tourisme

[MARDI BONHEUR] – 3 avril

Publié le Mis à jour le

Le soleil arrive à la fin de notre petite semaine de 4 jours!
Vive les mardis bonheur!
paris arbre.jpg
WE LOVE PARIS!!

Pour la toute première fois, la destination du Grand Paris a dépassé les 23 millions d’arrivées hôtelières (23,6 millions – soit une progression de 11 % par rapport à 2016 et  de 5 % par rapport à 2014). La fréquentation globale du Grand Paris, tous hébergements confondus, a dépassé les 40 millions de touristes selon nos estimations. Un record.

La croissance du Grand Paris, supérieure à la moyenne mondiale (6,2 % selon l’OMT), est principalement boostée par les étrangers avec +15 % d’arrivées (12 millions) mais les Français enregistrent aussi une belle progression: +8 % (11,5 millions). C’est d’ailleurs là que réside le secret de cette reprise si rapide après une année 2016 à la baisse ; du jamais vu depuis plus de 10 ans.

Le tourisme d’affaires n’est également pas étranger à cette augmentation : avec 50,8 % du nombre global des nuitées, les nuitées d’affaires ont progressé de 8,2 %.

 LA FRANCE, CHAMPION DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE?

cedric villani.jpgSuite à la publication du rapport de Cédric Villani sur l’intelligence artificielle, le gouvernement a annoncé un investissement d’1,5 milliard € dans le secteur d’ici 2022. C’est autant que pour l’adaptation au réchauffement climatique. La volonté est de booster nos capacités en recherche pour rattraper notre retard face aux USA et à la Chine.

En savoir plus

xxxxx

xxxxx

GOOGLE BOOSTE SES INVESTISSEMENTS EN FRANCE

google logo.jpgDans la foulée, Google a annoncé l’ouverture d’un centre dédié à l’intelligence artificielle à Paris. Selon La Tribune, « En parallèle, le géant américain souhaite doubler ses effectifs au siège parisien, pour atteindre les 1.000 employés d’ici fin 2018. Le moteur de recherche va aussi renforcer sa présence en régions, avec l’ouverture « d’Ateliers numériques ».

xxxxxx

xxxxxx

NOTRE CORPS, CE MYSTÈRE…

interstitium.jpgSaviez-vous que le corps humain comptait 79 organes? Non? Eh bien ce n’est pas grave, puisqu’il y en aurait désormais 80 🙂 Le dernier arrivant porte le doux nom d’Interstitium. Certes déjà connu par les scientifiques, il était considéré jusqu’ici comme un tissu compact. Or, on vient de découvrir qu’il s’agit en fait d’un réservoir de liquide, qui aurait un effet protecteur, notamment peut-être contre certains cancers… 

En savoir plus 

DES BOX-HÔTELS AU BORD DE LA ROUTE

Vous piquez du nez au volant? Vous traversez une magnifique région mais n’avez pas de réservation d’hôtel? Ou toute autre envie en cours de route 😉 Les Géo Trouvetou de Sombox viennent d’inventer des mini chambres d’hôtels qui vous accueilleront sur les aires d’autoroute, entre autres lieux de passage. Ces petits boxs de 2 mètres carrés sont dotés d’un matelas protégé par une alèse amovible. A 6,30€ les 30 minutes, la sieste sera courte mais réparatrice!

sombox.jpeg

En savoir plus

ROCK N’ ROLL!

festival.jpgLa saison des festivals arrive à grands pas! Et saviez-vous que les concerts augmentent votre espérance de vie? Selon le magazine Les Inrocks, « la société britannique O2 a réussi à démontrer les nouveaux bienfaits de la musique live. En effet, selon cette étude, une exposition de 20mn seulement à un concert accentuerait certains facteurs du bonheur. Ainsi, la sensation de bien-être augmente de 21% en moyenne chez les sujets d’études, 25% pour l’estime de soi et 25% pour le contact avec autrui ». Shake your booty!

