antibiotiques

Les bonnes nouvelles de ce lundi 4 décembre

Publié le

10 bonnes nouvelles juste pour vous!

LES DÉCIDEURS ONT LE MORAL…

moral bonheurSelon le baromètre des décideurs Viavoice/HEC, après une décrue en septembre, le moral des décideurs repart à la hausse en cette fin d’année. 35 % des cadres anticipent une baisse du chômage pour les mois à venir (+8 points), contre 28 % anticipant une hausse. 76 % d’entre eux pensent également que pour la plupart des entreprises le développement durable a davantage été utilisé ces dernières années pour la communication ou le marketing que pour des « actions concrètes ».

… NOUS AUSSI!

bonheur decideursSelon l’INSEE, après quatre mois consécutifs de baisse, le moral des ménages a légèrement rebondi au mois de novembre, en gagnant deux points. Beaucoup d’entre nous s’attendent à une baisse du chômage et de l’inflation, notamment.

UN CALENDRIER DE L’AVENT INVERSÉ

generosite.jpgUne idée brillante: au lieu de recevoir, donnez! Chaque jour jusqu’à Noël, remplissez une boîte de denrées de première nécessité: nourriture, vêtements, produits d’hygiène, etc. Cette boîte sera donnée le 25 décembre à une association (Restos du Cœur, Croix Rouge, etc.) ou directement à une personne sans-abri. Plus d’infos 

BRAVO! VOUS ACHETEZ MADE IN FRANCE

74% d’entre nous sommes prêts à payer plus cher pour un produit fait en France! On veut avant tout soutenir nos entreprises et maintenir nos emplois. On peut s’auto-féliciter!

infographie made in france.png

POUR MIEUX TRAVAILLER, SOYONS HEUREUX

Un salarié heureux est 31% plus productif, 9 fois plus loyal et 55% plus créatif. Ajoutons aussi que la productivité augmente de 20% dans un environnement végétalisé (selon Romain Raffard de Bergamotte).

Pass the good vibes around!

bonheur travail.jpg

 

UN JOB DE RÊVE

C’est le cas de Bruno Maltor, globe-trotter, qui a ouvert un simple blog en 2012 pour publier ses photos de voyage. Aujourd’hui, Votre Tour du Monde enregistre 4 millions de visites en 2016, fédère une communauté de plus de 100 000 personnes sur Instagram et sur Facebook.

DOCTOLIB A LEVÉ 61 MILLIONS EN 2017

Doctolib logoAprès avoir levé 26 millions € en janvier, la plateforme de prise de rendez-vous (y compris à l’hôpital) médicaux récolte 35 millions supplémentaires pour recruter 200 personnes en 2018. Elle référence près de 30 000 professionnels de la santé

(Ré)écoutez notre interview de Stanislas Niox-Chateau lors de la levée de fonds de janvier 2017:

DÉINOVE VEUT CONCEVOIR LES ANTIBIOTIQUES DE DEMAIN

deinove1Déinove est une biotech pas comme les autres: elle récolte des bactéries extrêmement rares et résistantes, les déinocoques. Elles ont survécu 4 milliards d’années dans des milieux très hostiles. Leur utilité? Lutter contre la résistance aux antibiotiques, fléau responsable d’1 décès toutes les 3 secondes dans le monde.

(Ré)écoutez et téléchargez notre interview du 2/12 ici:

BIENTÔT LA BOUTIQUE DE VOS RÊVES PRÈS DE CHEZ VOUS

Epicerie de QuartierVous rêvez de voir apparaître une libraire, une boutique de chaussures, un boucher tout près de chez vous? CMARUE vous propose plateforme de vote pour l’installation d’un commerce dans un quartier. Pour l’instant disponible seulement dans le 19ème arrondissement de Paris, elle ouvrira bientôt dans toute la France.

(Ré)écoutez et téléchargez notre interview du 2/12 ici:

 

Publicité

DÉINOVE veut résoudre la résistance aux antibiotiques. C’était au Business Club

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 2/12/17 à 7h – Dimanche 3/12/17 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

 Deinove.jpg     

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: DÉINOVE: des bactéries rares pourraient donner naissance à de nouveaux antibiotiques

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Le « droit à l’erreur », avec Jérôme Turot, avocat spécialisé en contentieux fiscal

TALK 2 : CMARUE : un premier test dans le 19ème arrondissement

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

  • Les premiers dans l’entrepreneuriat d’Olivier Baussan, serial entrepreneur et repreneur, fondateur de l’Occitane, Oliviers & Co…
  • Les conseils de  l’expert sur les étapes de la création d’entreprise, avec Marc Ménasé, fondateur de Menlook, investisseur

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 1: DÉINOVE, avec Emmanuel Petiot, président

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

ImpressionDEINOVE (Euronext Growth Paris : ALDEI) est une société de biotechnologie qui découvre, développe et produit des composés à haute valeur ajoutée issus de microorganismes rares pour les secteurs de la santé, de la nutrition et de la cosmétique.

A QUOI SERVENT CES BACTÉRIES RARES? Avant tout à pouvoir lutter contre la résistance aux antibiotiques, nouveau fléau planétaire. Déinove entend proposer ses bactéries aux laboratoires pharmaceutiques pour développer à terme de nouveaux antibiotiques. 

Pour cela, DEINOVE s’appuie sur deux atouts clés :

  • Un souchier unique au monde de 6 000 bactéries rares et encore inexploitées, majoritairement du genre Deinococcus (déinocoque) ; ces bactéries sont récoltées dans de nombreux biotopes hostiles : plages, glaciers, sources chaudes, volcans
  • Une plateforme d’ingénierie génétique, métabolique et fermentaire propriétaire qui lui permet de transformer à façon ces micro-usines naturelles en nouveaux standards industriels.

