avocat

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas dans l’entrepreneuriat de Yann Léguillon, de Superprof / Les Conseils d’experte de Christiane Feral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 24/3/18 à 7h – Dimanche 25/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: Syllabs et son robot rédacteur / Le robot Georges.tech fait la comptabilité des professions libérales

TALK 2 : La belle saga française de Quiès

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Yann Léguillon, de Superprof
  • Les conseils d’expert de Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux 

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


⇒ LES PREMIERS PAS DANS L’ENTREPRENEURIAT de Yann Léguillon, cofondateur de Superprof

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

yann leguillon superprof.jpgSuperprof a été créée en 2013 par Wilfried Granier et Yann Leguillon chez qui, au fil de leurs expériences en tant que professeurs particuliers – dans le cadre de leurs études en école d’ingénieur –  est née l’ambition de construire une communauté où le partage de savoir multidisciplinaires serait facilité et collaboratif.

Ils déposaient leurs petites annonces dans les boulangeries pour donner des cours quand ils ont eu l’idée de créer leur place de marché façon Airbnb. C’est ainsi qu’est né Superprof, en août 2013.

Les fondateurs avaient pour envie de développer leur communauté à l’international dès le lancement de Superprof. La start-up s’est donc déployée très rapidement à l’étranger puisque seulement un an après l’ouverture, elle se positionnait déjà leader en Espagne grâce aux rachats de ses deux plus gros concurrents espagnoles. Une stratégie d’acquisition qui lui a permis de  s’implanter également rapidement dans le reste de l’Europe (Belgique, Allemagne, Italie, Royaume-Uni…), en Amérique (Canada, USA, Brésil, Argentine, Mexique, Chili…) et en Inde.


⇒ LES CONSEILS D’EXPERT de Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

christiane feral schuhlDepuis près de 30 ans, Christiane Féral-Schuhl exerce dans le secteur du droit de l’informatique, des nouvelles technologies (informatique, internet, télécommunications et médias), des données personnelles et de la propriété intellectuelle, dont elle est un acteur reconnu.

Nous lui avons donc demandé comment les chefs d’entreprise pouvaient se protéger ou adopter les bonnes attitudes face à la cybercriminalité, et ce que les avocats peuvent leur apporter. 

La « criminalité informatique » et la « cybercriminalité » recouvrent une typologie d’infractions très variées : les nouveaux délits nés de l’évolution des nouvelles technologies (intrusion frauduleuse, atteinte à un système de traitement automatisé de données…) mais également les crimes et délits plus classiques, profitant de ce nouveau vecteur que leur offre l’internet (escroquerie, actes de nature raciste ou xénophobe, contrefaçon, violation de la correspondance privée, diffamation, jeux et paris en ligne…).

Les avocats spécialisés en droit de l’internet, des questions spécifiques liées à cette nouvelle forme de criminalité (problématiques liées à l’application de la loi pénale dans l’espace, à la responsabilité des acteurs de l’internet peuvent alerter les chefs d’entreprise sur les risques qu’ils encourent.

 

Publicité

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas de Jean-David Chamboredon / Les conseils d’expert de Christiane Feral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 17/3/18 à 7h – Dimanche 18/3/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: ANOTHER BRAIN: un robot au cerveau (presque) humain

TALK 2 : BOXTAL, spécialiste de l’envoi de colis pour TPE/PME

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat de Jean-David Chamboredon, entrepreneur et investisseur (ISAI), président de France Digitale 
  • Les conseils d’expert de Christiane Feral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux 

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


⇒ LES PREMIERS PAS DANS L’ENTREPRENEURIAT de Jean-David Chamboredon, entrepreneur et investisseur (ISAI), président de France Digitale, et à l’origine du mouvement Les Pigeons

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Portait-Jean-David-Chamboredon-trajectoire-Pigeon-FDans 1001 Startups: « Je suis un vieux VC ! Avant j’étais informaticien, pendant 13 ans chez Cap Gemini. J’ai eu la chance, en 1996, de monter Cap Gemini Silicon Valley et de passer 3 ans en Californie et de découvrir cette écosystème incroyable.

Pour moi c’était la plus belle époque de la Silicon Valley. Quand je suis rentré en France, j’ai décidé de changer de métier, d’arrêter l’intégration système et de passer au Capital Risque.

J’ai alors intégré 3I, un fonds d’investissement anglais dont j’étais le partner France sur le secteur des technologies, télécom, média, etc. Cela m’a permis de faire de beaux deals comme seloger.com et PriceMinister, et c’est comme ça que je suis rentré en relation avec Pierre (Koscziusko-Morizet) et Olivier (Mathiot). En 2008, pendant la crise, le fonds 3I a décidé d’arrêter d’investir dans le secteur des technologies et Pierre Koscziusko-Morizet m’a proposé ISAI.