xxxxx

SOYEZ BIENVEILLANTS

La bienveillance n’est pas qu’un mot à la mode, c’est un état d’esprit qu’on a tout intérêt à adopter en entreprise. Elle favorise la productivité et l’engagement des salariés. Mais comment s’y prendre? Installer un baby-foot et distribuer des paniers de légumes n’est pas la solution. Voici une petite liste des actions à mener des aujourd’hui!

manager bienveillant.jpg

Karavel-Promovacances-Fram, success story française du tourisme. C’est au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIOINÉDIT EN ÉTÉ 

Dans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 16/07/2016 à 7h et 20h (nouvel horaire grille d’été) | dimanche 17/07/2016 à 15h

TALK 1 & 2 : KARAVEL – PROMOVACANCES –  FRAM

TALK 3 & 4: Il a fondé 28 entreprises! Patrick Robin lance Easy Life Premium

TALK 1 & 2 : KARAVEL-PROMOVACANCES-FRAM, avec Alain de Mendonça, président

Pour écouter, réécouter ou télécharger (clic droit)et entretien


karavel logo sitepromovacances8361547-13104739

Une belle success story que celle du groupe Karavel! Alain de Mendonça a fondé le groupe Karavel en 1998. Cette ex-petite start up spécialiste de la vente de séjours en ligne, a successivement racheté et restructuré Promovacances (repris en 2001), Partirpascher. (en 2008), ABcroisiere (également en 2008), Unmondeadeux (en 2010) et Ecotour (repris en 2015). Alain de Mendonça est devenu président de FRAM en novembre 2015. Quelle stratégie pour FRAM ?

KARAVEL – PROMOVACANCES, FRAM EN CHIFFRES

  • Activité: n°1 français de la vente de séjours en ligne.
  • Sites membres : promovacances.com, ABCroisière (leader français de la vente de croisieres en ligne), Partirpascher, Unmondeadeux, Tati-vacances, JaimeLeSki, Karavel.com, Voyagechic, Ecotour, Skigloo
  • Date de création: 1998
  • Lieu: Paris
  • CA Groupe Karavel-Fram: 700 millions €
  • Effectif Groupe Karavel-Fram: 1100
  • Le groupe fait voyager chaque année environ 600 000 touristes.
  • 53 agences de voyages en France
  • A la fois producteur et distributeur de voyages
  • Spécialiste du package
  • Volume d’affaires 400 millions €
  • 700 salariés

A PROPOS DE FRAM

Marque Agence née en 1949, pionnière du tourisme, dont le siège est depuis toujours à Toulouse et qui a déposé en novembre 2015 (impacté par dissensions familiales, désaffection des destinations d’Afrique du nord et « ratage » du virage de l’Internet). Une marque emblématique (les vacances à la Framçaise) qui a vieilli en même temps que ses clients mais qui garde une belle image de marque et propose des produits de qualité (les clubs Framissima). Modèle économique de ventes indirectes via les agences de voyages (agences maison, ambassades et réseaux d’indépendants). Volume d’affaire 300M d’euros – 400 salariés

L’objectif de Karavel est de rajeunir la marque et de lui redonner toute sa flamboyance d’autrefois.

>> Le nouveau groupe ainsi consolidé (Karavel-Promovacances-Fram) affiche un volume d’affaire de 700M € et réunit 1100 salariés. C’est le seul groupe franco francais de taille importante.

Alain de Mendonça vient de recevoir la Victoire du tourisme de la personnalité de l’année (cérémonie co organisée par BFM et le Quotidien du Tourisme en ce mois de juin 2016). 

« Si j’avais su à quel point ce secteur du tourisme était difficile, si c’était à refaire, je lancerais un site de vente de nourriture pour chiens et chats ou de cours de musique à domicile. Attentats, grèves, migrants, soucis informatiques, pétrole, dollar, Google, Airbnb: au final si je devais résumer, je dirais que j’ai l’impression d’être dans un jeu vidéo, et à chaque fois que je passe un niveau, j’ai un monstre plus gros et plus méchant avec qui je dois me battre ».

