medtech

Doctolib lève 35 millions €!

Publié le

Doctolib logoLa plateforme de prise de rendez-vous médicaux en ligne avait déjà levé 26 millions € en début d’année. Près de 30 000 professionnels de la santé sont référencés. Cette levée de fonds va permettre d’accroître la présence de l’entreprise sur le marché allemand, mais aussi de recruter 200 personnes en 2018.

Les fonds ont été levés auprès d’Eurazeo, BPI France. BFM Business précise aussi que  « parmi les actionnaires de Doctolib figurent également des spécialistes de l’économie numérique comme le fonds international de capital-risque Accel, ou des entrepreneurs comme Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur du site de commerce en ligne PriceMinister, et Nicolas Brusson, cofondateur de la start-up française de covoiturage BlaBlaCar ».

Au printemps dernier, Doctolib mettait en place un partenariat avec l’AP-HP : 

Dans le cadre de cet accord, les patients auront la possibilité de prendre un rendez-vous en ligne avec l’un des 9 000 médecins de l’AP-HP d’ici juin 2018.

En s’alliant avec Doctolib, l’AP-HP vise 1,2 million de rendez-vous pris en ligne chaque année, sur 4 millions de consultations. Le coût du déploiement de ce dispositif est évalué «entre 1 et 2 millions d’euros sur la durée du marché (quatre ans)» par l’AP-HP.

(Ré)écoutez notre interview de Stanislas Niox-Chateau lors de la levée de fonds de janvier 2017:

 

 

Business Club au Salon des Entrepreneurs pour une émission spéciale « Innovations » (podcast audio et vidéo)

Publié le Mis à jour le

Dans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

Diffusé samedi 7/2/15 à 7h  | dimanche 8/2/15 à 15h

Émission spéciale « Salon des Entrepreneurs » 

À l’occasion du Salon des Entrepreneurs qui s’est déroulé à Paris mercredi 4 et jeudi 5 février 2015, nous nous sommes « installés » dans le studio TV du Groupe Les Échos. Merci pour leur accueil chaleureux et pour avoir aussi filmé cette émission qui sera bientôt disponible en images sur ce blog. 

Nous avons souhaité, pour cette émission spéciale, mettre l’accent sur les innovations du moment. Innovation dans le financement avec le crowdfunding, innovation dans le management avec ces « nouveaux » entrepreneurs, innovations technologiques dans le domaine médical, environnemental mais aussi avec les objets connectés. Enfin, les conseils pratiques du Médiateur National Inter-Entreprises pour les entreprises innovantes ! 

→Nos Invités

  • Xavier Kergall, fondateur du Salon des Entrepreneurs
  • Bertin Nahum, président de MEDTECH
  • Vincent Ricordeau, président cofondateur de KISSKISSSBANKBANK
  • Fred Potter, président fondateur de NETATMO 
  • Quentin Martin-Laval, président cofondateur de ECHY
  • Pierre Pelouzet, médiateur inter-entreprises

sde-print

Partie 1 (version radio) 

Partie 1 (émission radio filmée)

Partie 2 (version radio) 

Partie 2 (émission radio filmée)

Partie 3 (version radio) 

Partie 3 (émission radio filmée)

Partie 4 (version radio)

Partie 4 (émission radio filmée)

→À propos du Salon des Entrepreneurs…

  • 22ème édition en 2015 – Créé en 1993
  • 60 000 visiteurs
  • 400 partenaires & exposants
  • 200 conférences & ateliers
  • Thématiques 2015: Numérique et crowdfunding

Présent chaque année à PARIS, LYON et NANTES, le Salon des Entrepreneurs est le seul événement en France qui réunit autant de compétences et d’acteurs – privés et publics – pour accompagner la création et la croissance des entreprises.

→La France qui entreprend ! (début 2015)

25% des Français disent avoir envie de créer ou reprendre un jour une entreprise, soit un vivier de 13 millions d’entrepreneurs potentiels en France. Un chiffre qui grimpe même à 46% chez les 18-34 ans.

