tout est possible » voilà deux concepts, idées, valeurs voire « moteurs » qui animent David Tebib. Ce Nîmois de 48 ans est né dans le quartier populaire qui s’appelle « le chemin bas d’Avignon ». Ces parents sont très jeunes  quand le petit David voit le jour. Son enfance ne sera pas tout à fait comme les autres, mais la pugnacité et l’envie de réussir deviennent rapidement sa raison d’être : « et pourquoi pas moi ? ». Il comprend alors très vite, que, pour réussir, il n’y a pas de recette miracle, il faut « bosser » et « y croire pour s’en sortir ». Un message qu’il passe régulièrement d’ailleurs aux jeunes Nîmois : « oui c’est possible, mais il faut s’en donner les moyens ».

Lui créera dans les années 90, l’un des premiers vidéo club, avec un concept de tarif au forfait qui lui donnera des ailes pour la suite de sa carrière professionnelle. Il comprend alors que pour réussir « créer son entreprise n’était une si mauvaise solution que cela ».

David-Tebib

Vive le sport !

Parallèlement, David fait du sport, beaucoup de sport. Il joue à l’USAM, nom du club de handball de la ville de Nîmes. Il en prendra la Présidence en 2012. Cette année là, le club évolue en D2. En moins d’un an, il le hisse en Première Division. Un autre succès pour David Tebib, qui modestement répond : « tout est possible, il fallait se donner les moyens, remotiver les équipes, avoir envie, et, travailler pour remonter en D1 »

Véritable meneur d’équipe, David Tebib n’a pas pour autant l’intention d’en rester là. Dans le hand-ball, il prend des fonctions nationales en devenant Vice Président de la Ligue Nationale de Handball et Président de UCPH (Union des Clubs Professionnels de Hand) en février 2018.

Reportage France 3 Occitanie :

Depuis 6 ans qu’il est à la tête de l’USAM, David Tebib ne rate jamais un entrainement de son équipe. Techniciens et président veulent un USAM dans le top 5 du championnat et donc européen. Un objectif valable cette année comme pour celles à venir. Reportage : J. Curato et E. Terpereau


Mais où s’arrêtera cette envie de faire ? Cette niaque ?

Il ne se fixe pas de limite : « avoir envie de faire, c’est aussi avoir envie de réussir. Je voudrais encore plus partager mon expérience et surtout inviter tous celles et ceux qui ont envie de s’en sortir, d’entreprendre, de réussir… d’y arriver ! J’aime cette ville où je suis né, j’ai grandi … je veux être utile et transmettre sincèrement cette envie… »

L’entrepreneur sportif et engagé nous a séduit au Business Club de France. 


VIDÉO

David Tebib est un homme d’affaires reconnu, qui, lorsqu’il décide d’entreprendre un projet s’y consacre à fond avec le seul objectif de mener à bien sa nouvelle entreprise.

Guidé par de fortes valeurs humaines, il vous délivre avec simplicité et authenticité les clés de son succès.

Histoire à Succès David Tebib – Sport & Business – Séminaire BusinessMax

 

 

 

 

 

Eric Carreel et son entreprise Withings vendue Nokia puis rachetée à … Nokia… C’était au Business Club (inédit) – podcast

Publié le Mis à jour le

INEDIT 

Dans le prochain Business Club de France – Uniquement sur BFM Business Radio 

Samedi 7 juillet 2018 à 7h – Dimanche 8 juillet à 15h (peut-être)*

PLUS QUE 2 ÉMISSIONS ! 


Nous allons vous proposer une avant-dernière émission exceptionnelle, le week-end du 14 juillet, nous serons en « best-of » (autrement dit en rediff) et la der des der sera diffusée les 21 et 22 juillet. Enfin, nous terminerons le mois avec un best-of des Big Boss… Après on s’en va… Mais on reviendra ici ou ailleurs…


Au sommaire (à ne pas manquer)

Talk 1 : EXOTEC : ses robots font toute la différence !

Talk 2 : WITHINGS : une histoire d’entreprise et d’entrepreneur, vraiment pas comme les autres

Talk 3 : FTP LABO : dirigé par David Tebib. Ce Nîmois a un parcours personnel et professionnel incroyable : Ses débuts dans un quartier « populaire » à la présidence d’une entreprise très innovante à dimension mondiale, en passant par la présidence du club de hand de la ville, USAM, qui évolue en D1, et toujours une passion pour Nîmes et ses habitants

Talk 4 : Médiation des entreprises : Dernier cas aujourd’hui. La Médiation aide une entreprise confrontée aux retards de paiement d’une collectivité locale

*des émissions spéciales viennent souvent perturber la diffusion du dimanche après-midi 