LE MARCHÉ DU TOURISME

Secteur en crise, multi impacté par la crise économique, les attentats, les greves, les épidémies, les cyclones, les volcans… l’heure est à la concentration du secteur, phénomène qui s’est déja produit dans tous les autres pays d’Europe, notamment Allemagne et Angleterre

LES TENDANCES VACANCES ÉTÉ 2016

Vacances des Français cet été: moins de partants, mais avec plus de budget (Le Figaro)

OC000026-1.jpgUn peu plus de 27 millions de Français envisagent de partir cet été, soit légèrement moins qu’en 2015, mais le budget consacré aux vacances est en hausse, selon une étude du cabinet Protourisme. D’après les calculs du cabinet, un total de 27,6 millions de Français ont l’intention de partir durant l’été, contre 28,9 millions en 2015, une année qui avait été particulièrement faste en termes de départs.

« Ces chiffres peuvent encore évoluer car 3 millions de nos concitoyens se montrent indécis et sont susceptibles de partir en dernière minute en fonction d’opportunités tarifaires ou d’une météorologie favorable », souligne Protourisme. « Néanmoins », estime le cabinet, « à un mois des vacances, la tendance est à la baisse ». Sur 27,6 millions de partants, 20,1 millions vont opter pour une destination en France (soit 1,5 million de personnes en moins que l’été dernier), et 7,5 millions pour l’étranger. « Dans ce sondage, il y a plus d’intentions de départs pour l’étranger que lors du même sondage que nous avions réalisé en mars; à l’évidence, le contexte social joue » et la succession de grèves, blocages et manifestations a pesé, souligne Didier Arino, directeur de Protourisme.

Un hébergement marchand (hôtel, camping, village-vacances etc.) est envisagé par 19,7 millions de personnes, un chiffre en légère baisse (-300.000 personnes) sur un an. Le camping attire un quart d’entre eux, « soit une hausse de 500.000 vacanciers », souligne Protourisme. Le budget moyen qui sera consacré aux vacances d’été est cependant en hausse par rapport à l’année dernière, atteignant 1.346 euros (pour un séjour moyen de douze jours) contre 1.273 euros l’été dernier. Cette progression du budget moyen est notamment « tirée vers le haut par la part plus importante des partants à l’étranger », note l’étude. Protourisme souligne également que la part des petits budgets (moins de 500 euros pour les vacances de cet été) progresse et atteint 30% des partants, contre 26% en 2015. La proportion des gros budgets (plus de 2.000 euros) augmente elle aussi, atteignant 22% des partants, contre 20% en 2015.

CHEZ KARAVEL

– L’été 2016 sera encore marqué par des réservations d’hyper dernière minute. Entre l’Euro (la fin de l’euro devrait marquer une hausse des résas), le mauvais temps et les attentats, les clients attendent la dernière minute pour choisir une destination sans risque.

– La demande est concentrée sur l’Europe du sud :  Canaries, les Baléares, la Crète, Sicile, Sardaigne, Croatie, Portugal… (Promovacances est centré sur les départs à l’étranger)

– Gros succès inattendu pour un petit produit qui a un succès fou : le camping nature Fram 5* de Soustons dans les Landes

 

DANS LA PRESSE

Sud-Tourisme.jpgFram racheté par le propriétaire de Karavel Promovacances (Le Figaro)

Le voyagiste Fram a été cédé pour environ 10 millions d’euros à la société Voyages Invest et sa filiale Phoenix, dont l’actionnaire principal est le fonds LBO France, qui détient également Karavel Promovacances, a annoncé mercredi le tribunal de commerce de Toulouse.

Le repreneur gardera « 429 salariés en CDI » sur 650 en France, ainsi que « l’ensemble des CDD », selon le délibéré du tribunal, qui n’évoque pas en revanche le sort des quelque 650 autres salariés à l’étranger de Fram placé en redressement judiciaire depuis le 30 octobre.

Il était en concurrence avec deux autres candidats DocteGestio et le groupe NG Travel. Mais Karavel Promovacances, le groupe d’Alain de Mendonça était soutenu par Marie-Christine Chaubet, actionnaire à 40% de Fram ainsi que par d’autres actionnaires, voire par nombre de salariés.