Avec plus d’ 1 million d’entreprises nouvelles en 2 ans, la France mérite d’ores-et-déjà ses galons de terre d’entrepreneurs (entre le désir et la réalité, près d’1 intentionniste sur 2 passe déjà à l’acte).

Cette réserve d’entrepreneurs est appelée à augmenter, avec les opportunités qu’offrent les nouvelles solutions de financements alternatives, comme le crowdfunding. 

→Le crowdfunding 

Le phénomène a pris de l’ampleur et dévoile tout son potentiel en France depuis l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi en octobre 2014 autorisant aussi le financement des TPE-PME par l’intermédiaire de nouvelles plateformes de « prêts rémunérés » et de « prises de capital ». 

D’après une étude publiée lors de ce salon :

  • 66%  des Français connaissent le crowdfunding
  • 23% des Français se disent même « bons connaisseurs »
  • 7% des Français  disent avoir déjà donné, prêté ou investi de l’argent sur une plateforme de crowdfunding
  • 47% des Français envisagent d’investir de l’argent demain sur une plateforme de crowdfunding (prêts rémunérés) soit 24 millions d’individus pour 75 milliards d’euros potentiels de prêts aux TPE-PME ! (base de calcul : 24 millions x 3 166 € d’intention moyenne de prêt sur un an = 75 milliards d’euros)

Innovation dans le financement : le crowdfunding

Vincent Ricordeau – Président et cofondateur de KISS KISS BANK BANK 

v ricordeau
Vincent Ricordeau

Fondé par Ombline Le Vasseur, Vincent Ricordeau et Adrien Aumont, KissKissBankBank aide à collecter des fonds pour réaliser tout type de projet. Face au succès de l’initiative, les fondateurs ont mis au point en 2013 Hellomerci.fr, une plateforme de prêts solidaires directs, et Lendopolis, une autre plateforme dédiée aux prêts rémunérés pour TPE ou PME. 

  • Créé en 2010
  • – 25 millions d’euros récoltés depuis 5 ans
  • – La plateforme est rentable depuis 2013, avec environ 1,5 million € de CA

Quelles sont les catégories qui remportent le plus de succès ?

Sur KissKissBankBank, l’audiovisuel, la musique, les projets très créatifs de façon générale. Sur Hellomerci, tout ce qui est relatif au commerce et à l’artisanat. Sur Lendopolis, il est encore trop tôt pour le dire. Mais nous avons reçu une grande quantité de dossiers, dans des domaines ultra variés tels que le web, la restauration, le photovoltaïque, l’agriculture…

Envisagez-vous de vous développer à l’international ?

Ce n’est pas prévu pour le moment. Cependant KissKissBankBank est déjà actif en Belgique, au Canada, en Hollande, en Italie… à travers des franchises.

Source abc-luxe

Innovation technologique dans le monde médical

Bertin Nahum – Président-fondateur de MEDTECH

Bertin Nahum
Bertin Nahum

Medtech est reconnu mondialement pour son robot Rosa, qui assiste les neurochirurgiens lors d’opérations au niveau de la boite crânienne. Créé en 2009, Rosa Brain guide et aide les médecins lors de biopsies, d’implantations d’électrodes et de procédures à crâne ouvert. À ce jour, plus de 1 100 opérations ont été réalisées à l’aide du robot Rosa.. Le « petit nouveau » s’appelle Rosa Spine servira à l’assistance de chirurgiens dans des opérations sur la colonne vertébrale. 

Le saviez-vous ? Bertin Nahum a été nommé quatrième entrepreneur le plus innovant par le magazine américain Discovery Series en 2013 (juste derrière Steve Jobs – Mark Zuckerberg et James Camerone)

  • Introduction de Medtech en Bourse en octobre 2013 (20 millions € levés)
  • Sur les cinq machines vendues, trois l’ont été à des hopitaux américains, ce qui témoigne de la légitimité que se construit cette PME française d’une vingtaine de salariés.
  • Rosa est commercialisé 400.000 euros au tarif catalogue, un coût nettement moins élevé que les robots américains (1,5 million de dollars pour un robot Zeus du leader du secteur Intuitive Surgical).
  • Une révolution est en cours dans le monde médical. Alors que seulement 1.000 opérations dans le monde ont été réalisées avec l’aide d’un robot en 2000, près de 360.000 interventions assistées ont eu lieu en 2011 et 450.000 en 2012.

