petites annonces

[LE FOCUS DE LA SEMAINE] – Easyverif évite les arnaques des petites annonces. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

LOGO-EASYVERIF-HOMEPAGE.pngLogo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France

Uniquement sur BFM Radio! 

 

 

→ Diffusion : samedi 21 octobre 2017 à 7h et dimanche 22 octobre à 15h


TALK 1: SENDINBLUE veut devenir le leader du marketing digital des PME en France

LE FOCUS DE LA SEMAINE : EASYVERIF : contrôle sur place la véracité des petites annonces… et part bientôt pour un tour de monde de reconstruction des villages sinistrés!

TALK 2: WANDERCRAFT a levé 15 millions € pour bientôt permettre aux handicapés de remarcher

[CHRONIQUE] – LES PREMIERS PAS de… 3D Ceram / ENTREPRENDRE, JE ME LANCE: les conseils de Bruno Le Besnerais, du Conseil de l’Ordre des Experts Comptables

TALK 4: LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR des ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


[LE FOCUS DE LA SEMAINE] – EASYVERIF, avec Célina Maubert, cofondatrice

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

Un couple atypique, un tantinet bohème, lance une startup de
vérification d’annonces, dans le but de financer un projet surprenant.
De nombreuses arnaques circulent aujourd’hui sur internet. Séduits par une annonce bien souvent trop alléchante, nombreux sont les individus qui se font piéger par une escroquerie en ligne. La startup Easyverif est une plateforme qui permet d’assurer aux internautes une vérification des annonces de véhicules, de nautisme et d’immobilier.

 

Easyverif, le site qui évite les arnaques aux petites annonces

Flanqué et épaulé de ses 700 contrôleurs, le site vérifie sur demande la véracité des annonces. Un concept malin et efficace qui permet de vraies économies de temps et d’argent.

L’arme secrète de la plateforme ? Ses 700 contrôleurs –professionnels ou anciens professionnelstriés sur le volet en raison de leur expertise dans chacun des trois domaines de prédilection du site, l’immobilier, le nautisme, et les véhicules. Leur mission : se rendre physiquement auprès des annonceurs afin de vérifier leurs dires.

D’ici à la fin de l’année, le site devrait avoir doublé le nombre de contrôleurs pour répondre à la progression de la demande

easyverif homepage.png«Le contrôleur peut se déplacer seul ou avec la personne qui désire acquérir le bien ou le louer, comme dans le cas d’une location saisonnière type Airbnb, détaille Célina Maubert, la présidente d’Easyverif. Dans tous les cas, il est tenu de fournir un compte-rendu détaillé qui évaluera précisément, et de manière neutre, la fiabilité de l’annonce.» Une bonne façon d’éviter des pertes de temps et d’argent souvent importantes, mais également de se rassurer sur son choix si l’on n’a pas les compétences nécessaires.

Trois jours chrono

En général, le contrôle est conclu en 72 heures maximum, rendu du rapport compris. Quant au choix de l’expert, il est laissé à la libre appréciation des utilisateurs du service. Les 700 contrôleurs disposent, sur le site, d’une fiche de présentation par localisation géographique qui résume en quelques mots leur CV et leur domaine d’intervention. Easyverif facture, tarif unique, 79 euros par mission dont 35 euros sont rétrocédés aux contrôleurs eux-mêmes qui bénéficient ainsi «d’un complément de revenu», note Célina Maubert.

Gain d’argent

Véritablement lancé à la fin de l’année 2016, Easyverif enregistre des chiffres de croissance impressionnants, signe de l’intérêt qu’il suscite. «Nous avons comptabilisé des pics allant jusqu’à 250 % d’augmentation d’utilisation de nos services par semaine, confirme Célina Maubert. Les retours que nous avons sont très encourageants. Etre accompagné par un professionnel rassure. Mais il y a plus : dans bien des cas, cela permet également de négocier les prix avec succès. D’où, pour nos utilisateurs, un gain d’argent supplémentaire.» Célina Maubert prévoit déjà l’extension du service au reste de l’Europe à l’horizon 2018/2019. (source: Le Point)

> EASYVERIF C’EST AUSSI UN PROJET HUMANITAIRE 

tour-du-monde.jpgCédric Boisson, cofondateur: « Nous sommes passionnés tous deux de voile, et surtout, nous voulons faire offrande à nos enfants d’une vision différente du monde dans lequel ils peuvent évoluer. Donc, nous comptons acheter un bateau, le retaper, et embarquer avec nous tous les seniors professionnels du bâtiment qui le souhaiteront. Nous ferons un tour du monde afin de rebâtir les villages qui auraient subi les ravages des conflits. C’est une action humanitaire que nous voulons monter, c’est réellement ce qui nous tient à cœur ».

Publicités

Troc.com dynamise le dépôt-vente. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

Logo_Troc_com1Logo-BFMBusiness-sans-contourAu Business Club de France –
Uniquement sur BFM Radio! 