Talk 2 : WITHINGS > ERIC CARREEL – PRÉSIDENT-FONDATEUR

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Et voici une histoire pas banale. Une histoire d’entreprise et d’entrepreneurs. L’entrepreneur s’appelle Eric Carreel. L’entreprise s’appelle Withings

 

Withings, créée en 2008 conçoit et fabrique des objets connectés pour la santé et le bien-être, comme des balances, montres et autre objet pour améliorer le sommeil, connectées

L’histoire, pas banale…

Alors comme beaucoup de pépites françaises, pour grandir, il fallait des fonds, et Eric Careel décide donc, en 2016, de vendre Withings à Nokia. Et c’est là où l’histoire devient originale. NOKIA décide par ce rachat de se lancer sur la santé connectée à destination du grand public. C’est sa stratégie en 2016. Elle achète donc Withings pour 170 millions d’euros. Mais voilà que le géant des télécommunications décide de se retirer de ce marché, pour se recentrer sur son métier de base… Nokia met donc en vente Withings.  Et qui rachète la société ? Eric Careel, le vendeur et cofondateur. C’est pas banal et c’est audacieux de la part de Nokia de la revendre à son fondateur, sachant qu’ils ont perdu de l’argent dans cette affaire, mais le fait de le faire revenir aux manettes permet à Withings de garder une certaine stabilité. 

Vente et rachat 

La question qui se pose,  Eric Careel : combien avez-vous racheter votre entreprise ? Silence radio. 

Alors, si aucun montant n’est précisé, Nokia a sans doute perdu des millions d’euros avec ces transactions. Dès le troisième trimestre 2017, le groupe Finlandais comptabilisait un écart d’acquisition de 141 millions d’euros.

Et si on reprend Les Echos : « Rachetée pour 170 millions d’euros en 2016, sa valeur a été très largement revue à la baisse à la fin de l’année dernière par Nokia, à environ 30 millions d’euros »

Et maintenant ?

Relancer la marque qu’avait fait disparaitre Nokia. Withings avait su créer une  communauté de clients composée de pionniers de la santé connecté, ces clients, ont été perturbé par l’aventure Nokia. 

Coté produits : qu’est-ce qui va se passer ? Quoi de neuf ? Le pèse personne connecté revient ? Car lui aussi avait subi des changement… Pour le reste ? Silence.

 

Exotec Solutions : ses robots font toute la différence. C’était au Business Club de France (Inédit) – podcast

Publié le Mis à jour le

INEDIT 

Dans le prochain Business Club de France – Uniquement sur BFM Business Radio 

Samedi 7 juillet 2018 à 7h – Dimanche 8 juillet à 15h (peut-être)*

PLUS QUE 2 ÉMISSIONS ! 


Nous allons vous proposer une avant-dernière émission exceptionnelle, le week-end du 14 juillet, nous serons en « best-of » (autrement dit en rediff) et la der des der sera diffusée les 21 et 22 juillet. Enfin, nous terminerons le mois avec un best-of des Big Boss… Après on s’en va… Mais on reviendra ici ou ailleurs…


Au sommaire (à ne pas manquer)

Talk 1 : EXOTEC : ses robots font toute la différence !

Talk 2 : WITHINGS : une histoire d’entreprise et d’entrepreneur, vraiment pas comme les autres

Talk 3 : FTP LABO : dirigé par David Tebib. Ce Nîmois a un parcours personnel et professionnel incroyable : Ses débuts dans un quartier « populaire » à la présidence d’une entreprise très innovante à dimension mondiale, en passant par la présidence du club de hand de la ville, USAM, qui évolue en D1, et toujours une passion pour Nîmes et ses habitants

Talk 4 : Médiation des entreprises : Dernier cas aujourd’hui. La Médiation aide une entreprise confrontée aux retards de paiement d’une collectivité locale

*des émissions spéciales viennent souvent perturber la diffusion du dimanche après-midi 


Talk 1 : EXOTEC > ROMAIN MOULIN – COFONDATEUR

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Leurs robots sont devenus incontournable dans la logistique de tous e-marchand, notamment. Il s’agit de machines françaises capables d’identifier et d’aller chercher un colis dans un entrepôt, qui sont quatre fois plus rapides et vont cinq fois plus haut que les normes standards du marché.

exotec 2

Faire mieux qu’Amazon est encore possible. En tout cas, sur le terrain de la logistique, l’ambition semble réaliste. C’est ce qu’ Exotec tente de réaliser avec ses robots capables d’identifier et d’aller chercher un colis dans un entrepôt. La start-up, fondée il y a trois ans par Romain Moulin et Renaud Heitz, vient de boucler un nouveau tour de table d’un montant de 15 millions d’euros, auprès d’Iris Capital, et de ses deux précédents investisseurs (360 Capital Partners et Breega).

