déménagement

Des Bras en Plus s’installe à Bordeaux!

Publié le Mis à jour le

desbrasenplusLa conquête de l’Hexagone se poursuit pour la jeune startup du déménagement low-cost! Basée à Paris avec 2 agences, elle s’est installée à Lyon en début d’année, et arrive désormais à Bordeaux. Prochaines destinations? Lille, Marseille et Toulouse.

L’objectif de la jeune entreprise est de couvrir l’intégralité du territoire national dans les prochains mois et de devenir « le leader français du déménagement dans les prochaines années ».

DES BRAS EN PLUS en chiffres

Chiffre d’affaires en 2014 : 1,4 million d’euros
Chiffre d’affaires prévisionnel pour 2015 : 3 millions d’euros
Nombre de salariés : 35

NOTRE REPORTAGE, DIFFUSÉ fin juillet dernier SUR BFMTV, BFM BUSINESS ET LE FIGARO.TV

Publicités

Reportage chez « Des Bras en Plus » et entretien avec D. Sanouillet sur la mobilité dans l’entreprise. C’était au Business Club – INÉDIT (podcasts)

Publié le Mis à jour le

ÉMISSION INÉDITE Business Club de France sur BFM Business Radio

Diffusion sam 26/7/14 à 7H | dim 27/7/14 à 15H

Au sommaire : Beaucoup d’innovations cette semaine…

Talk 1 : Citerneo, la citerne souple « made in France » qui fait un malheur dans le monde

Talk 2 : Choreus Data Center, ils lancent le 1er data-center peu gourmand en énergie

Talk 3 : Reportage dans les locaux : Des Bras en Plus suivi d’un entretien avec Damien Sanouillet sur l’impact des TIC dans l’organisation des  entreprises

Talk 4 : Prodealcenter : un e-commerçant pour les agriculteurs

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20140726_club_0.mp3]

Talk 3 : DES BRAS EN PLUS suivi d’un entretien avec  Damien Sanouillet, Directeur du développement chez Jones Lang Lasalle France… 

→Des bras en plus

des-bras-en-plusFondé par 3 associés : Massoud Ayati, Zafar Baryali et Farid Lahlou

  • Activité : Entreprise de déménagement low cost
  • Date création : 2012
  • Lieu : Paris
  • CA  2011 : 530 000 €
  • CA 2012 : 700 000 €
  • CA 2013 :  1 million

« Quiconque souhaitant déménager peut calculer son devis sur mesure en quelques étapes : date du déménagement, nombre de déménageurs professionnels souhaités pour superviser le déménagement et pour s’occuper des tâches les plus délicates (porter le frigo dans les escaliers, manipuler le canapé, protéger la TV…), volume du camion, mais aussi la durée de la prestation. Ce n’est plus au client d’adapter son budget à une offre mais bien l’inverse, le client prend la main et adapte sa prestation à son budget. La démarche, à l’instar des compagnies aériennes Low Cost, propose en outre au client un calendrier indiquant la gamme de prix selon les jours ».

Présentation de la société Des Bras en Plus, lauréat du Grand Prix MoovJee 2013, par des membres de l’entourage des 3 jeunes associés-fondateurs

Notre Reportage est diffusé sur BFM TV Dimanche 12h55 – Lundi 9h55 / 21h55 et BFM BUSINESS TV Dimanche 9h58 – Lundi 7h57 / 19h57. Et depuis samedi matin sur le figaro.fr. La version audio de ce reportage est intégrée dans l’émission


→Entretien avec Damien Sanouillet – Directeur du développement chez Jones Lang Lasalle France

Jones Lang Lassale en chiffres…

  • Activité: entreprise américaine spécialisée dans le conseil en immobilier d’entreprise (Chicago)
  • Date de création: 1783
  • Lieu: 4 bureaux à Paris, Lyon, Marseille en France
  • CA mondial: 4 milliards de $
  • Effectif: 48 000 dans plus de 70 pays

Ils ont publié en 2012 une étude sur l’impact des technologie dans l’organisation des entreprises : « L’entreprise a tout intérêt à favoriser le travail nomade »

Updated_Jones-Lang-LaSalle_PP3_Office-01Auparavant, les technologies les plus innovantes faisaient leur apparition dans les bureaux d’abord, avant éventuellement d’être adoptées par le grand public. Aujourd’hui, c’est l’inverse qui se produit. En témoigne l’essor du « Bring your Own Device ». Si le papier reste un outil de travail, et sert encore de support à la réflexion, il est de moins en moins utilisé comme moyen de stockage, et tend à être numérisé.