Le marché global des robots chirurgiens devrait atteindre 20 milliards de dollars en 2019, d’après le bureau d’études WinterGreen Research.

Source Capital.fr

Reportage réalisé par Doctissimo: présentation du robot ROSA™ et de ses applications par Bertin Nahum, fondateur de Medtech.

Innovation technologique: les nouveaux objets connectés 

Fred Potter – Président de NETATMO

Fred Potter
Fred Potter

Créée en 2011, Netatmo est une société française spécialiste des objets connectés. Les quatre produits de la marque ont tous été largement récompensés au « CES Innovations Design and Engineering Awards »  de Las Vegas en 2013, 2014 et 2015. Cette année, Welcome remporte 4 prix dans les catégories suivantes : « Smart Home », « Home Appliances », « Digital Imaging » et « Tech for a better World ».

Leurs créations :

En 2012. La Station Météo pour Smartphone mesure l’environnement dans plus de 170 pays et constitue le plus grand réseau de partage de données météorologiques au monde.

En 2013. Le Thermostat pour Smartphone dessiné par Philippe Starck, commercialisé en 2013, permet de contrôler son chauffage à distance et de réaliser des économies d’énergie. Il est aujourd’hui disponible dans 7 pays européens.

En 2014. Le bracelet June mesure l’exposition réelle aux rayons du soleil et donne des conseils de protection solaire personnalisés.

En 2015. Lors du CES de Las Vegas, Netatmo dévoile Welcome, la caméra capable de reconnaître chaque membre de la famille.

Le saviez-vous ? 11 millions de Français équipés d’objets connectés en 2017 et 30 milliards d’objets connectés dans le monde en 2020

Fred Potter n’en est pas à sa première entreprise. Cirpack, en 1998, était déjà au cœur de la transformation induite par le numérique, avec l’idée que « l’Internet pouvait manger le téléphone » (téléphonie sur ADSL). L’Internet des objets est pour lui un nouveau challenge, depuis qu’il a co-fondé Withings en 2009. En 2012, il prend son indépendance, crée Netatmo.

Innovation technologique: pour notre bien-être et pour l’environnement

Quentin Martin-Laval – Président – Co-fondateur de ECHY

Quentin Martin Laval
Quentin Martin Laval

Un geste innovant pour le quotidien, voilà le pari d’Echy, jeune start-up fondée par Florent Longa et Quentin Martin-Laval, deux brillants polytechniciens. 

Echy permet d‘apporter à l’intérieur des bâtiments, y compris dans les pièces muettes, la lumière naturelle. Concrètement, le dispositif capte les rayons du soleil et les transporte grâce à de la fibre optique. En octobre 2013, la start-up, créée un an auparavant, a procédé à une installation pilote à Vitrolles, dans les locaux du bureau d’études Setec International. L’un de ses panneaux de capteurs de 3m2 permet d’éclairer un couloir, une salle de réunion, et une salle de reprographie, soit 50 m2 au sous-sol du bâtiment. Echy filtre les infrarouges et les ultraviolets mais transmet sans altération les couleurs contenues dans la lumière naturelle. Résultat, une véritable luminothérapie pour les salariés et une installation écologique qui ne consomme pas d’énergie pour fonctionner.

Une alternative écologique et économique

30% de l’électricité produite dans les bâtiments industriels et commerciaux sont consacrés à l’éclairage intérieur. Alors que le rendement de l’énergie photovoltaïque plafonne à 3%, celui d’ECHY atteint jusqu’à 18 % en utilisant directement la lumière du soleil. La lumière naturelle est en effet captée à l’extérieur des bâtiments et apportée à l’intérieur grâce à des fibres optiques.