Quelle est la feuille de route de Karavel-Promovacances pour Fram? (La Dépêche

(…) Karavel est un bon connaisseur des reprises d’entreprises à la barre du Tribunal de commerce puisque c’est ainsi qu’il a mis la main sur son rival Partir Pas Cher en 2008 qui était plombé par une dette de 23 millions d’euros. Dans la même logique, en 2014, Karavel a repris l’agence en ligne low cost Ecotour (28 salariés pour 33 M€ de volume d’affaires). Trois ans plutôt, c’est par une opération de croissance externe c’est-à-dire un rachat classique que Karavel prend le contrôle d’ABC Croisières, le numéro 1 français de la vente de croisières en ligne, basé à Nice.

Fram servira à Karavel à monter en gamme

Clairement positionné sur la vente de voyages sur internet, Karavel va permettre à Fram de négocier ce virage qui n’a jamais été réellement pris par le groupe toulousain. Par ailleurs, le modèle de l’intégration verticale si chère à Fram qui consistait à tout contrôler (des villages vacances au réceptif sur place en passant par l’achat de charters aériens entiers) a vécu. «Fram est resté sur un modèle très figé, trop structuré avec des packages de voyages rigides qui ne répondent plus aux attentes de la clientèle notamment sur la durée de séjour» diagnostique Serge Mas. En revanche, Fram est reconnu dans la profession pour offrir des produits de qualité à la différence de Karavel qui a bâti sa réussite sur des forfaits vacances à petits prix. Depuis l’an dernier, le repreneur potentiel de Fram a donc amorcé une montée en gamme pour se départir de cette image low cost. Ce mouvement s’accélérera avec la reprise de Fram dont la bonne image rejaillira sur tout le groupe Karavel-Promovacances.

Les 50 agences de voyage de Fram comme tremplin

Déja propriétaire d’une quarantaine d’agences de voyages, Karavel se servira de la reprise de Fram pour étendre son réseau physique d’une cinquantaine d’agences supplémentaires. «Toutes les agences Fram pourraient ne pas intéresser Karavel, susceptible d’en revendre une partie dans un second temps» analyse un professionnel du tourisme. Pour Karavel, le cocktail gagnant de la distribution est donc web et agences classiques.

Promovacances se lance dans la franchise à Bordeaux (La Tribune)

Le voyagiste a choisi Bordeaux pour lancer sa première agence indépendante. Initialement présente exclusivement en ligne, l’enseigne prend ainsi le virage de la franchise afin de poursuivre le développement de son réseau d’agences physiques.

Pure player à ses débuts, le voyagiste Promovacances (groupe Karavel/Promovacances, récent repreneur de Fram) a fait du chemin, avec un double objectif en tête : toucher une nouvelle clientèle – 90 % des gens qui poussent la porte d’une agence sont de nouveaux clients potentiels d’après l’enseigne – mais aussi rassurer ceux qui rechignent encore à réserver un séjour sur Internet quand l’enveloppe grimpe.

« Pour les gens qui ont des projets à 6.000 ou 8.000 €, cette approche est plus rassurante. Parfois, ils veulent également être rassurés sur telle ou telle destination et veulent des certitudes après avoir regardé sur le web », confirme Guy Tétrel, directeur du développement réseau Promovacances et chef d’orchestre de cette stratégie depuis 2004.

Le slogan « Faire descendre les petits prix dans la rue » se double d’une tarification des séjours constamment revue. Pas de catalogue papier chez Promovacances mais des prix revus chaque matin en fonction des ventes… et des événements susceptibles de perturber la bonne marche touristique d’une destination.

Les profils recherchés

Comptant désormais 50 points de vente en propre, Promovacances était jusqu’à présent essentiellement présent dans les grands centres urbains et les centres commerciaux. Jeudi dernier, l’enseigne a pris un nouveau virage avec l’inauguration de sa première agence franchisée, à Bordeaux, au 114 cours d’Alsace-et-Lorraine, pilotée par Laurent Menanteau.(…)

Promovacances entend s’appuyer sur ces indépendants « pour optimiser le réseau et être présents là où on n’irait pas forcément en propre, dans des villes telles qu’Agen, Colmar, Arras, Bayonne… » Le voyagiste ne cherche pas forcément des profils issus du secteur du tourisme, au contraire les reconversions sont les bienvenues après une expérience en tant que commerçant par exemple. Elle propose plusieurs mois de formation, en interne et en externe, aux bases du tourisme et envoie les nouveaux venus tester eux-mêmes quelques-uns de ses 10.000 produits référencés (dont 70 % « faits maison » par Promovacances) pour 120 destinations.