Faire mieux que Kiva d’Amazon

D’un côté, se situent les acteurs « classiques » qui effectuent ces opérations avec des convoyeurs et des ascenseurs. De l’autre, des start-up qui font se mouvoir dans les trois dimensions des robots autonomes inspirés des robots Kiva, rachetés en 2012 par  Amazon pour 775 millions de dollars . « Nous nous calons sur les meilleures performances mais avec une exécution plus agile », promet Romain Moulin. Ses robots, il l’assure, sont quatre fois plus rapides et vont cinq fois plus haut que les normes standards du marché.

Au coeur de leur robot, assemblé en France, se cache surtout une technologie algorithmique permettant d’optimiser les opérations au sein d’un entrepôt et de repositionner les manutentionnaires à des tâches moins difficiles, assure le jeune entrepreneur : « Nous rencontrons des entreprises qui embauchent énormément et ont le plus souvent du mal à pourvoir leurs offres. Nous ne remplaçons pas des emplois, nous automatisons les tâches les plus pénibles. »

Parmi leurs premiers clients : C-Discount avec leurs robots Skypods. (vidéo en anglais)

Les Echos

L’actualité  :

  • Exotec Solutions, fleuron des robots logistiques français, annonce une levée de fonds en série B de 15M€
  • Actuellement, l’équipe se compose d’une trentaine de personne, dont une majorité en R&D. En 2019, les équipes vont tripler leurs effectifs pour délivrer les commandes déjà passées et à venir et de se lancer à l’international
  • En 2019, l’équipe fabriquera 1000 nouveaux robots pour répondre aux besoins de ses clients. Le carnet de commande est presque plein
  • L’entreprise va attaquer le marché européen de la logistique dès cette année, et prévoit celui des Etats-Unis et de l’Asie en 2019
  • Une nouvelle chaine de montage à Croix

 

Julien Coulon : l’entrepreneur devenu étudiant et qui rebondit tout le temps ! C’est dans le Business Club de France. Inédit (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France sur BFM Business Radio 

Samedi 30 juin à 7h et dimanche 1er juillet à 15h

Talk 1 : OPEN CLASS ROOMS 60 millions de dollars levés pour accélérer la formation en ligne

Talk 2 : EKIM Ses robots font des pizzas ! C’est nouveau !

Talk 3 : SERIAL ENTREPRENEUR  : Rien n’arrête Julien Coulon

Talk 4 : MÉDIATION des ENTREPRISES : une TPE en difficulté avec un de ses fournisseurs


Plus que 3 émissions !

Le Business Club de France, seul magazine diffusé sur une radio nationale et consacré aux TPE/PME – essentiellement en région – va s’arrêter définitivement dans quelques semaines. Après avoir passé 10 ans à vos cotés, avoir accompagné des « pépites » devenues de grands groupes aujourd’hui, avoir invité plus de 3500 chefs d’entreprise, avoir réglé avec la Médiation des Entreprises, plus de 160 situations délicates pour des entrepreneurs en détresse, nous sommes contraints de couper définitivement le son de cette émission. En juillet, vous retrouvez une émission totalement inédite et exceptionnelle les 7 et 8 juillet, un 1er « best of » les 14 et 15/7. Une autre émission totalement inédite les 21 et 22 juillet (la toute dernière). Un dernier best of les 28 et 29/7 !


TALK 3 : JULIEN COULON, L’ENTREPRENEUR INFATIGABLE 

Pour écouter ou réécouter cet entretien :

J. CoulonJulien COULON, serial entrepreneur, a créé Cedexis, « l’aiguilleur du net », en 2009. L’objectif faire en sorte de réduire au maximum le temps de chargement d’une page Internet sur votre écran. Il faut savoir que 57% des visiteurs d’une page mettant plus de 3 secondes à s’afficher assurent qu’ils quittent purement et simplement le site, pour ne plus jamais y revenir pour 80% d’entre eux ! L’impact se révèle tout aussi fort sur les taux de conversion dans le eCommerce, comme le montre le récent exemple d’Etam qui en réduisant le temps moyen de chargement de ses pages de 1,2s à 500ms a fait grimper son taux de conversion de 20% ! (Le Siècle digital). On comprend mieux pourquoi l’entreprise compte plus de 1000 clients dans le monde !

En 2018, Julien Coulon, cofondateur de CEDEXIS – identifiée comme future licorne française – prend la décision, pour faire grandir l’entreprise plus vite et garantir son avenir en vendant au groupe américain CITRIX pour un montant compris entre 70 et 120 millions d’euros.

