excelrise

[ENTREPRENDRE] – Les 1ers pas d’Arthur Lepage, d’Excelrise / Les conseils d’expert de Jean-David Chamboredon. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 24/2/18 à 7h – Dimanche 25/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

creation entreprise
⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1 & 2 : DOSSIER SPÉCIAL SALON DE L’AGRICULTURE, avec AGRICONOMIE, l' »Amazon des agriculteurs » et WEENAT, qui connecte les champs. 

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER
  • Les premiers pas dans l’entrepreneuriat d’Arthur Lepage, d’Excelrise
  • Les conseils d’expert de Jean-David Chamboredon, entrepreneur et investisseur (ISAI), président de France Digitale, et à l’origine du mouvement Les Pigeons

⇒ LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


LES PREMIERS PAS D’ARTHUR LEPAGE, président cofondateur d’Excelrise

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Reprendre des entreprises en difficulté, c’est le défi dans lequel s’est lancé Arthur Lepage, cofondateur du groupe ExcelRise. Un pari réussi, couronné par le Prix Ulysse remis par l’Association pour le retournement d’Entreprise (ARE) en février 2017.

Après une dizaine d’années en tant que trader, Arthur Lepage est touché par le virus de la reprise d’entreprise, qui présente selon lui l’avantage « de pouvoir s’appuyer un actif de départ, et de ne pas partir de zéro. » Dans les années 90, il reprend avec un ami une entreprise du secteur internet, qu’il revend en 2002 après plusieurs levées de fonds. Avec deux autres associés, ils reprennent ensuite en 2003 et 2004 deux PME françaises industrielles en difficulté, qui ont des activités complémentaires : Ceisa Packaging (emballages boisson) et Semoflex (emballages pour le secteur de l’hygiène et de l’industrie). C’est ainsi que les 4 associés constituent le groupe ExcelRise, spécialisé dans les films plastiques.

LES CONSEILS D’EXPERT de JEAN-DAVID CHAMBOREDON, entrepreneur et investisseur, président du fonds ISAI, président de France Digitale.

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

SES 10 CONSEILS POUR CRÉER SA STARTUP

  • Se méfier de l’avis des proches
  • Savoir réseauter
  • Etre à l’écoute des « feedbacks »
  • Commencer avec peu de moyens pour se lancer rapidement
  • Bien réfléchir avant de se lancer dans le crowdfunding
  • Etre réaliste dans sa quête de financement
  • Ne pas confondre investisseur et banquier
  • Ne pas vouloir être trop original
  • Recruter une équipe aux compétences diversifiées
  • Soigner son storytelling

Source: Challenges

Publicité

Excelrise ou l’art de redresser les entreprises. C’est au prochain Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Dans le prochain Business Club de France : 
Samedi 3/2/18 à 7h – Dimanche 4/2/18 à 15h

⇒ Uniquement sur BFM Business Radio 

ceisa-packaging.jpg

⇒ PREMIÈRE PARTIE 

TALK 1: CLÉOPÂTRE et la folie du slime

TALK 2 : EXCELRISE, une success story industrielle à la Française

⇒ DEUXIÈME PARTIE: CRÉER, REPRENDRE, DÉVELOPPER

LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR DES ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 2: EXCELRISE, Avec Arthur Lepage, président cofondateur

(Ré)écoutez et téléchargez cette interview:

Excelrise est composé d’une équipe d’experts spécialistes des redressements d’entreprise traversant des périodes difficiles : restructuration, redressement, croissances volatiles

Avec 2 associés, Arthur Lepage fait l’acquisition en 2002 de l’entreprise Ceisa Packaging, spécialisée dans l’extrusion, la transformation et l’impression de film d’emballage en matière plastique et mise en redressement judiciaire. Aujourd’hui le groupe est leader sur son marché et affiche une croissance de +25 % par an depuis 10 ans avec un CA à 55 millions d’euros pour 175 personnes employées fin 2016. A titre d’exemple, 85 personnes ont été embauchées par Ceisa depuis sa reprise par les équipes Excelrise.

Elle a d’ailleurs remporté le Prix de la meilleure reprise d’entreprise en janvier 2017 décerné par l’Association pour le Retournement des Entreprises.

 Excelrise figure aujourd’hui dans le Top15 des emballages PE en Europe avec un CA annuel de 110 millions d’euros et emploie 350 personnes. Comme preuve de son succès, le holding industriel a choisi de rapatrier en janvier 2014 2 lignes de production de Roumanie sur le site des Vosges afin de favoriser l’emploi français.