Près de 150.000 € pour une franchise

Pour un point de vente classique, hors centres commerciaux, le ticket d’entrée auquel se rajoutent le droit au bail, les travaux à mener et la PLV (publicité sur lieu de vente, autrement dit les aménagements intérieurs) il faudra compter sur une enveloppe de 150.000 € pour ouvrir une agence franchisée. De prochaines ouvertures sont envisagées à Pornichet, Bayonne (deux agences dont une au sein du futur centre commercial Ikea), Arras, Lens… Objectif : 35 franchisés d’ici 3 à 5 ans.

Weekendesk lève 5 millions € pour étendre sa présence à l’international. C’était au Business Club (podcast)

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIO

Dans le Business Club de France | Uniquement sur BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 27/02/2016 à 7h | dimanche 28/02/2016 à 15h

TALK 1: Weekendesk: le marché du week-end représente 20% du marché du tourisme global

TALK 2: La Fabrique Aviva offre 1 million € à 200 projets d’entreprises solidaires

TALK 3: Invivox, déjà 250 experts inscrits sur la plateforme

TALK 4: Le rendez-vous du médiateur des entreprises, avec Pierre Pelouzet

TALK 1: WEEKENDESK, avec Laurent Salanié, Directeur Général

Pour écouter, réécouter et télécharger cette interview:

weekendesk01Leader de la réservation en ligne de week-ends, Weekendesk a bâti sa réputation depuis 2001 à travers son concept innovant de courts séjours thématiques proches de chez soi. Présent en France, en Belgique et aux Pays-Bas, et depuis peu en Espagne (octobre 2010) et en Italie (mars 2011), le concept Weekendesk est basé sur le couplage d’une prestation hôtelière à des activités, afin d’offrir aux clients une sélection de packages «clés-en-main».

« L’ambition de Weekendesk est de se positionner comme « créateurs de week-ends d’exception », qui est d’ailleurs notre baseline. Pour cela, l’entreprise sélectionne et négocie minutieusement au meilleur prix des week-ends thématiques, y compris à moins de 2h du domicile, avec une hôtellerie de qualité allant de 3 à 5 étoiles.

Alors que le marché du court séjour ne cesse de progresser et représente déjà près de 20% du marché global, Weekendesk a pour ambition de devenir un expert incontournable de ce segment», déclare Laurent SALANIÉ, Directeur général de Weekendesk.

LES CHIFFRES CLÉS DE WEEKENDESK

  • CA: 65 millions € en 2015 (+27%) en France, Espagne et Belgique – croissance de 30% par an depuis 2011
  • Effectif: 132 à Paris et à Barcelone
  • Présent en France, en Belgique, en Espagne et depuis quelques mois aux Pays Bas
  • 2 millions de visiteurs uniques / mois sur l’ensemble des sites
  • 340 000 réservations en 2015
  • 34 millions d’euros de volume d’affaires enregistré pour Weekendesk.fr en 2015 (+20%)
  • 20 millions d’euros de volume d’affaires enregistré Weekendesk.es croissance (+52%)
  • 11 millions d’euros de volume d’affaires enregistré pour Weekendesk.be et.nl (+20%)
  • 4 800 partenaires

weekendesk-comment-ca-marche

>> POSITIONNEMENT / MODÈLE ÉCONOMIQUE

Dans un marché ultra concurrentiel, la société se démarque en signant des partenariats avec des hôtels qu’elle a préalablement identifiés comme agréables et créé ensuite des packages sur mesure pour ses clients comprenant notamment la restauration ou le SPA. Weekendesk touche une commission de 20% sur les prix fixés par les hôteliers eux-mêmes. « Notre rôle est d’essayer des les aider à vendre un peu plus cher que de la chambre sèche » explique Laurent Salanié, le Directeur Général. (source: Digital Business News)

La marque est connue : 40% des recherches internet concernent la marque.