L’entreprise a déposé plus de 160 brevets à l’international. Elle est cotée sur Euronext Growth Paris depuis avril 2010.

Qu’est-ce-que le déinocoque?

deinovebacteriesLe déinocoque, organisme vivant le plus vieux sur terre : il est âgé de 4 milliards d’années. Pour donner une idée, la planète est âgée de 5 milliards années et l’homme de 200 millions seulement. Elle a réussi à traverser toutes ces années en s’adaptant et sa principale adaptation réside dans son extrême capacité de résistance, entre autres à la radioactivité, aux milieux très acides, toxiques. Elle n’est pas dangereuse du tout pour l’homme. Elle s’est adaptée pour pouvoir assimiler la biomasse : déchets végétaux, enveloppes des graines, etc. Ces bactéries sont mêmes capables de se reconstituer après avoir subi des radiations. 

LES CHIFFRES CLÉS DE DÉINOVE

  • Activité: biotechnologie
  • Date de création: 2006
  • Siège social: Montpellier
  • CA: ne dégage pas de CA
  • Effectif: 55

deinove1.jpg

L’ACTUALITÉ DE DÉINOVE

12 septembre 2017 – Le français Deinove reçoit 14 millions d’euros pour combattre la résistance aux antibiotiques

La société va utiliser cette aide de la BPI pour développer des nouveaux antibiotiques pour combattre la résistance microbienne, devenue un enjeu mondial.

Coup d’accélérateur pour Deinove. La biotech française a bénéficié du Programme d’investissements d’avenir et a reçu 14,6 millions d’euros d’aides de la BPI, a-t-elle annoncé mardi 12 septembre. Ce financement sur cinq ans permettra à la biotech de d’avancer sur le projet AGIR (Antibiotiques contre les Germes Infectieux Résistants) avec l’Institut Charles Viollette. Deinove planche sur la découverte de nouveaux antibiotiques, en associant la biologie moléculaire, la chimie pharmaceutique et le génie enzymatique (utilisation des propriétés des enzymes).

La biotech va également utiliser ce financement pour accélérer le développement de sa plateforme technologique d’ingénierie génétique qui permet de sélectionner et améliorer les performances de ses futurs produits thérapeutiques.

12.500 décès par an en France

Pourquoi découvrir de nouveaux antibiotiques ? Pour s’attaquer aux maladies infectieuses dont la résistance aux antibiotiques s’accroît (Fleming l’avait déjà prédit quand il a découvert la pénicilline en 1945 quand il a reçu le Prix Nobel: « la résistance peut se développer »), jusqu’à ne plus pouvoir être soignées. C’est un problème sérieux en France. La résistance des bactéries aux effets des antibiotiques est à l’origine de 12.500 décès par an dans le pays.

C’est aussi devenu un enjeu mondial. L’Assemblée générale des Nations unies s’est réunie le 21 septembre 2016 afin de discuter des mesures à prendre pour lutter contre la menace grandissante de l’antibiorésistance. Dans le monde, d’ici à 2050, les coûts directs et indirects de la résistance aux agents antimicrobiens vont grimper à 100.000 milliards de dollars, selon un rapport britannique, et tuer 10 millions  de personnes par an (1 toutes les 3 secondes). Aujourd’hui: 700 000 décès/an.

« On veut que la France prenne le leadership dans cette lutte contre la résistance aux antibiotiques » Emmanuel Petiot.

330 millions prévus par la France pour lutter contre l’antibiorésistance

Ce financement de la BPI ne représente pas le premier engagement du pouvoir public de lutte contre la résistance aux antibiotiques. Alors ministre de la Santé, Marisol Touraine avait annoncé en 2016 un investissement de 330 millions d’euros sur cinq ans pour combattre la résistance aux antibiotiques à coup d’encadrements de prescriptions, de campagnes de sensibilisation, et l’accélération de la recherche dans le domaine, notamment. (La Tribune

MAIS AUSSI: DES BACTÉRIES POUR LA COSMÉTIQUE… 

Le partenariat vise à co-développer et commercialiser de nouveaux principes actifs pour les soins de la peau.

• L’objectif est de mettre sur le marché un premier ingrédient dans les 18 à 24 mois. Selon Déinove, les opérations de criblage in vitro ont permis d’identifier avec succès plusieurs dizaines de souches aux propriétés valorisables en cosmétique, ou en nutrition et santé :

  • Des propriétés anti-oxydantes, pour une action anti-âge, fermeté ou anti-UV par exemple,
  • Des propriétés anti-inflammatoires, notamment pour un effet apaisant (pour les peaux sensibles, irritées, ou en cosmétique post-opératoire),
  • Des propriétés cicatrisantes pour les peaux abîmées ou endommagées, pour des applications post-opératoires, pour des actions réparatrices, anti-âge,
  • Une activité sur la lipolyse pour une action amincissante, anticellulite,
  • Une action sur le stockage lipidique qui peut être exploitée pour un effet repulpant et hydratant, etc.

… ET LA NUTRITION

>>> Des compléments alimentaires pour l’alimentation humaine

>>> Des dditifs pour alimentation animale

L’objectif est simple: maintenir et améliorer la santé des animaux qui seront finalement consommés par l’homme. Ajouter ces additifs aux aliments permet de mieux contrôler et prévenir les maladies infectieuses, améliorer le gain de poids, optimiser l’apport en vitamines et autres nutriments ou encore faire en sorte que les aliments se digèrent.