LES CHIFFRES CLÉS D’EXCELRISE

  • Activité: un des leaders européens de l’emballage plastique
  • Date de création: 2002
  • Siège social: Paris
  • CA: 110 millions € dont 55 M pour Ceisa Packaging et 55M pour Semo packaging
  • Effectif: 350
  • 4 sites de productions en tout: Eure, Orléans, Vosges et Pyrénées

EXCELRISE A REPRIS:

1 – Ceisa Packaging en 2004, basée à Bernay dans l’Eure, spécialisée dans les films imprimés rétractables pour les marchés des boissons et des produits agro-alimentaires, et mise en redressement judiciaire. Aujourd’hui le groupe est leader sur son marché et affiche une croissance de +25 % par an depuis 10 ans avec un CA à 55 millions d’euros pour 175 personnes employées fin 2016. A titre d’exemple, 85 personnes ont été embauchées par Ceisa depuis sa reprise par les équipes Excelrise.

80% à l’export – Filiales Pologne, Russie, Maroc

2 – Semo Packaging en 2013, qui commercialise des films, gaines et sacs imprimés à destination des marchés de l’hygiène, boisson et agroalimentaire. 55 millions CA, 175 employés. 25% du CA à l’export 

Les activités des deux entreprises sont complémentaires.

> Le tout forme la holding EXCELRISE qui est devenu aujourd’hui dans le Top15 des emballages PE en Europe.

excelrise_image1

LA STRATÉGIE POUR REDRESSER UNE ENTREPRISE

Dans Les Echos – Pour reprendre une entreprise en difficulté, la première règle est d’abord de bien choisir sa cible. « Nous ciblons des entreprises sous-performantes ou ayant connu des accidents de parcours, mais évoluant sur des marchés porteurs », explique Arthur Lepage. Il trouve Ceisa via un administrateur judiciaire et le cabinet KPMG. « C’est suite à la faillite de la maison mère de Ceisa que cette entreprise a subi la perte de ses deux principaux clients dont Nestlé Waters et Coca-Cola. Elle était donc en perte de vitesse, se souvient Arthur Lepage. Nous l’avons donc rachetée en redressement judiciaire, en reprenant les actifs. »

Sur 140 salariés, l’entité en conservera 90… avec pour but de remonter la pente, car le chiffre d’affaires était alors divisé par deux. Pari réussi, puisque Ceisa retrouve l’équilibre en un an et demi. Au final, son chiffre d’affaires sera ainsi multiplié par 4 en 4 ans. Aujourd’hui, la structure est rentable et affiche une croissance de 25 % par an depuis 10 ans. Preuve de sa belle réussite, 70 personnes ont été embauchées depuis sa reprise par l’équipe actuelle portant le chiffre d’affaires à 55 millions d’euros pour 175 personnes fin 2016.

Pour financer ces opérations, les repreneurs investissent d’abord leurs deniers personnels. Ensuite, charge à eux de convaincre les banques de les suivre, via un plan stratégique solide en identifiant bien les foyers de perte. « Il faut convaincre les salariés, les fournisseurs et les clients du sérieux de ce plan, souligne Arthur Lepage. Les salariés sont toujours très inquiets. Les 100 premiers jours, notamment, il est capital de communiquer régulièrement, d’organiser des réunions trimestrielles pour suivre l’avancée du plan, faire un bilan et dessiner des perspectives. »

Une fois le rachat effectif, « la clef de la réussite, c’est d’aller très vite ! Il faut entre 6 et 12 mois pour retrouver l’équilibre, assure le serial repreneur, afin de rassurer l’ensemble des partenaires et remobiliser les équipes. » Une attention particulière est également portée aux clients et fournisseurs. « Tout l’enjeu est de redonner confiance, après des mois de sous-investissement commercial. » Les associés enchaînent donc les rendez-vous commerciaux, misent sur « l’innovation et un travail important sur la qualité produit. » Ils investissent ainsi 5 % du chiffre d’affaires en R&D chaque année, soit environ 5 millions d’euros. L’objectif ? Développer des emballages écologiques, conçus à partir de déchets plastiques recyclés. Autre source de croissance, l’export : aujourd’hui, 60 % de la production de Ceisa est dédiée à l’international.