 

 

 

→ Diffusion : samedi 23 octobre 2017 à 7h et dimanche 24 septembre à 15h


 

DANS L’ACTU: Le Figaro négocie l’achat de Marco & Vasco

TALK 1: ITOP réinvente la pédagogie avec ses Environnements Numériques de Travail

FOCUS DE LA SEMAINE: +15% de ventes de programmes français à l’étranger

TALK 2: TROC.COM ou le multicanal de l’occasion

TALK 3 : [NOUVELLES CHRONIQUES] – LES PREMIERS PAS DE… ALLTRICKS, avec Gary Anssens // ENTREPRENDRE: JE ME LANCE, avec Dominique Restino

TALK 4: LE RENDEZ-VOUS DU MÉDIATEUR des ENTREPRISES, avec Pierre Pelouzet


TALK 2: TROC.COM, avec Fabrice BAJ, directeur général Europe

(Ré)écouter et télécharger cette interview:

Logo_Troc_com1Leader européen de l’occasion, Troc.com a démocratisé la seconde main en France dès les années 80. Activité: leader européen de l’occasion.

Quand Troc de l’Ile voit le jour en 1982, le marché de l’occasion en est à ses prémices : les consommateurs qui se sont massivement équipés pendant les 30 Glorieuses veulent se débarrasser de l’ancien pour acheter du neuf, raconte son fondateur Jean-Pierre Boudier, de passage au siège de l’entreprise après avoir pris sa retraite à l’âge de 74 ans.

Ancien cadre de la distribution au chômage, il souhaite alors «apporter une alternative» à une clientèle qui, pour revendre ses biens, n’a que les journaux de petites annonces à sa disposition. Il ouvre un premier dépôt-vente de 1.000 m2, puis très vite six succursales, avant d’accélérer en 1987 le développement de l’entreprise par le biais de la franchise. D’abord en France puis en Europe (Allemagne, Belgique, Espagne, Luxembourg, Suisse). En 2007, Troc de l’île devient troc.com. La société entre en Bourse, puis s’agrandit fin 2010 en croquant son rival La Trocante. (source: 20minutes)

VISITE DU MAGASIN TROC.COM DE LA ROCHELLE

LES CHIFFRES CLÉS DE TROC.COM

  • Date de création: 1982
  • Siège social: Les Angles (30)
  • CA: 98 millions en 2016
  • L’entreprise fête ses 35 ans.
  • Présence dans six pays européens (France, Belgique, Suisse, Espagne, Luxembourg, Allemagne)
  • 115 points de vente
  • Chaque année 300 000 produits vendus
  • Troc.com est la seule enseigne disposant d’une stratégie multi-canal aussi performante, entre les magasins physiques, les magasins virtuels sur internet, le site de petites annonces.
  • Objets de maison, de sport et loisirs, nouvelles technologies

Capture d’écran 2017-09-20 à 15.58.02.png

STRATÉGIE ET OBJECTIFS

>> MODERNISATION DES MAGASINS

Troc.com rénove son offre et son réseau

Face à la concurrence des plates-formes internet, le leader européen du dépôt-vente a subi une érosion de ses activités. Il révise son approche en magasins et sur le web pour résister.

Si l’enseigne a compté à une époque 180 points de vente en France et en Europe, elle a rationalisé son réseau, au gré des départs en retraite de ses franchisés historiques, de l’abandon de zones géographiques en manque de résultats et de l’arrivée de nouveaux candidats franchisés. La cible prioritaire actuelle concerne les villes ou agglomérations de 100 000 habitants  où la pression immobilière reste raisonnable.

Souvent démodés et poussiéreux, 80 établissements en France devraient être revus d’ici à la fin 2018 grâce à la mise en place d’un système d’accompagnement financier qui prendra en charge le tiers de l’investissement nécessaire. Là où ces remodelages ont été faits, à Dijon, Brive, Limoges et dans une quinzaine de villes, le chiffre d’affaires s’est accru de 10 % en moyenne. Le modèle de distribution va aussi subir un sérieux coup de jeune, avec la montée en puissance des offres de rachat plutôt que le dépôt-vente. Un tiers des produits en magasin (300.000 au total) est déjà géré selon ce mode, ce qui représente un besoin de trésorerie de 10 millions d’euros, mais une marge supérieure de 20 points.

Centrale d’achats

De nouveaux magasins vont également voir le jour, principalement dans des villes moyennes, où le prix modeste des loyers offre une meilleure rentabilité. Une quinzaine d’ouvertures sont prévues ces cinq prochaines années. Enfin, une centrale d’achats va être créée pour gérer les nouveaux partenariats que multiplie la franchise. Un accord a été conclu avec le réseau Envie, une fédération d’entreprises d’insertion qui recycle toutes sortes d’équipements électriques et électroniques dans une cinquantaine d’ateliers, qui fourniront leurs surplus garantis six mois. D’autres produits de seconde main sont concernés, tels les vêtements de marque, les smartphones ou les ordinateurs. Ces nouvelles mesures devraient permettre à Troc.com d’atteindre 120 millions d’euros de chiffre d’affaires dans cinq ans, contre 98 millions d’euros cette année.