⇒ LES CONSEILS D’EXPERT de Christiane Feral-Schuhl, présidente du Conseil National des Barreaux

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

christiane feral schuhl.jpgDepuis près de 30 ans, Christiane Féral-Schuhl exerce dans le secteur du droit de l’informatique, des nouvelles technologies (informatique, internet, télécommunications et médias), des données personnelles et de la propriété intellectuelle, dont elle est un acteur reconnu. Elle exerce également les fonctions de médiatrice, d’arbitre et de cyberarbitre. Elle a été Bâtonnier du Barreau de Paris (24 000 avocats) en 2012 et 2013.

Pourquoi faire appel à un avocat pour la création d’entreprise?

Ce sont des hommes de droit, par conséquent les plus à même d’aider un créateur d’entreprise à définir le cadre légal de son activité. Ils peuvent à la fois intervenir sur le choix de la structure juridique de l’entreprise (entreprise individuelle, SARL, SA, SAS…), apporter des conseils sur son nom et le droit des marques, faire des recherches d’antériorité sur un brevet ou rédiger un pacte d’actionnaires. Leur champ d’intervention est large. Leurs tarifs également !  » J’ai lâché 6 000 euros à un cabinet d’avocats quand j’ai lancé mon entreprise. Tout cela pour m’entendre dire qu’il fallait que j’opte pour un bail commercial à usage exclusif. J’ai trouvé ça un peu cher « , relate Eric Salles, fondateur de Point WC, une entreprise qui conçoit des toilettes haut de gamme pour les espaces publics. (L’Express)

 

[LUNDI BONHEUR] – 11 décembre

Publié le Mis à jour le

ON VA VOUS FAIRE AIMER LE LUNDI! 

Le lundi, c’est le début d’une toute nouvelle semaine! Que va-t-il se passer? Quelles bonnes nouvelles et surprises vous attendent? Et puis vous êtes reposés, c’est le moment d’être productif et de mettre de l’ordre dans vos dossiers! Si, si! Allez, la suite des bons conseils est ici. Ne nous remerciez pas 🙂

xxxxx

xxxxx

LES MEILLEURS COOKIES AU MONDE !

La meilleure recette de cookies a été élaborée par… Google, et son intelligence artificielle. Le moteur de recherche a agrégé les ingrédients et dosages les plus appréciés sur le net, pour, à force d’essais, erreurs et ajustements, établir le mélange le plus délicieux, semble-t-il.

La fameuse recette

cookies google.png

« C’EST QUOI LE BONHEUR POUR VOUS? »

1 personne sur 4 ne sait pas définir ce qu’est le bonheur! Parti de ce constat, Julien Peron a parcouru le monde pour interviewer 1500 personnes sur cette question du bonheur. Il en livre l’essentiel en 1h30 de vidéo, disponible sur CD ou en téléchargement. Une projection du film a lieu ce lundi 11/12 à l’Atelier Fil rouge à Paris 12ème.

UN MILLION DE JEUX POUR LES RÉFUGIÉS

bioviva for life.pngBIOVIVA, fabricant de jeux Montpelliérain, se bouge pour les enfants réfugiés. L’entreprise fait don, avec des associations caritatives, d’1 million de jeux dont 100 000 avant Noël. Vous souhaitez participer à la collecte? C’est ici 

 

xxxxxxxx


un-extrait-d-un-film-promotionnel-de-medincell_1200792MEDINCELL reçoit 3,5 millions € pour un contraceptif injectable

Medincell révolutionne la prise de médicaments. Avec BEPO (pour Biodegradable dEPOt), plus besoin d’avaler de comprimés. Un gel injecté sous la peau diffuse
un traitement pendant quelques jours ou quelques mois, selon la
durée prescrite. Déjà en développement dans le domaine de l’oncologie et la psychiatrie, la technologie va être  appliquée à la contraception.



DEVIALET À L’OPÉRA

devialet_phantom_gold.jpgLe champion français du son très haut de gamme ouvre un espace dédié à l’intérieur même du palais Garnier. L’occasion de dévoiler son tout nouveau Gold Phantom Opéra, pour une expérience de son ultra-dense à impact physique. Prix: 2590€

x

x

x

x

x

UNE « BOUTIQUE DU TRAVAIL DIGITAL » A PARIS

Klaxoon est concepteur d’outils facilitant l’interactivité au sein d’un groupe. Les Parisiens pourront désormais tester ces outils (manettes, boxes) dans une boutique dédiée, qui offrira aussi des produits tiers et des ouvrages sur le travail en équipe. Bienvenue dans le bureau du futur!


EN PANNE D’INSPIRATION POUR NOËL?

cadeaux-de--noel.jpgUlule ouvre sa nouvelle boutique de créateurs (musique, mode, food, artisanat, édition, jeux, déco, cosmétique) au 19, rue de Cléry dans le 2ème arrondissement. Un marché de Noël aura lieu le 16 décembre de 10h à 20h

 

 

 

 

CAPTAIN CONTRAT lève 4 millions

logo-Captain-ContratL’entreprise, plateforme de documents juridiques, facilite la mise en relation avec les avocats. Les fonds proviennent du fonds d’investissement CapHorn Invest, du fonds F3A géré par bpifrance et de plusieurs business angels, parmi lesquels Cyril Vermeulen (Aufeminin.com) et Olivier Heckmann (Multimania, Lycos, Kewego). De quoi renforcer ses équipes et s’étendre en Europe l’année prochaine.