L’ACTUALITÉ

Levée de fonds de 5 millions € auprès de l’actionnaire « créateur » Otium Capital

Objectifs:

– Atteindre 400 millions d’euros de volume d’affaires d’ici 5 ans

– Se développer à l’international. Après l’Espagne et la Belgique, Weekendesk compte poursuivre son expansion dans de nouveaux pays européens, avec un lancement sur les Pays-Bas depuis quelques mois et de nouveaux pays au 1er semestre 2016.

« Après un énorme succès en Espagne et en Belgique, le déploiement de nouveaux pays à l’international est l’un de nos grands chantiers 2016 car la conjoncture économique européenne et les modes de consommation évoluent en faveur des week-ends et des courts séjours, bien plus que les longues vacances», précise Laurent Salanié, directeur général de Weekendesk.

– Inspirer les internautes en travaillant sur le contenu via notamment son magazine en ligne, le Mag et sur l’ergonomie et le design du site, en particulier le mobile

– Améliorer et élargir l’offre « package hôtel + activités » grâce à de nouveaux partenariats (France billet, Château de Versailles…). 80% des ventes se font déjà sur des packages incluant des activités en plus de la nuit d’hôtel, l’objectif est désormais de couvrir l’ensemble des besoins clients de manière exhaustive : en famille, parcs d’attraction, gastronomie, musées…

weekendesk (1)A propos d’OTIUM Capital

Otium Capital est la holding d’investissement de Pierre Edouard Stérin, fondateur de Smartbox. Le portefeuille actuel compte entre autres participations Weekendesk, Balinea, Camping&Co, Octoly ou encore Même Cosmetics.

Au moins 3 nouvelles opérations devraient être annoncées au cours du 1er trimestre 2016 pour un volume total d’investissement prévisionnels de 40 millions d’euros sur l’année.

LES TENDANCES VACANCES

« Il y a une tendance lourde au fractionnement des séjours que l’on observe dans tous les pays européens », analyse Laurent Salanié, directeur général de Weekendesk. Une tendance qui s’explique notamment par le développement des familles recomposées, mais aussi par des facteurs financiers.

« Ce sont des modes de consommation rapides qui plaisent aux Français car ils n’ont pas besoin de planifier leurs séjours. Ils n’hésitent pas à partir à la dernière minute », ajoute Laurent Salanié. (source: Les Echos)

L’HISTOIRE DE WEEKENDESK

Après des débuts dans la finance de marché, Pierre-Edouard Stérin crée en 1999 BlackOrange, une entreprise e-commerce, spécialisée dans la vente des logiciels et de jeux vidéo, qu’il dirige jusqu’en 2001. Après deux années de recherche de partenariats, Pierre-Edouard Stérin propose à deux entrepreneurs belges de dupliquer le concept de Weekendesk en France, une société qui commercialise des coffrets cadeaux. En avril 2003, il devient ainsi le franchisé de Weekendesk pour la France, qui démarre son activité avec 10 000 € de capital social. Quatre années plus tard, Pierre-Edouard Stérin acquiert son franchiseur, rebaptise sa société franchisée Smart&Co et lance la marque Smartbox.

La même année, il s’associe à Antoine Freysz pour fonder Otium Capital, un fonds d’investissement dans le domaine du loisir, qui acquiert, au fil des années, des sociétés comme le site lafourchette.com (revendu à TripAdvisor) et Gault et Millau. Camping & Co fait également partie du portefeuille de marques dans lequel il a investi. (source : L’Echo touristique)

Marco Vasco: le tourisme haut de gamme ne connaît pas la crise. C’est au prochain Business Club

Publié le Mis à jour le

BFM-BU-RADIODans le Business Club de France | BFM Business Radio

→ Diffusion : samedi 30/5/2015 à 7h et dimanche 31/5/2015 à 15h

AU SOMMAIRE

Talk 1: CAPITAINE TRAIN : déjà 30 millions de CA et 5000 billets vendus par jour!  