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/31/03/2017/LesEchos/22416-119-ECH_troc-com-mue-pour-se-relancer-en-ligne.htm#xwZW1jk5JfAvC29g.99

L’enseigne veut ouvrir 25 nouveaux établissements en 5 ans dont 15 en France pour atteindre 140 magasins et un chiffre d’affaires avoisinant les 120 millions d’euros.

En France, Troc.com cible en particulier les agglomérations de Bordeaux, Lyon, et Toulouse. En Europe, l’Allemagne et la Belgique constituent des pays prioritaires. (source: Ouest-France)

>> LE SITE DE PETITES ANNONCES EST EN LIGNE DEPUIS DÉBUT SEPTEMBRE

Le web to store est la clé de la réussite de l’entreprise

Objectif: proposer aux consommateurs de nouveaux outils et de nouveaux services, avec un site de petites annonces gratuites mis en ligne début septembre, une application mobile et la refonte du site E-commerce à venir.

Capture d’écran 2017-09-20 à 16.00.37.png

Avec ce nouveau site internet, complémentaire de l’historique http://www.troc.com, le groupe tient compte d’une évolution du consommateur : son réflexe l’amène à passer ses annonces d’abord par le web, pas à se rendre dans l’un des magasins. L’enseigne veut le conduire à opter pour sa plate-forme, en lui faisant miroiter les avantages qu’elle propose. « Les clients espèrent toujours économiser sur notre commission, poursuit-il. Nos services ”web to store” doivent permettre de maximiser leurs chances de vendre plus vite et mieux que sur des sites concurrents.» Si l’objet n’est pas vendu dans les quinze jours, un contact se noue entre le magasin le plus proche et le vendeur pour en peaufiner l’évaluation et lui proposer de le lui racheter ou de l’exposer en dépôt-vente.

75% de nos produits trouvent preneur en deux mois. Nous jouons ainsi sur deux tableaux : nous apportons au client un service et une expertise qu’aucun pure player ne fournit et, pour le franchisé, nous améliorons la visibilité de son magasin, tout en étoffant ses sources d’approvisionnement. »

Troc.com prévoit même la possibilité de faire livrer la marchandise dans un autre magasin qui aurait un acheteur. «Nos concurrents se préoccupent peu du taux de transformation des annonces mises en ligne sur leurs sites, pas nous ! Notre différenciation, notre légitimité, nous les tenons de notre engagement à faire le maximum pour que notre client vende son bien. » Au pire, s’il ne trouve pas preneur, l’enseigne s’occupe, avec l’accord du vendeur, de l’orienter vers des filières de recyclage. (source: LSA Conso)

LE PARCOURS FABRICE BAJ – entré en fonction début septembre

Fabrice BAJ a été recruté pour son expérience de la franchise.

Outre son expérience dans la grande distribution chez E.Leclerc, Fabrice Baj connait bien la franchise car il a travaillé au sein de l’enseigne Autour de bébé. Son objectif ? Redonner ses lettres de noblesses au marché de l’occasion, développer le réseau de franchises en France et en Europe, tout en digitalisant les services proposés par Troc.com aux consommateurs.

Diplômé de l’ESC Reims, fort d’une expérience internationale en Asie, Fabrice Baj a occupé pendant dix ans le poste de Directeur du non-alimentaire France (E.Leclerc) puis, après un passage par Rueducommerce.com en tant que consultant auprès du Comité de Direction, il a occupé le poste de Directeur général à la tête d’Autour de bébé.

http://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/fabrice-baj-nomme-directeur-general-europe-du-groupe-troc-com-5216969

LE MARCHÉ DE L’OCCASION

Vide-greniers, dépôts-ventes, petites annonces, e-commerce et franchises entre particuliers, les offres sur le marché de l’occasion explosent. « Depuis 2012, la vente d’objets de seconde main flambe à un rythme plus de deux fois supérieur à celui de la consommation des ménages « , note le cabinet Xerfi dans une étude publiée en novembre 2015, où il évalue le marché des biens d’occasion à 5,8 milliards d’euros en 2015. Sa part est encore modeste : elle représente 1 % du commerce de détail. « C’est dire les marges de progression « , détaillent les analystes.

Aucun secteur ne résiste. « Tout s’échange, tout se partage », constate le cabinet Deloitte, qui chiffre pour sa part à 100 milliards de dollars en 2018 les perspectives de chiffre d’affaires des ventes entre particuliers au niveau mondial, quatre fois leur montant en 2015. Internet encourage fortement ce succès : les ventes en ligne représentent 35 % des transactions. (source: Les Echos)