Cette nouvelle solution ECHY est brevetée et permet de réduire la facture énergétique de manière significative, en particulier dans les zones géographiques ensoleillées. En moyenne, un panneau ECHY de 3 m2 peut éclairer une surface de 50 à 80 m². Par ailleurs, cette « fenêtre naturelle » ECHY est modulable et met particulièrement bien en valeur les produits en magasin, showroom, etc.,… Un impact qui n’est plus à démontrer en marketing.

Source relations-publiques

Innovation : le mot du Médiateur Inter-Entreprises Pierre Pelouzet

Pierre-Pelouzet-accueil 2
Pierre Pelouzet

Vous êtes également en charge de la médiation de l’innovation. Quels sont vos dossiers les plus urgents ?

Il faut sécuriser l’utilisation du crédit impôt recherche [CIR]. Sur ce point, nous travaillons sur un référentiel des cabinets de conseil qui accompagnent les entreprises, contre de fortes rémunérations, qui souhaitent utiliser le CIR. Tous les cabinets de conseil n’auraient pas un jugement fiable. Il faut aussi traiter les dossiers mettant aux prises les laboratoires de recherche publique et les entreprises. Les relations se tendent quand, après l’étape des travaux de recherche, intervient la création du produit. Les batailles autour de la propriété intellectuelles peuvent être acharnées. Nous devons intervenir.

Source : La Tribune

Medtech obtient 8,3 M€ de BPI France

Publié le Mis à jour le

medtechMEDTECH, créée en 2002 et spécialisée dans l’assistance robotique à la chirurgie annonce la signature avec Bpifrance d’un contrat de financement à hauteur de 8,3 millions d’euros. Il s’agit d’un programme « Innovation Stratégique Industrielle » (ISI) réunissant trois partenaires industriels dont Medtech est le chef de file. Les deux autres partenaires sont Spinevision, société innovante spécialisée dans la conception et la commercialisation d’implants dédiés à la chirurgie du rachis, et Stäubli spécialiste international en robotique industrielle.

Medtech est reconnu mondialement pour son robot Rosa, qui assiste les neurochirurgiens lors d’opérations au niveau de la boite crânienne. Créé en 2009, Rosa guide et aide les médecins lors de biopsies, d’implantations d’électrodes et de procédures à crâne ouvert. Composé d’un bras chirurgical, d’un écran tactile et d’un logiciel permettant de planifier de façon très minutieuse l’acte médical, le robot Rosa est un « GPS » de la boite crânienne. A ce jour, plus de 1 100 opérations ont été réalisées à l’aide du robot Rosa.

Bertin-Nahum-au-tableau-d-honneur_article_landscape_pm_v8« Medtech est fière de recevoir ce nouveau soutien de Bpifrance dans le cadre de ce financement ISI. Au travers de ce projet innovant entièrement dédié à la santé, Medtech et ses partenaires ambitionnent de franchir des étapes majeures dans les solutions d’assistance dédiées à la chirurgie moderne. » précise Bertin Nahum, PDG de Medtech. (Source: Zone Bourse

BERTIN NAHUM était l’invité du Business Club en 2012, alors qu’il a été élu par le magazine américain Discovery Series 4 e patron le plus révolutionnaire au monde derrière Steve Jobs, Mark Zuckerberg et James Cameron.

Réécoutez et téléchargez l’émission: [audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20121105_club_1.mp3]

Colère des entrepreneurs, rapport Gallois (en intégralité), B. Nahum un patron révolutionnaire : c’était dans le BCF (podcast)

Publié le Mis à jour le

C’était dans le Business Club de France diffusé sam 3/11 à 7H et dim 4/11 à 15H.

Au sommaire :

Écouter ou réécouter l’émission :

La colère des entrepreneurs avec nos invités dans l’émission : Patrick Robin, pdt fondateur de l’agence 24H00 et Guillaume Cairou, pdt de Didaxis

-> DÉCOUVREZ ICI L’INTÉGRALITÉ  Rapport Gallois

Revenons tout d’abord sur le mouvement des Pigeons…

Jean-David Chamboredon, directeur du fonds d’investissement ISAI et porte-parole des “Pigeons” annonce la suspension d’activité du mouvement sur les réseaux sociaux à partir du 29 octobre 2012 à minuit… jusqu’au vote du PLF 2013 par le Parlement… 

Pourquoi cette fermeture ? C’était dans Good Morning Business de Stéphane Soumier.