La synchronisation automatique des données, entre tous les outils utilisés par le collaborateur, devrait donc devenir la norme. De plus en plus, la communication devient convergente et unifiée : rendue accessible via n’importe quel média, qu’il s’agisse d’échanges en face à face, de mails, de SmS, de partage de documents, de visio-conférences…

En France, le management a encore des progrès à faire… 

Il y a des réticences des deux côtés à vrai dire : du côté des collaborateurs comme des managers. Mais les freins se situent principalement au niveau managérial, notamment au niveau du middle management. La direction des entreprises est en général favorable au travail mobile alors que les managers ont plus souvent le sentiment de perdre leurs équipes, de ne plus avoir le contrôle sur le temps de présence, sur la productivité, parce qu’ils ne voient plus leurs collaborateurs. Les salariés ont donc quant à eux le sentiment que s’ils ne sont pas physiquement à leur poste de travail, leur manager va considérer qu’ils ne travaillent pas.

Ceci dit, on voit peu à peu apparaître un management par objectifs – par opposition au management par le temps de présence. C’est un management long à mettre en place et la plupart des entreprises en est encore loin. Mais en tant qu’expert de l’immobilier d’entreprise, nous constatons aujourd’hui que les entreprises nous font de plus en plus systématiquement la demande d’espaces plus ouverts, collaboratifs, favorisant la proximité, l’ouverture, la convivialité. La révolution est donc en marche… Les PME enclines à se tourner vers la mobilité

Quel est l’intérêt de favoriser le nomadisme pour l’entreprise ?

Il représente beaucoup d’atouts : c’est un moyen d’attirer et de retenir les talents qui recherchent de plus en plus de flexibilité dans le travail, c’est également un moyen de créer de l’émulation en favorisant les rencontres et le travail collaboratif entre les différentes équipes et ainsi d’amener plus de créativité.

Les salariés ont de nouvelles attentes et attendent de l’entreprise qu’elle y réponde : plus de liberté, notamment pour concilier leurs impératifs privés pendant leur journée de travail, des horaires plus flexibles…

Au final, en mettant en place un management favorisant le nomadisme, l’entreprise y trouve toujours son intérêt : la gestion du temps est plus souple car même si les salariés peuvent quitter le travail plutôt, ils sont joignables sur de larges horaires, même une fois rentrés chez eux !

Groupe Nasse Demeco : le déménageur grandit toujours ! C’est dans le Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France sur BFM Business Radio

Diffusion : jeudi 3/4/14 à 21h | samedi 5/4/14 à 7h | dimanche 6/4/14 à 15h

Au sommaire :

TALK 1 : Groupe SLB : comment investir « intelligemment » dans une forêt au Brésil ?

TALK 2 : DEMECO : le déménageur s’agrandit

TALK 3 : Reportage chez Attractive World

TALK 3 et TALK 4 : Dossier : créer une marque et la faire vivre sur net ? Comment utiliser les big data pour être plus performants. Comment sont collectées et traitée ces données ?

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20140404_club_0.mp3]
TALK 2 : DEMECO avec  Patrick Bornhauser PDG et Virginie Brunel DG

logo_demeco

  • Activité: n°1 en France du déménagement et du transfert
  • Date de création: 1986
  • Lieu: Saint Jean de la Ruelle (45)
  • CA: 265 millions CA – Malgré un marché en repli depuis plusieurs années, le groupe enregistre également une croissance de plus de 5 % par an depuis 7 ans.
  • Effectif: 3000
  • 275 agences
  • 100 000 déménagements de particuliers et 20 000 transferts réalisés chaque année.

materiel-demeco_gdLeader sur le marché du déménagement et de transferts d’entreprises, le réseau Demeco s’est construit par acquisitions successives : plus de 45 acquisitions en bientôt 30 ans. Nasse Demeco, c’est donc une entreprise française qui malgré un contexte économique et sectoriel difficile parvient encore à développer son réseau grâce à une politique d’acquisitions active et un business model qui a fait ses preuves.

Ses différents services sont répartis en trois branches : les déménagements de particuliers, les transferts d’entreprises et d’administrations ainsi que les transferts industriels. Les activités grand public sont essentiellement représentées sous la marque Demeco. Sur les activités professionnelles, le Groupe s’appuie sur plusieurs marques fortes : Nasse et Marchand Transfert, DEMECO Transfert, Euroflash, GBA, Optima et E2MI.