Talk 2 : MARCO VASCO : les ingrédients du succès, les tendances tourisme, les objectifs  

Talk 3 : GUIDE DU ROUTARD: chaque année, 1 exemplaire vendu toutes les 4 secondes! 

Talk 4 : MÉDIATION: Que faire en cas de défaut d’exécution de contrat? 

__________________________________________

TALK 2 – MARCO & VASCO, avec Geoffroy de Becdelièvre, président

Pour écouter, réécouter ou télécharger l’émission :

[audio http://podcast.bfmbusiness.com/channel151/20150530_club_1.mp3]

logomarcoetvascoMarco Vasco (anciennement Planetveo) est le n°1 Français du voyage sur-mesure sur Internet. Fondée et dirigée par Geoffroy de Becdelièvre depuis 2007, la société a généré un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros en 2014 et emploie plus de 230 collaborateurs.
Marco Vasco spécialiste du voyage sur-mesure couvre plus de 50 destinations moyen et long-courrier.

DANS LE PARISIEN

Dans un marché des tour- opérateurs en toute petite forme, Geoffroy de Becdelièvre a décidé de prendre le contre-pied en faisant le pari de la vente en ligne et du voyage sur mesure avec son agence de voyages en ligne, lancée en 2007. Né pratiquement avec un « Guide du Routard » et un sac à dos, Geoffroy de Becdelièvre est un baroudeur passionné d’Asie qui, dès qu’il a eu 18 ans, est parti très tôt à la conquête de la planète.

C’est à Shanghaï (Chine) où il a vécu 4 ans que tout a commencé  : « J’avais quitté sans regret mon job d’auditeur dans une multinationale pour suivre ma femme nommée en Chine. J’y ai fait mes premiers pas d’entrepreneur en créant une société qui aidait les entreprises françaises à s’implanter en Asie et à découvrir la région. Quand nous sommes rentrés en France en 2007, pas question de rejoindre un grand groupe, alors j’ai lancé une entreprise dédiée au voyage. » Dans les mois qui suivent son retour dans l’hexagone, il créé Planetveo, une agence qui s’adresse aux riches touristes chinois qui souhaitent visiter l’Europe. Mais très vite, Geoffroy de Becdelièvre change son fusil d’épaule pour se positionner sur le créneau des vacances personnalisées haut de gamme. En 2014, il rebaptise son agence Marco Vasco, un clin d’œil aux deux grands navigateurs Marco Polo et Vasco de Gama. « Mon objectif était de réconcillier le monde des beaux voyages sur mesure vendus en boutique et celui des vacances bon marché qu’on trouve sur Internet, explique-t-il. Notre chance, c’est que Voyageurs du monde, un des leaders du haut de gamme, ne croyait pas au web. »

Capture d’écran 2015-05-26 à 16.54.13

130 conseillers voyage pour un service haut de gamme

En août 2008, le premier voyage est vendu au Vietnam. Très vite, le concept séduit une clientèle aisée, comme des dirigeants d’entreprise aux revenus confortable mais qui manquent de temps. Le panier moyen est de 8 500 € pour trois personnes. « L’idée est de leur organiser de A à Z un voyage exceptionnel, mais un voyage unique et sans imprévus, indique le président de l’agence. Notre force, notre savoir-faire, ce sont nos conseillers car ils sont de vrais spécialistes d’un pays. Ils parlent la langue, y ont vécu ou y ont fait de nombreux séjours, insiste Geoffrey de Becdelièvre. Ce qui leur permet de proposer les meilleurs conseils et les meilleurs services à nos clients et grâce à Internet, d’être là durant leur séjour. » Sur les 200 salariés de l’agence, 130 sont des conseillers.