Voici le panorama des Legaltech françaises, qui aident à la création et la gestion d’entreprise

[LE FOCUS DE LA SEMAINE] – Droit à l’erreur, ça change quoi? C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 2/12/17 à 7h – Dimanche 3/12/17 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

droit erreur.jpg      

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: DÉINOVE: des bactéries rares pourraient donner naissance à de nouveaux antibiotiques

LE FOCUS DE LA SEMAINE : Le « droit à l’erreur », avec Me Jérôme Turot, avocat spécialisé en contentieux fiscal

TALK 2 : CMARUE : un premier test dans le 19ème arrondissement

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

  • Les premiers dans l’entrepreneuriat d’Olivier Baussan, serial entrepreneur, fondateur de l’Occitane, Oliviers & Co
  • Les conseils de  l’expert sur les étapes de la création d’entreprise, avec Marc Ménasé, fondateur de Menlook, investisseur

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


LE FOCUS DE LA SEMAINE, avec Maître Jérôme Turot, avocat spécialisé en contentieux fiscal et membre du Cercle des Fiscalistes

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

jerome turot
Maître Jérôme Turot

Le gouvernement a dévoilé son projet de loi sur le «droit à l’erreur» visant à simplifier les démarches administratives. Qu’est-ce-que ça va changer pour les entreprises?

« En cas de premier manquement à la loi, le chef d’entreprise sera présumé de bonne foi » nous explique Maître Turot. Mais le texte laisse à l’administration la responsabilité d’établir la preuve de sa bonne foi. Ce texte ne change donc pas grand chose car aujourd’hui, les inspecteurs sont déjà tenus de justifier les pénalités qu’ils imposent à une entreprise. 

Ils justifient les pénalités avec une motivation très standard, passe-partout. Et si l’entreprise veut les contester, elle doit tout d’abord payer, puis passer devant un juge, ça peut durer des années! ».

Les contrôleurs du fisc auraient-ils des obligations de rendement??


Dans 20 minutes : Simplification des démarches administratives: En quoi va consister le nouveau «droit à l’erreur»?

Petite révolution en vue dans les relations entre les citoyens et leur administration ? C’est en tout cas l’ambition (et la promesse) d’Emmanuel Macron. Avec son «projet de loi pour un Etat au service d’une société de confiance», dévoilé ce lundi, le gouvernement ne projette rien de moins qu’un « changement de philosophie dans les rapports avec l’administration ».

Le projet de loi « comporte une quarantaine d’articles qui seront présentés d’ici au printemps au Parlement », a indiqué au Journal du Dimanche, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. Il sera présenté en Conseil des ministres après avoir été enrichi à la demande du chef de l’Etat qui avait retoqué la précédente mouture fin juillet. Le texte a été repris par un conseiller d’Etat Thierry Tuot et une quinzaine de députés.

Avec cette nouvelle mouture, Bercy veut initier « une nouvelle conception de l’action publique pour remettre de la confiance dans les relations entre les Français et leurs administrations : la bonne foi doit profiter à l’usager et à l’entreprise ».

Ni amende, ni privation de droit

Le principe de la « bienveillance » de l’administration envers ses interlocuteurs promise par Gérald Darmanin doit se traduire ainsi : toute personne physique ou morale ayant involontairement méconnu, pour la première fois, une règle applicable à sa situation, ne subira ainsi plus ni amende ni privation de droit si elle rectifie son erreur, à son initiative ou quand l’administration le lui demande.

Le droit à l’erreur, dans le projet de loi, se décline de plusieurs manières :

– en matière fiscale, si une erreur de bonne foi dans le cadre d’un contrôle est détectée, les intérêts de retard seront réduits de 30 %. Si c’est l’usager qui rectifie son erreur de lui-même, les intérêts seront réduits de 50 %.

– du côté des entreprises, elles pourront demander à une administration de les contrôler pour s’assurer qu’elles sont en conformité. Les conclusions rendues seront ensuite opposables, à la manière d’un rescrit.

l’inspection du Travail ne sanctionnera plus automatiquement l’entreprise qu’elle contrôle pour certaines infractions mais pourra donner un simple avertissement dès lors qu’il n’y a pas d’intention frauduleuse.

– la limitation de la durée de contrôle des PME à neuf mois sur une période de trois ans va être testée dans les Hauts-de-France et en Auvergne-Rhône-Alpes.

la médiation dans les Urssaf, expérimentée en Ile-de-France, sera généralisée, permettant aux employeurs de régler rapidement des difficultés à l’amiable.