Le saviez-vous ? 

« 65 % des gens citent Demeco spontanément pour le déménagement. C’est énorme. Nous représentons 25 à 30 % de parts de marché » souligne le PDG. 

DEMECO MINI

L’Actu 

A bientôt 30 ans, le groupe fait un nouveau pari avec la reprise partielle d’un des acteurs du marché, Groupe Guigard & Associés, implanté entre autres sur le bassin lyonnais : 8 implantations (volume d’affaires 15M€) et 120 salariés qui évitent la liquidation judiciaire et rejoignent ainsi le réseau Nasse Demeco.

Le fort positionnement de la société Guigard en région Rhône-Alpes, depuis sa création en 1930, constituera un atout décisif pour répondre encore plus efficacement à la demande locale des ménages et des Entreprises.

Attention : le groupe embauche (déménageurs et chauffeurs), mais ils ont du mal à trouver des candidats !

PARCOURS DE VIRGINIE BRUNEL

Virginie Brunel, DG de Demeco (Groupe Nasse), impose son style depuis 2011 dans l’univers très masculin du déménagement. 43 ans, mère de 4 enfants, à la tête d’un groupe qui pèse 250 millions d’euros de chiffre d’affaires et fédère un réseau de plus de 150 agents franchisés, elle manage tous les jours 28 directeurs et près de 600 salariés en France et en Espagne.

Elle prouve qu’être femme et dirigeant, même dans des « métiers d’hommes », c’est possible !

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Diplômée d’une école de commerce avec une spécialisation en audit-finance, j’ai passé quelques années dans la distribution, puis je suis tombée un peu par hasard dans le monde du déménagement.

Directeur Administratif et Financier au sein d’un groupement concurrent, une première opportunité s’est offerte à moi lorsque Christian Rousseau, le Directeur Général de l’époque, partant en retraite, m’a proposé de lui succéder. A 37 ans, je me suis ainsi retrouvée aux commandes d’un premier groupe de déménagement qui comptait déjà à l’époque une centaine d’entreprises adhérentes.

A 40 ans, j’étais prête à franchir une nouvelle étape dans ma carrière et à évoluer, dans un nouveau secteur. C’est alors que Patrick Bornhauser, PDG du Groupe Nasse Demeco, m’a proposé de le rejoindre à la Direction Générale de Nasse Demeco : une belle opportunité que je n’ai pas pu refuser et dans laquelle je m’épanouis tous les jours. 

 Selon vous, à votre poste, qu’est-ce qui fait la différence entre un manager homme et un manager femme ?

Tout d’abord, il faut le dire, c’est une vraie chance d’être une femme dans un métier d’homme. Dans mon secteur d’activité, à dominante masculine, la simplicité et la franchise sont des qualités essentielles. Dans l’univers du déménagement et du transfert d’Entreprises, il n’y a pas de détour, les échanges sont directs et les choses peuvent être dites librement… avec parfois des risques de confrontations « viriles ». Dans ce contexte,  être une femme est un véritable atout car je peux souvent me permettre de dire des choses qu’un homme ne pourrait pas dire à un autre.

Mais tout n’est pas, pour autant, toujours simple !

En savoir plus : le figaro.fr 

PARCOURS DE PATRICK BORNHAUSER

Patrick Bornhauser est un pilote automobile français né le 29 juin 1957 à Orléans.

Il dirige le groupe Demeco depuis 1986 et s’engage depuis 2012 dans le Championnat du monde d’endurance FIA au sein de l’écurie Larbre Compétition dont il est aussi un des sponsors.

Il débute la compétition automobile en 1975 dans des courses de côte. En 1984, il remporte le Trophée Citroën Visa et finit 2ème du Volant F3 La Châtre. De 1998 à 2003, il court dans le Championnat de France FFSA-GT en finissant en 2003 vice-champion N-GT en remportant 5 victoires de catégorie.

En 2004 et 2005, il est champion de France FFSA-GT avec 3 victoires par année, et vice-champion de France FIA-GT3 en 2006 avec 3 victoires également. Il remporte de nouveau le Championnat de France FFSA GT avec le team Larbre Compétition en 2008 sur une Saleen S7-R numéro 7 puis en 2010 sur une Porsche 997 GT3.