140 millions d’euros de chiffres d’affaires d’ici 4 ans

Avec une marge d’exploitation de 5 % et un chiffre d’affaires qui est passé de 1 million d’euros la première année en 2008, à 70 millions d’euros cette année, le concept séduit également les investisseurs. Geoffroy de Becdelièvre réalise plusieurs levées de fonds, dont la dernière a atteint 16 millions d’euros auprès de trois fonds qui détiennent aujourd’hui près de 75 % du capital. « Les investisseurs nous ont toujours suivis car notre modèle économique est solide. Il s’appuie notamment sur la désintermédiation car nous avons tout de suite fait le pari du contact direct avec les clients », précise Geoffroy de Becdelièvre. Fort de ces solides partenaires, Marco Vasco veut aujourd’hui peut passer à la vitesse supérieure « et devenir grand », ambitionne son président. D’ici 4 ans, il veut multiplier par deux la taille de l’agence et dégager un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros. Si tout se passe comme prévu, Marco Vasco comptera 400 salariés en 2018. Enfin, l’agence dont un tiers des clients n’habite pas en France commence à regarder ce qui se passe hors de l’hexagone et va tester cette années ses capacités à l’international en Grande-Bretagne et en Espagne. (Article complet sur Le Parisien)

CHIFFRES ET TENDANCES

Date de création: 2007

CA: 70 millions € (+18,5% vs 2013) – 1 million en 2008 – objectif: 140 millions d’ici 4 ans

Effectif: 200 – dont 130 conseillers / objectif: 400 d’ici fin 2018

une soixantaine de destinations

25 000 clients en 2014, contre 22 150 en 2013

dépense moyenne de 2 800 euros par personne

séjours de 11 jours en moyenne

Geoffroy de Becdelièvre aborde 2015 avec une certaine sérénité. « Nous terminons 2014 sur une croissance de 20%, avec un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros et une forte capacité d’acquisitions externes. L’année 2015 va être compliquée, mais elle va créer des opportunités de rachats sur le marché », conclut-il.

  • Par rapport à 2014, en 2015 les Français se sont pris plus tard dans la réservation de leurs vacances (contexte géopolitique de début d’année oblige).
  • Tendances en date de vente T1 2015 (nombres de dossiers)

– USA : L’ouest américain est très prisé ainsi que l’indémodable combiné NY / Miami

– Cuba : Envie de découvrir le côté encore authentique de l’île. Belle alliance de la culture et du balnéaire

– Japon : Retour en force de ce pays marqués par les divers incidents passés

  • Budget : Panier moyen un peu moins élevé que 2014 : 2 800 € / personne

LA CULTURE DU CHANGEMENT

geoffroydebecdelièvreGeoffroy de Becdelièvre en est persuadé : « notre business model sera mort dans 10 ans. Regardez des services comme Airbnb ou Uber qui, partis de rien, challengent aujourd’hui très sérieusement les leaders de leurs secteurs. Plus on est gros, moins il est facile de faire bouger les lignes », estime le dirigeant, tiraillé entre l’impératif de structuration d’une part et la perte d’agilité de l’autre.

Lui l’assure, il faut inscrire la culture du changement dans l’ADN de son entreprise en remettant perpétuellement en question son modèle économique et ses leviers de croissance. « il ne faut pas avoir peur de tester un service même imparfait, de mesurer son impact puis d’en tirer ensuite les conséquences. » Lui a dû notamment opérer les premières années un changement radical de son positionnement initial, alors centré sur le tourisme chinois en France. (Article complet: Chef d’entreprise Magazine)

Chaque année, Marco Vasco investit de 50.000 à 100.000 euros pour tester de nouveaux projets. Avec des surprises, bonnes ou moins bonnes. « En 2010, nous nous sommes rendu compte que la France était la destination touristique la plus  importante. Nous avons donc lancé, à destination du public anglo-saxon, FranceVeo. Nous pensions vraiment avoir trouvé une mine d’or. Or, ce fut un échec. En fait, le marché américain ne fonctionne pas comme le marché français : là-bas, si vous n’existez pas en tant que marque, vous n’existez pas du tout. Les gens ne venaient pas sur notre site, tout simplement ! Autre erreur en 2011, avec le lancement d’une sorte de AirBnB pour villas de luxe. Nous innovons par test grandeur nature, avec son lot d’échecs. A chaque fois, nous organisons une grand’messe d’enterrement en équipe, afin d’analyser les causes de l’échec et de voir ce qui peut nous être utile pour la suite. »Un recul nécessaire pour pouvoir avancer dans la bonne direction dans une entreprise où le mouvement semble bien ancré. (Article complet : Les Echos Business)