«Mon grand sujet de satisfaction est de savoir que les équipes de Cedexis seront gardées par Citrix. Nos salariés ont même reçu des augmentations et des actions Citrix», se félicite Julien Coulon, qui a choisi toutefois de ne pas rester dans l’entreprise.

Désormais Julien Coulon va se consacrer à d’autres activités. Il a repris ses études (à 44 ans) en Executive MBA à HEC Paris. Il est aussi au conseil d’administration de Recommerce et d’Alcemon. Enfin, il coache également des start-up en incubateur : «une façon de rendre la pareille», explique-t-il.

Il faut savoir rebondir ! Julien Coulon est un des Ambassadeurs du mouvement les rebondisseurs français 

Les robots Pizzaïolos dans les futurs restos Pazzi ! C’est dans le Business Club. Inédit (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France sur BFM Business Radio 

Samedi 30 juin à 7h et dimanche 1er juillet à 15h

Talk 1 : OPEN CLASS ROOMS 60 millions de dollars levés pour accélérer la formation en ligne

Talk 2 : EKIM Ses robots font des pizzas ! C’est nouveau !

Talk 3 : SERIAL ENTREPRENEUR  : Rien n’arrête Julien Coulon

Talk 4 : MÉDIATION des ENTREPRISES : une TPE en difficulté avec un de ses fournisseurs


Plus que 3 émissions !

Le Business Club de France, seul magazine diffusé sur une radio nationale et consacré aux TPE/PME – essentiellement en région – va s’arrêter définitivement dans quelques semaines. Après avoir passé 10 ans à vos cotés, avoir accompagné des « pépites » devenues de grands groupes aujourd’hui, avoir invité plus de 3500 chefs d’entreprise, avoir réglé avec la Médiation des Entreprises, plus de 160 situations délicates pour des entrepreneurs en détresse, nous sommes contraints de couper définitivement le son de cette émission. En juillet, vous retrouvez une émission totalement inédite et exceptionnelle les 7 et 8 juillet, un 1er « best of » les 14 et 15/7. Une autre émission totalement inédite les 21 et 22 juillet (la toute dernière). Un dernier best of les 28 et 29/7 !


TALK 2 : EKIM : PHILIPPE GOLDMANN – PRÉSIDENT 

Pour écouter et réécouter cet entretien :

 

pazzi

Créée en 2013, la FoodTech Ekim qui souhaite créer une enseigne de restauration 100 % autonome et équipée de robots pizzaiolos, annonce l’ouverture du premier pilote en France à la fin de l’année et la levée de 2,2 millions d’euros auprès des fonds d’investissements Partech et Daphni.

Cette nouvelle enseigne s’appelle PAZZI, le premier restaurant ouvrira ses portes à Paris, d’ici la fin de l’année 2018.

Plusieurs formats seront disponibles dans les restaurants, autant le mode assis qu’à emporter et plus tard le drive-in. Tout sera numérisé, avec des bornes de commande et des applications, le tout permettant d’avoir rapidement une pizza, en connaissant précisément à l’avance le temps à attendre. Ce sont d’ailleurs principalement les lieux de flux, comme les gares, les food court, les grands boulevards ou encore les campus qui sont visés : pour des clients dont l’emploi du temps est serré, mais qui privilégient tout de même la qualité.

Les robots : 

Trois robots  sont coordonnés pour mener à bien la préparation d’une pizza, au rythme de 120 par heure, contre 40 pour un pizzaïolo humain. Fabriqués par des entreprises françaises, ces robots sont programmés pour créer et personnaliser les pizzas à raison de 500 000 combinaisons de recettes possibles, et peuvent fonctionner 7 jours sur 7, 24h/24. La seule partie réalisée par de vrais chefs est la préparation de la pâte, cuite sur pierre. Un des robots est notamment dédié au choix et à la répartition des ingrédients sur les pizzas, pour rechercher l’harmonie idéale entre les goûts. 

L’idée est de prendre un plaisir visuel dans la préparation de la pizza, plaisir rendu possible par des robots aux gestes qui se veulent élégants, pas trop rapides, pour que le client assiste précisément à toutes les étapes. Ainsi, le temps de préparation d’une pizza avec les robots PAZZI est maintenu à 4 minutes et 30 secondes, à l’instar d’un pizzaïolo classique.

EKIM compte bien court-circuiter le concept de fast food, en remettant au centre des préoccupations la « good » food. C’est d’ailleurs un point sur lequel Philippe Goldman a débuté sa présentation : « Ce qui nous rassemble, c’est d’abord notre passion pour le food ».