Jean-David Chamboredon

————————->

Avec Bertin Nahum (38 ans à la tête de Medtech) élu par le magazine américain Discovery Series 4 e patron le plus révolutionnaire au monde derrière Steve Jobs, Mark Zuckerberg et James Cameron. Il est dans le Business Club de France (podcast ci-dessus). Il était aussi l’invité de Stéphane Soumier, mercredi dernier.

MedTech :

Medtech, créée en 2002 et spécialisée dans l’assistance robotique à la chirurgie. Sa dernière création, Rosa, un robot assistant les neurochirurgiens lors d’opérations au niveau de la boite crânienne. Créé en 2009, Rosa guide et aide les médecins lors de biopsies, d’implantations d’électrodes et de procédures à crâne ouvert. Composé d’un bras chirurgical, d’un écran tactile et d’un logiciel permettant de planifier de façon très minutieuse l’acte médical, le robot Rosa est un « GPS » de la boite crânienne. A ce jour, plus de 600 opérations ont été réalisées à l’aide du robot Rosa.

————————->

Pour revenir à la colère des patrons : 

Selon un sondage réalisé pour Fiducial près de 80% des dirigeants de TPE déclarent que le mouvement des Pigeons se développera à l’avenir. La raison? Il est jugé plus moderne et efficace par 62% d’entre eux pour faire reculer le gouvernement. C’est ce qui ressort du sondage de l’Institut Think réalisé pour Fiducial, publié le 30 octobre.

Les pigeons plus fort que les syndicats ? La question peut se poser aujourd’hui. Enfin cette étude nous apprend que pratiquement  un patron de TPE sur deux juge que les mesures économiques de François Hollande ne sont “ni meilleures, ni moins bonnes” que son prédécesseur.

Alors où en est-on ? « Loin du compte est l’heure reste grave, rien n’a été réglé ! » déclare Patrick Robin, président fondateur de l’agence 24H00 qui viendra nous parler du manifeste des entrepreneurs signés par 3000 chefs d’entreprises et qui a été remis au Président de la République (lire plus bas le manifeste en intégralité).

NOUS COMPLÉTERONS CE POST AVEC LES PROPOSITIONS DU RAPPORT GALLOIS QUI SONT PRÉSENTÉES CE JOUR…

————————->

Guillaume Cairou, Pdt de Didaxis, Pdt du club des entrepreneurs et membre de Croissance plus s’est exprimé aujourd’hui (lundi 5/11) à l’issue de la remise du RapportGallois à Matignon.

Sa réaction ce lundi 5/11 :

Compétitivité : « Les entrepreneurs exhortent le Gouvernement à suivre le rapport Gallois. Il y a urgence à agir ! » (extrait)

Le poids actuel des cotisations sociales qui pèsent sur les entrepreneurs français est de 22 points plus élevé en France que chez notre voisin Allemand. Qui peut sérieusement contester le fait que cela est un handicap évident et que cela ne peut plus durer ? Ouvrons les yeux, depuis vingt ans, la part de marché des entreprises françaises est passée de 7,1 % à 3,9 % des échanges mondiaux, va-t-on vraiment attendre que cette part soit nulle pour réagir ?

Pour un même coût du travail, 4 000 euros brut, nous entrepreneurs, payons 1 217 euros de charges patronales alors que notre voisin allemand n’en paye que 695. C’est près du double. Et le salarié français perçoit un salaire net de 2 400 euros, alors que le salarié allemand reçoit un salaire net de 2 615 euros. Résultat : ce sont les salariés français et l’emploi en France qui sont pénalisés. Comment peut-on à partir de ce constat simple mais issu de notre quotidien d’entrepreneur, nier que notre pays connaît un problème de coût du travail ?

TEXTE DU MANIFESTE

Lire la suite »